29 décembre 2015

Major-général Ambrose Burnside

Ambrose Burnside (1824-1881) fut un général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né à Liberty, dans l'Indiana, il fut diplômé de l'Académie militaire des États-Unis à West Point en 1847. Contrairement à de nombreux généraux du Nord et du Sud, il ne combattit pas durant la guerre américano-mexicaine de 1846−1848. Il remit sa démission en 1853 afin de fabriquer un fusil à chargement par la culasse qu'il avait inventé, puis il travailla dans l'industrie ferroviaire. Au déclenchement de la guerre de Sécession, il fit son retour dans l'armée, commandant des troupes lors de la capture de l'île de Roanoke et au cours des batailles de South Mountain et d'Antietam. De novembre 1862 à janvier 1863, durant la campagne de Fredericksburg, il commanda l'Armée du Potomac. Par la suite, il combattit sous les ordres du général Ulysses S. Grant dans les batailles de la Wilderness et de Cold Harbor (1864). Après la guerre, il devint gouverneur de Rhode Island (1866−1869), puis sénateur du même État (1875−1881). La taille inhabituelle de sa barbe fut à l'origine du mot anglais « sideburns » (rouflaquettes). Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), ayant appartenu à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

Brigadier-général John Pope

John Pope (1822-1892) fut un général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né à Louisville, dans le Kentucky, il fut diplômé de l'Académie militaire des États-Unis à West Point en 1842, puis il servit dans la guerre américano-mexicaine de 1846−1848, ainsi que dans le corps du génie de l'armée, dans le cadre du développement de l'Ouest américain. Lorsque la guerre de Sécession éclata, il dirigea d'abord les troupes sur le front de l'Ouest, où il réalisa son plus grand accomplissement militaire, à savoir la capture, le 8 avril 1862, de l'île numéro dix, sur le fleuve Mississippi, qui porta un coup sévère au contrôle du fleuve par les Confédérés. Par la suite, il fut mis à la tête de l'Armée de Virginie, avant d'être relevé de son commandement eu égard au revers subi lors de la seconde bataille de Bull Run. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), ayant appartenu à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

Jefferson Davis, président des États confédérés d'Amérique

Jefferson Davis (1808-1889) fut le seul et unique président des États confédérés d'Amérique, nation créée en 1861 par la sécession de l'Union de 11 États du Sud. Né à la frontière du Mississippi, Davis fut diplômé de l'Académie militaire des États-Unis à West Point et devint propriétaire terrien esclavagiste sur une plantation offerte par un riche frère aîné. Il servit au Congrès et au Sénat dans les années 1840, combattit avec distinction dans la guerre américano-mexicaine de 1846-1848 et fut nommé secrétaire à la Guerre par le président Franklin Pierce en 1853. Il retourna au Sénat en 1857, où il prôna l'expansion de l'esclavage aux nouveaux territoires. Il constitua le choix unanime des États sécessionnistes pour diriger la Confédération. Davis se consacra à ses fonctions présidentielles avec ardeur, mais il fut bien moins performant que son rival du Nord, Abraham Lincoln, que ce soit au niveau de la stimulation de la population ou de la maîtrise des énormes défis militaires et politiques provoqués par la longue guerre de Sécession. Après la guerre, Davis fut accusé de trahison, bien qu'il ne fût pas jugé pour cela, et il purgea une peine de deux ans de prison à Fort Monroe, en Virginie. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), ayant appartenu à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

John Slidell, sénateur de la Louisiane

Sénateur américain et diplomate confédéré, John Slidell (1793-1871) fut surtout célèbre pour s'être investi dans l'affaire Trent qui faillit provoquer un conflit entre les États-Unis et la Grande-Bretagne en 1861. Issu d'une riche famille de marchands, Slidell naquit dans la ville de New York et fut diplômé de l'université de Columbia. Il travailla quelque temps en Europe, puis comme avocat à New York. En 1819, il s'installa à la Nouvelle-Orléans, où il épousa Marie Mathilde Deslonde, issue d'une famille française distinguée. Slidell servit à la Chambre des représentants des États-Unis de 1843 à 1845 et au Sénat de 1853 à 1861. Lorsque la guerre de Sécession éclata, il fut choisi pour représenter la Confédération en France. Il était en chemin pour l'Europe à bord du navire postal britannique à vapeur Trent quand le bateau fut intercepté par les forces navales américaines. Slidell et un autre passager, James Mason, furent détenus quelque temps à Fort Warren dans le port de Boston, puis finalement autorisés à poursuivre leur voyage. Slidell œuvra pour la création de la marine confédérée en achetant des navires en France et obtint des prêts français qu'il garantit grâce au coton, mais il ne parvint jamais à atteindre son principal objectif, à savoir la reconnaissance par une puissance européenne de l'existence de la Confédération en tant qu'État indépendant. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), ayant appartenu à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

Mary Todd Lincoln

Mary Todd Lincoln (1818‒1882) fut l'épouse du président Abraham Lincoln et la Première dame des États-Unis durant la guerre de Sécession. Née dans une grande famille influente du Kentucky, elle s'installa à Springfield, dans l'Illinois, en 1837, où elle rencontra Lincoln. En tant que Première dame, Mary Lincoln fit rénover la Maison Blanche, créant un salon où les personnalités politiques et littéraires pourraient se rencontrer. Elle fit aussi soigner les soldats blessés dans des hôpitaux et leva des fonds destinés aux anciens esclaves démunis qui affluaient dans la ville de Washington. Elle contribua à définir le rôle de Première dame moderne dont le modèle fut adopté de façons différentes par celles qui lui succédèrent. Elle eut quatre fils avec Lincoln, Robert Todd (1843‒1926), Edward Baker (1846‒1850), William Wallace (1850‒1862) et Thomas « Tad » (1853‒1871), dont trois moururent du vivant de leur mère. Elle fut particulièrement marquée par la mort de William (« Willie »), frappé par la fièvre typhoïde durant la deuxième année du premier mandat de Lincoln. Elle était auprès de Lincoln lorsqu'il fut assassiné au théâtre Ford la nuit du 14 avril 1865. Après le décès de son mari, Mary Lincoln fit appel à des spiritualistes dans l'espoir de pouvoir communiquer avec ses fils, et en 1875, elle fut internée dans un asile d'aliénés à l'initiative de son fils Robert. Avec l'aide de Myra Bradwell, une des premières femmes avocates aux États-Unis, elle obtint sa libération et passa la majeure partie du restant de ses jours en France. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), ayant appartenu à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

Judah P. Benjamin, secrétaire à la Marine des États confédérés d'Amérique

Riche avocat, Judah P. Benjamin (1811−1884), servit comme procureur général, secrétaire à la Guerre et secrétaire d'État au sein du cabinet de Jefferson Davis, président de la Confédération. (Sur cette photographie, il est identifié à tort comme secrétaire à la Marine.) Né à Saint-Thomas, dans les îles Vierges, il grandit à Charleston, en Caroline du Sud, et suivit des cours de droit à l'université Yale. Il exerça le droit à la Nouvelle-Orléans et devint un planteur possédant, à un moment donné, 140 esclaves. Benjamin fut élu au Sénat américain de la Louisiane en 1852. Il y siégea jusqu'au début de l'année 1861 quand, à la sécession des États du Sud, Davis le nomma procureur général, faisant de lui le premier Juif membre d'un cabinet dans un gouvernement américain. Après le conflit, il s'enfuit en Angleterre où il pratiqua le droit et écrivit un livre considéré comme un classique dans le domaine juridique, La vente de biens personnels (1868). Son visage apparut sur le billet de deux dollars de la Confédération, bien que différent de celui représenté ici. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), ayant appartenu à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.