29 décembre 2015

Maison en ruines à Suceava, en Roumanie

Cette photographie montre un homme posant devant une maison à Suceava (aujourd'hui dans le nord-est de la Roumanie, jusqu'en 1918 dans le sud de la Bucovine, région de l'Empire austro-hongrois), qui fut détruite pendant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, un tiers environ de la population de Suceava était juive. La communauté juive soutenait de nombreuses associations philanthropiques et était le siège de nombreuses organisations régionales. Pendant cette période, un soutien extérieur était aussi apporté par le Comité paritaire juif américain de distribution pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]). Cette photographie est extraite d'un album documentant le travail du JDC en Bucovine, dont un prêt pour la reconstruction de cette structure. Pendant la période qui a suivi la Première Guerre mondiale, l'un des objectifs du JDC en Roumanie était d'encourager la reconstruction plutôt que d'apporter simplement des secours. Le JDC fut créé en 1914 pour envoyer des secours, notamment des denrées alimentaires, des vêtements, des médicaments, des fonds, et des fournitures d'urgence au Juifs d’Europe frappés par la guerre. La guerre laissa dans son sillage de nombreux autres désastres : pogroms, épidémies, famine, révolution et ruine économique. Après la guerre, le JDC continua de jouer un rôle prépondérant dans la reconstruction des communautés juives d'Europe orientale dévastées et dans le soutien aux Juifs de Palestine. La photographie provient des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Enfants devant une soupe populaire à Rowne, en Pologne

Cette photographie représente un groupe d'enfants juifs démunis, pieds nus et tenant leurs gamelles, attendant de recevoir de la nourriture à une soupe populaire de Rowne, en Pologne (actuelle Rovno ou Rivne en Ukraine). Même après la fin des destructions et bouleversements de la Première Guerre mondiale, la situation des Juifs d'Europe de l'Est demeura précaire. La guerre civile russe et la guerre russo-polonaise de 1919-1920 furent sources d'épreuves supplémentaires : pour les Juifs s'y ajoutait le danger de nombreux pogroms. La famine et les maladies faisaient rage et l'économie était en ruines. Les enfants étaient particulièrement vulnérables, les orphelins se comptant par centaines de milliers. Le Comité paritaire juif américain de distribution pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]) fut une organisation humanitaire qui optimisait ses ressources en travaillant avec des groupes locaux et régionaux pour aider à fournir des denrées alimentaires, des vêtements, des soins médicaux et une éducation aux nécessiteux. Cette photographie est de Max J. Colton, médecin membre de la première équipe médicale du JDC. Colton prit cette photographie et d'autres pour documenter le travail de l'unité médicale et des communautés dans lesquelles elle œuvrait. Le JDC fut créé par les Juifs américains de New York pour aider les Juifs démunis d'Europe et de Palestine affectés par la Première Guerre mondiale. Depuis 1914, il exerce son activité humanitaire à vocation mondiale dans plus de 90 pays. La photographie fait partie des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Jardin d'enfants d'un orphelinat à Brest-Litovsk, en Pologne

Cette photographie montre des enseignants de maternelle et des élèves dans une cour de l'orphelinat de la rue Pushkinskaya à Brest-Litovsk, en Pologne (Brisk en yiddish, actuelle Brest en Biélorussie). Après la Première Guerre mondiale et la guerre russo-polonaise qui s'ensuivit (1919-1920), les orphelins se comptaient par dizaines de milliers en Pologne. Le Comité paritaire juif américain de distribution pour le soutien des Juifs victime de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]) fut fondé en 1914 pour envoyer de l'aide, notamment des denrées alimentaires, des vêtements, des médicaments, des fonds et des fournitures d'urgence aux Juifs d'Europe touchés par la guerre. La guerre laissa dans son sillage de nombreux autres désastres : pogroms, épidémies, famine, révolution et ruine économique. Après la guerre, le JDC continua de jouer un rôle prépondérant dans la reconstruction des communautés juives d'Europe orientale dévastées et dans le soutien aux Juifs de Palestine. Le JDC subvenait aux besoins de foyers publics et privés pour les enfants orphelins comme ceux représentés ici. La photographie provient des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Des orphelins de guerre juifs arrivent aux États-Unis

Cette photographie prise en 1921 représente un groupe de jeunes orphelins de la Première Guerre mondiale, récemment arrivés au port de New York et sur le point de démarrer une nouvelle vie, posant avec des drapeaux américains. La guerre causa des ravages dans les communautés de toute l'Europe, laissant dans son sillage des populations dans le besoin, qui comptaient des centaines de milliers d'orphelins. En Europe de l'Est et en Europe centrale, l'effondrement des empires et l'émergence de la révolution prolongèrent le chaos, la famine et les épidémies qui commencèrent pendant la guerre. Pour les Juifs, s'y ajoutait le danger des pogroms. Le Comité paritaire juif américain de distribution pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]), fondé en 1914 pour fournir des secours pendant la guerre, continua d'œuvrer en Pologne et dans les régions voisines après la guerre. En 1920, il créa le Bureau des orphelins de guerre qui joua un rôle essentiel dans l'émigration des enfants juifs d'Europe de l'Est vers les États-Unis et ailleurs. La photographie provient des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours. Depuis 1914, le JDC fournit des denrées alimentaires, des vêtements, des soins aux enfants, des formations professionnelles et de l'assistance aux réfugiés dans plus de 90 pays.

Carte du terrain de la rive gauche du fleuve James, de l'autre côté de Jamestown, en Virginie, où une bataille eut lieu le 6 juillet 1781 entre l'armée américaine menée par le marquis de La Fayette et l'armée anglaise dirigée par lord Cornwallis

Cette carte manuscrite, dessinée à la plume et à l'encre et peinte à l'aquarelle, fut réalisée par Jean-Nicolas Desandrouins (1729–1792), ingénieur dans l'armée française du général Rochambeau pendant la Révolution américaine. Elle présente le plan de la bataille de Green Spring, au sud-est de la Virginie, qui se déroula vers la fin de la guerre, le 6 juillet 1781. Cette bataille opposa les troupes de l'Armée continentale, conduites par le marquis de Lafayette et le général Anthony Wayne aux troupes britanniques commandées par le général lord Cornwallis. Victoire mineure pour les Britanniques, elle fut la dernière bataille terrestre ayant eu lieu en Virginie avant leur ultime défaite à Yorktown. Cette carte représente la ville de Jamestown, ainsi que le site de la bataille menée sur la rive gauche du fleuve James de l'autre côté de la ville. La légende lettrée permet d'identifier les positions des troupes américaines et françaises, leurs manœuvres, ainsi que d'autres points d'intérêt militaire. La carte indique également un moulin, une église, des maisons, un traversier, des routes, des ruisseaux et de la végétation. Parmi les sites répertoriés se trouvent la plantation Humbler ainsi que les propriétés de Monsieur Lralchfeld, de Monsieur Wilkesson et de Monsieur Harris. La Virginie était un centre colonial de production de tabac et beaucoup de ces plantations faisaient partie de ce secteur d'activité. La carte est filigranée, avec le relief représenté par des hachures. L'échelle est fournie en toises, ancienne unité de mesure égale à 1,95 mètres environ. La carte est extraite de la collection Rochambeau, conservée à la Bibliothèque du Congrès, comptant 40 cartes manuscrites, 26 cartes imprimées et un atlas manuscrit qui appartint à Jean‑Baptiste‑Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau (1725‑1807), commandant en chef de l'armée expéditionnaire française (1780‑1782) durant la Révolution américaine. Certaines de ces cartes furent utilisées par Rochambeau au cours du conflit. Datant d'entre 1717 et 1795, elles couvrent la majeure partie de l'est de l'Amérique du Nord, de Terre‑Neuve‑et‑Labrador, au nord, à Haïti, au sud. La collection inclut des plans urbains, des cartes de batailles de la guerre d'indépendance et de campagnes militaires, ainsi que d'anciennes cartes d'État des années 1790.

Carte de Portsmouth, en Virginie

Cette carte manuscrite, dessinée à la plume et à l'encre, représente Portsmouth, en Virginie, à l'époque de la Révolution américaine. En tant que poste britannique important, Portsmouth servit de base navale principale. Le 4 juillet 1781, le général britannique Charles Cornwallis (1738–1805) quitta Williamsburg, en Virginie, afin de traverser le fleuve James à Jamestown et d'atteindre Portsmouth. Une fois à Portsmouth, l'armée britannique embarqua sur des navires. Cornwallis et ses hommes naviguèrent ensuite vers Yorktown, où leur défaite lors du siège de Yorktown devait mettre un terme à la Révolution américaine. La carte indique la présence de forts, de ponts, de maisons de campagne, de marais, d'un moulin à vent et de Scott's Creek. Elle montre également le front de mer de Portsmouth, le long du fleuve Elizabeth, ainsi que les routes menant au centre-ville et à la région voisine de Gosport. La carte énumère les sites de biens immobiliers portant le nom de leur propriétaire : Davis, Samuel Veals, Captain Badson et Tucker. La ville de Portsmouth fut fondée en 1752, mais sa réputation de site de construction navale est encore plus ancienne. L'échelle est fournie en perches, ancienne unité de mesure égale à trois mètres environ. Cette carte est extraite de la collection Rochambeau, conservée à la Bibliothèque du Congrès, comptant 40 cartes manuscrites, 26 cartes imprimées et un atlas manuscrit qui appartint à Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau (1725-1807), commandant en chef de l'armée expéditionnaire française (1780-1782) durant la guerre d'indépendance américaine. Certaines de ces cartes furent utilisées par Rochambeau durant le conflit. Datant d'entre 1717 et 1795, elles couvrent la majeure partie de l'est de l'Amérique du Nord, de Terre-Neuve-et-Labrador, au nord, à Haïti, au sud. La collection inclut des plans urbains, des cartes de batailles de la guerre d'indépendance et de campagnes militaires, ainsi que d'anciennes cartes d'État des années 1790.