29 décembre 2015

Réfugiés quêtant de la nourriture à Bucarest en Roumanie

Telle cette femme de 75 ans nouvellement arrivée à Bucarest, les réfugiés âgés éprouvaient des difficultés à survivre sur le dur chemin menant à la sécurité pendant la Première Guerre mondiale. La Roumanie rejoignit l'effort de guerre des alliés à la fin du mois d'août 1916. Des parties du territoire devinrent des territoires occupés par l'ennemi. Tout comme dans de vastes régions d'Europe, les maisons des Juifs roumains et les institutions civiques soutenant la vie communautaire furent détruites. Les populations civiles, traitées en ennemis, furent contraintes, par la force ou l'intimidation, de se réfugier dans des endroits encore épargnés par la tourmente. Les premiers efforts pour porter secours aux Juifs roumains appauvris par la guerre incluaient des soupes populaires, la distribution de vêtements et de souliers pour les enfants, et des allocations familiales pour ceux dont les soutiens de famille avaient été enrôlés dans les forces armées ou étaient prisonniers de guerre. Ces efforts étaient organisés par le Comité de distribution des fonds américains pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]) qui fut fondé à New York après le début de la Première Guerre mondiale. Tant que les Empires germanique, austro-hongrois et russe contrôlaient de vastes territoires et que les États-Unis restaient neutres, les opérations de secours du JDC avaient lieu par le biais du département d'État américain et d'organisations philanthropiques européennes établies comme l'Association pour la colonisation juive à Pétrograd (Saint–Pétersbourg) et l’Israelitische Allianz à Vienne. Après l'entrée en guerre de l'Amérique, il devint plus difficile de faire parvenir des fonds et des fournitures aux populations vivant dans les régions occupées par les puissances centrales. Les conditions sociales de l'après-guerre furent encore aggravées par la guerre territoriale entre la Roumanie et la Hongrie qui suivit l'armistice de novembre 1918. La photographie provient des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Des enfants se nourrissent au jardin d'enfants Mendele à Bialystok, en Pologne

Les écoles et les garderies étaient des véhicules efficaces pour l'envoi de denrées alimentaires aux enfants polonais pendant la Première Guerre mondiale et l'immédiat après-guerre, période de famine à l'état endémique. Le jardin d'enfants Mendele et l'école communautaire de l'Union de la jeunesse juive de Bialystok faisaient très probablement partie de l'orphelinat et du foyer pour enfants Mendele Moicher Sforim, appelé ainsi en l'honneur de l'auteur bien-aimé de récits en yiddish. Pendant l'entre-deux-guerres, Bialystok disposait d'un important système d’éducation primaire juif. Nombre de ces écoles furent financées par des organisations philanthropiques juives étrangères. Le Comité de distribution des fonds américains pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]), fut une organisation humanitaire qui soutenait les écoles et fournissait des repas, des vêtements et des souliers aux élèves. Le JDC fut créé au début de la Première Guerre mondiale par des groupes de Juifs américains s'unissant pour coordonner leurs opérations de secours afin de lutter contre les privations et les souffrances endurées par les Juifs de l'étranger. Dès l'entrée en guerre des États-Unis à la fin du conflit, des fonds furent envoyés aux organisations communautaires et régionales en Pologne, en Lituanie et dans d'autres pays touchés par la guerre par le biais d'une succursale du JDC en Hollande, pays neutre. La photographie provient des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Marché extérieur dans un quartier incendié, en Pologne

La légende de cette photographie de presse indique : « Polonais distribuant des légumes parmi les ruines d'une ville détruite par un pilonnage d'artillerie lors des batailles opposant Allemands et Russes. Des milliers de villes et de villages polonais sont toujours en ruine et doivent être reconstruits. Ce travail sera l'une des premières tâches de la nouvelle Pologne. L'acier américain et d'autres matériaux seront nécessaires pour ce travail de reconstruction, ainsi que notre aide financière. Du fait de la position relativement éloignée de la Pologne par rapport à la France, à l'Angleterre et aux États-Unis, et des difficultés à obtenir des matières premières des usines allemandes tant que l'Allemagne ne se sera pas remise de la guerre, la reconstruction de la Pologne prendra plus de temps que celle des régions dévastées en France, en Belgique et en Italie. 19/11/18 ». Le Comité de distribution des fonds américains pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]), fut une organisation humanitaire qui contribua grandement à l'effort de reconstruction, tout particulièrement dans les communautés juives affectées par la guerre. L'image provient de l'agence photographique Underwood and Underwood, l'une des principales productrices de diapositives pour projecteurs stéréopticon (sorte de lanternes magiques), qui se lança dans la photographie de presse en 1910. La photographie est issue des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Un navire de secours en route pour le Proche-Orient

La légende de cette photographie transmise par bélinographe indique : « L'USS Pensacola, désormais utilisé comme navire de secours transportant des denrées alimentaires et des vêtements vers les pays démunis du Proche-Orient, a quitté le port de New York avec une cargaison d'une valeur de plus de deux millions de dollars. Le Pensacola n'est pas le premier navire à partir pour le Proche-Orient, deux autres l'ont précédé. Les navires de secours sont placés sous l'égide du Comité américain de secours au Proche-Orient. La photographie représente le Pensacola s'éloignant de la jetée à Hoboken pour entreprendre son long voyage vers Constantinople, qui sera sa première escale ». Le Comité de distribution des fonds américains pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]), fut une organisation humanitaire fondée à l'issue de la Première Guerre mondiale pour répondre aux besoins des Juifs de la Palestine sous mandat britannique et d'Europe. Elle participa à cet effort de secours non sectaire en offrant 300 000 dollars pour financer le coût de la cargaison du Pensacola. La photographie provient des archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Première cargaison de viande cachère envoyée à Dantzig, en Pologne

En 1919, lorsque des centaines de milliers de Juifs s'étaient retrouvés piégés entre les forces belligérantes polonaises et russes, les Juifs américains envoyèrent les denrées alimentaires dont ces réfugiés avaient désespérément besoin. Cette photographie montre des barils de bœuf salé cacher en train d’être chargés à bord du SS Ashburn dans le port de New York pour être envoyés à Dantzig (actuelle Gdansk, en Pologne). Le Comité paritaire juif américain de distribution pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]) fut fondé en 1914 pour envoyer de l'aide, notamment des denrées alimentaires, des vêtements, des médicaments, des fonds et des fournitures d'urgence aux Juifs d'Europe touchés par la guerre. La guerre laissa dans son sillage de nombreux autres désastres : pogroms, épidémies, famine, révolution et ruine économique. Après la guerre, le JDC continua de jouer un rôle prépondérant dans la reconstruction des communautés juives d'Europe orientale dévastées et dans le soutien aux Juifs de Palestine. La photographie, distribuée par l'agence photographique Underwood and Underwood, provient des archives du JDC qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours. Depuis sa fondation, le JDC fournit des secours et de l'aide sociale dans plus de 90 pays.

Carte d’un prisonnier de la Première Guerre mondiale

Cette carte fut émise en 1920 pour Kiksa Biro, un prisonnier de guerre hongrois, par la succursale de Vladivostok du Comité de distribution des fonds américains pour le soutien des Juifs victimes de la guerre (renommé plus tard Comité paritaire juif américain de distribution [American Jewish Joint Distribution Committee, ou abrégé en JDC]). La carte comporte une rare photographie et contient des informations personnelles telles que le nom, le lieu et la date de naissance, la nationalité, l'adresse personnelle, le statut familial et la profession. Par le biais de sa succursale de Vladivostok, le JDC aida les prisonniers de guerre juifs dans les camps de Sibérie pendant et après la Première Guerre mondiale, transmettant leur courrier à leurs familles, veillant à leur bien-être, et organisant des soins hospitaliers pour ceux qui souffraient de maladies graves. Quelque 10 000 Juifs faisaient partie des 160 000 prisonniers de guerre en Sibérie qui avaient servi dans les armées allemande et austro-hongroise. Le Fonds de rapatriement des prisonniers de guerre de Sibérie, organisation non confessionnelle principalement soutenue par le JDC et la Croix-Rouge américaine, fut créé en avril 1920 dans le but de rapatrier tous les prisonniers de guerre de Sibérie dans leur pays d’origine. Des navires furent affrétés pour cette opération. Presque tous les prisonniers qui désiraient rentrer dans leur pays purent le faire. Cette carte fait partie de l'ensemble de 1 000 cartes de prisonniers de la Première Guerre mondiale stockées dans les archives du JDC, qui contiennent des documents, des photographies, des films, des vidéos, des récits oraux et des objets témoignant du travail de l'organisation de la Première Guerre mondiale à nos jours.