23 janvier 2014

Deux années dans les Antilles françaises

Lafcadio Hearn (1850–1904) est un écrivain international surtout connu pour ses ouvrages sur le Japon. Né sur l'île grecque de Leucade, fils d'un père irlandais et d'une mère grecque, il fut élevé en Angleterre, en Irlande et en France avant d'immigrer aux États-Unis à l'âge de 19 ans. Il vécut d'abord à Cincinnati où il décrocha un emploi de journaliste, puis déménagea à la Nouvelle-Orléans en 1877 où il écrivit pour plusieurs journaux. Ses écrits impressionnistes sur la ville attirèrent l'attention des éditeurs du magazine Harper, lesquels envoyèrent Hearn comme correspondant aux Antilles françaises en 1887. La première partie de ce livre est un compte-rendu du « séjour estival sous les tropiques » qui l'emmena de New York aux petites Antilles, avec des escales à Saint-Christophe, à la Dominique, en Martinique, à la Barbade, en Guyane, à la Trinité, à Grenade et à Sainte-Lucie. Hearn fut captivé par l'île de la Martinique, sous autorité française, et par ses habitants et il y vécut pendant deux ans. La deuxième partie de ce livre est composée de 14 croquis de l'île, tous avec des titres en français ou en créole. Cet ouvrage comprend des photographies, des dessins ainsi qu'une annexe qui traite de la musique martiniquaise en reproduisant la mélodie et les paroles de plusieurs chansons créoles. En 1890, l'année de publication de cet ouvrage, Hearn se rendit au Japon où il finit par s'installer. Il y épousa une japonaise et fut naturalisé Japonais.

Europe, une prophétie

William Blake (1757–1827), poète, illustrateur et graveur anglais, publia pour la première fois Europe, une prophétie en 1794, un an après la parution de son ouvrage Amérique, une prophétie. Dans ces deux ouvrages, Blake essaie de discerner le schéma sous-jacent de l'histoire de l'humanité, et en particulier lors des événements majeurs qui se produisirent des deux côtés de l'Atlantique entre la fin de la Révolution américaine en 1783 et le début de la guerre entre la France et la Grande-Bretagne en 1793. Bien qu'il se soit d'abord enthousiasmé pour la Révolution française, Blake vécut l'émergence d'un monde de privation et de misère en Europe comme décrit dans « Famine » (planche 9) et « Fléau » (planche 10). Le frontispice (planche 1) comprend une des œuvres d'art les plus connues de Blake, « L'Ancien des jours », qui décrit Dieu le Père comme un personnage puissant, frappant la terre avec un compas. La grande majorité des ouvrages de Blake n'a pas été publiée dans le sens traditionnel du terme mais a été imprimée pour des commandes spéciales de collectionneurs privés ou de libraires londoniens. Par conséquent, ces ouvrages sont extrêmement rares. Cette copie, de la collection Lessing J. Rosenwald de la Bibliothèque du Congrès, est la seule des neufs copies effectuées encore existante.

Vroubel

Mikhaïl Vroubel (1856–1910) est un peintre russe, connu pour son style inhabituel qui combine des éléments de l'art russe autochtone avec des influences occidentales et byzantines. Né à Omsk d'un père polonais et d'une mère russe, il déménagea à Saint-Pétersbourg en 1874 pour y étudier le droit. Il finit par abandonner ses études et entrer à l'Académie des beaux-arts en 1880. Durant de sa carrière, interrompue par la maladie mentale et la cécité, Vroubel produisit un ensemble d'œuvres comprenant des fresques et des mosaïques pour des églises, des illustrations d'ouvrages, des décors de théâtre, des aquarelles et des peintures à l'huile. Il était fasciné par Le Démon, long poème de Mikhail Lermontov, et produisit de nombreuses représentations du diable qui figurent parmi ses peintures les plus connues. Il souffrit de dépression et fut placé dans un asile où il perdit la vue et finit par mourir. À son enterrement, le grand poète symboliste Aleksandr Blok lui rendit hommage. Cet ouvrage, écrit par le critique d'art russe Aleksandr Pavlovitch Ivanov (1876-1940) est une présentation de la vie, du style et des innovations artistiques de Vroubel. Publié pour la première fois en 1911, il comprend des reproductions en couleur et en noir et blanc de certaines des œuvres de Vroubel. En fin d'ouvrage, une liste répertorie toutes les œuvres de Vroubel de 1881 à 1906.

À Modest Ment͡synsʹkyĭ de la part des prisonniers du camp de Wetzlar

Cette publication en l'honneur du ténor Modest Omeli͡anovych Ment͡synsʹkyĭ (1875-1935) fut produite par les prisonniers du camp de Wetzlar pour lesquels Ment͡synsʹkyĭ donna une représentation en février 1916. Elle contient des essais et des poèmes en l'honneur de Ment͡synsʹkyĭ ainsi que le programme de son spectacle et les paroles des chansons interprétées, notamment des poèmes de Taras Chevtchenko et d'Ivan Franko. Pendant la Première Guerre mondiale, plus d'un million de soldats russes furent faits prisonniers. Parmi eux se trouvaient quelques centaines d'Ukrainiens de souche. L'Union pour la libération de l'Ukraine, organisation d'émigrés ukrainiens de l'Empire russe qui favorisait l'indépendance de l'Ukraine, travailla avec les autorités allemandes pour que les prisonniers ukrainiens soient rassemblés dans des camps spéciaux à Rastatt, Salzwedel et Wetzlar. Cet ouvrage fut publié par l'Union de la libération de l'Ukraine au camp de Wetzlar.

Sagesse éternelle, pièce de théâtre d'étudiants de Kiev

L'art dramatique pour les étudiants est une forme théâtrale qui se développa au XVIIe et XVIIIe siècles en Ukraine. Les étudiants jouaient des pièces écrites par leurs professeurs dans le cadre de leur instruction religieuse et pour l'étude des principes du théâtre. Ce genre théâtral semble avoir été développé à partir de la poésie dialogique des périodes de Noël et de Pâques qui étaient populaires en Europe de l'Ouest au début du XIIe et du XIIIe siècle et qui s'étendit à l'Ukraine à la fin du XVIe-début du XVIIe siècle. Cet ouvrage est l'édition de 1912 de la pièce pour étudiants jésuites, Sagesse éternelle, datant de 1703. La première partie du livre est une analyse critique détaillée de la pièce par l'érudit Volodymyr Ivanovych Ri͡ezanov (1867-1936). Elle comprend une courte description de l'intrigue, une analyse des personnages, une comparaison à d'autres pièces jésuites et une étude de la relation de la pièce avec d'autres textes et sources, par exemple la Bible. La deuxième partie de cette œuvre contient le texte.

Un recueil de chansons des habitants de la région de Boucovine

La Boucovine est une région du sud-est de l'Europe qui fait aujourd'hui partie de l'Ukraine et de la Roumanie. Entre 1775 et 1918, elle fut sous autorité de l'empire d'Autriche, avant d'être annexée par la Roumanie après la Première Guerre mondiale et divisée entre l'Union soviétique et la Roumanie après la Deuxième Guerre mondiale. Cet ouvrage est un recueil de paroles de chansons, rassemblées au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle par le journaliste, anthropologiste et personnage public de la région de Boucovine, Hryhoriĭ Kupchanko (1849–1902), pour le département sud-ouest de la Société impériale géographique de Russie. Cette sélection fut compilée et éditée par l'érudit de Kiev, Alexander Lonachevsky, et publiée en 1875. Les chansons sont réparties en six sections : chansons religieuses, chansons sur la vie personnelle, chansons sur la famille et chansons politiques, artistiques et éducatives. Dans chaque section, les chansons sont regroupées par thème, et les thèmes similaires sont rassemblés. Le système de classement de Lonachevsky fut ensuite adopté par le célèbre historien et penseur politique ukrainien Mykhaĭlo Petrovych Drahomaniv (1841-1895).