12 février 2013

Album d'objets religieux du musée d'archéologie religieuse de l'Académie de théologie de Kiev

Le thème de ce livre, le premier d'une série d'albums consacrés au musée d'archéologie religieuse de l'Académie de théologie de Kiev, est le recueil d'icônes du mont Sinaï et du mont Athos constitué par l'évêque Porphyre Uspensky (1804–1885). L'évêque Porphyre naquit en Russie, étudia à l'Académie de théologie de Saint-Pétersbourg et fut ordonné prêtre en 1829. En 1842, il fut envoyé par le synode de l'Église orthodoxe de Russie à Jérusalem pour renforcer les relations avec les chrétiens orthodoxes de Syrie et de Palestine. En 1845 et 1846, il participa à des expéditions de plusieurs mois dans des monastères d'Égypte et au mont Athos en Grèce, où il catalogua des manuscrits et des icônes collectées. Il revint en Russie en 1861. En 1865, il fut ordonné évêque de Tchyhyryne et nommé premier vicaire de l'éparchie métropolitaine de Kiev. Lorsqu'il était installé à Kiev, il organisa ses collections et publia la plupart de ses écrits. Ce livre, édité par le professeur N. Petrov de l'Académie de théologie de Kiev, raconte l'histoire de la collection de l'évêque Porphyre et répertorie en détail ses éléments les plus importants. Les illustrations représentent des icônes datant de la période entre le Ve et le XVIIe siècles.

Le premier imprimeur de livres russe, 1583

Ce livre, publié à Kiev en 1895, est une courte biographie d'Ivan Fyodorov (1510–1583 env.) destinée au grand public. Fyodorov est considéré, avec Schweipolt Fiol et Francysk Skaryna, comme l'un des pères de l'imprimerie dans la région slave de l'est. Diplômé de l'Université Jagellonne de Cracovie, en Pologne, Fyodorov travailla par la suite à Moscou où il publia, à l'aide de caractères mobiles, les premiers livres liturgiques imprimés en Russie. Expulsé de Moscou par des scribes qui redoutaient la concurrence de son innovation, il dut fuir jusqu'au grand-duché de Lituanie, où il établit une presse à Zabłudów (aujourd'hui en Pologne). En 1572, il s'installa à Lviv (aujourd'hui en Ukraine, mais à l'époque dans la République des Deux Nations). Fyodorov fut non seulement imprimeur, mais également graveur, ingénieur et fabricant de canons. Le livre décrit les premières heures de l'imprimerie dans les régions slaves de l'est, ainsi que les œuvres de Fyodorov et sa relation avec la société dans laquelle il vivait.

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Bibi Khanym. Mosquée de congrégation (Mosquée du Vendredi). Échantillons de carreaux utilisés pour l'ornement des murs extérieurs

Ces dessins d'ornements de céramique polychrome de la mosquée principale de l'ensemble de Bibi Khanym, à Samarcande (Ouzbékistan), sont extraits de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'architecture islamique de Samarcande, avec notamment des monuments datant des XIVe et XVe siècles, lors du règne de Tamerlan et de ses successeurs. Construit entre 1399 et 1405 avec le butin de la campagne de Tamerlan en Inde, l'ensemble de Bibi Khanym était l'emplacement de la mosquée principale de la ville, ou Mosquée du Vendredi, nommée en hommage à la première épouse de Tamerlan, Sarai Mulk Khanym. La mosquée, une des plus grandes du monde, se trouve au centre de l'ensemble. L.A. Shostak réalisa des copies à l'aquarelle de ces détails des céramiques des façades de la mosquée. Les dessins présentés ici incluent (à partir du haut et dans le sens des aiguilles d'une montre) un ornement à quatre lobes contenant des motifs à fleurs, une figure hexagonale avec des motifs à fleurs partant du centre, une étoile à cinq branches dotée de motifs à fleurs et une étoile à dix branches décorée de vrilles qui s'étendent d'une étoile à cinq branches (sur les façades des minarets de la mosquée principale). Au centre, un carreau contient des lettres kufiques angulaires. Bien que ces détails soient simplifiés, ce type de dessin fournit des informations qui ne sont pas disponibles sur la photographie de l'époque.

Album des armoiries de l'Ukraine

Ce recueil d'estampes rassemble les armoiries et drapeaux de l'Ukraine. L'ouvrage fut réalisé par Mykola Bytyns'kyĭ (1893–1972), peintre ukrainien expert en héraldique. Bytyns'kyĭ combattit durant la guerre d'indépendance ukrainienne à la fin de la Première Guerre mondiale et immigra par la suite à Prague, où il étudia les arts et produisit plusieurs œuvres sur l'héraldique. Après la Seconde Guerre mondiale, il vécut dans un camp de personnes déplacées en Allemagne, avant d'immigrer au Canada. Les armoiries de l'Ukraine, un trident sur un bouclier bleu, furent officiellement adoptées en 1918 lors de la courte période de l'indépendance de l'Ukraine, puis à nouveau en 1992, à la suite de la dissolution de l'Union soviétique. L'image du trident remonte au XIe siècle, lorsqu'il fut estampé sur des pièces d'or et d'argent émises par le prince Vladimir le Grand (règne : 980–1015). Les couleurs nationales de l'Ukraine sont le bleu et le jaune. Le bleu, faisant référence au ciel, est un symbole de la paix, et le jaune, couleur du blé, représente la richesse de la terre.

Art de l'ancienne Rus'-Ukraine

Ce livre est une courte histoire de l'art de l'ancienne Rus’. Ce régime politique médiéval, centré sur la ville de Kiev, prospéra du IXe au XIIIe siècle et inspira beaucoup plus tard le fondement de la culture russe et ukrainienne. L'ouvrage aborde les influences des Varègues et de l'orthodoxie orientale, l'importance du christianisme, l'architecture en bois, les églises et les monastères de Kiev, l'art et l'architecture de la ville historique de Tchernigov, et les arts de l'émail et de la peinture des icônes. Une attention particulière est accordée à la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev, notamment sa forme architecturale, sa finition intérieure, ses peintures et ses sculptures. Le livre contient des illustrations et une courte bibliographie. L'auteur, Fedor I. Shmit (1877–1942 env.), fut un éminent byzantiniste, archéologue et éducateur. Professeur à l'université de Kharkiv et membre de l'Académie ukrainienne des sciences, il fut arrêté et exécuté lors des purges staliniennes dans les années 1930.

Grottes de Kiev et laure de Kievo-Petchersk

Ce livre, publié à Kiev en 1864, décrit et raconte l'histoire de la laure de Kievo-Petchersk, portant également le nom de monastère des Grottes de Kiev (pechera signifie grotte et lavra désigne un monastère), un grand ensemble fondé en 1051 par un moine du nom d'Antoine dans des grottes creusées à flanc de colline. Le monastère devint rapidement le centre du christianisme en Russie et joua un rôle majeur dans le développement culturel local, accueillant la première presse de Kiev, ainsi que des chroniqueurs, des écrivains, des médecins, des scientifiques et des artistes de renom. Sanctuaire national le plus important d'Ukraine, la laure de Kievo-Petchersk est un lieu de pèlerinage des peuples slaves en général. Le livre aborde les origines du monachisme à Kiev, raconte la construction des premiers monastères rupestres et décrit la vie monastique. Il mentionne également en détail les reliques des saints et leurs emplacements. Le livre inclut des illustrations des bâtiments et des plans du monastère du grand ensemble de la laure de Kievo-Petchersk.