Étude sur les différentes masses de fer découvertes dans l'est de la cordillère des Andes

Mariano Eduardo de Rivero y Ustáriz (1798–1857) est un scientifique, géologue, minéralogiste, chimiste, archéologue, politicien et diplomate péruvien. Après avoir été scolarisé à Arequipa, il fut envoyé à Londres en 1810, alors qu'il n'avait que 12 ans, pour étudier les mathématiques, la physique et les langues. En 1817, il partit étudier la minéralogie et la chimie à l'École royale des mines de Paris en France, où il rencontra Joseph Louis Proust, Gay-Lussac et Alexander von Humboldt. Ce dernier devint son mentor et, lors de ses périples en Europe, Rivero découvrit un nouvel oxalate de fer qu'il nomma humboldtilithe en l'honneur de son aîné. Sur les recommandations d'Humboldt, le gouvernement colombien engagea Rivero en 1822 pour diriger la première école des mines à Bogotá avec l'assistance de plusieurs autres jeunes scientifiques européens, notamment le minéralogiste français Jean-Baptiste Boussingault (1802–1887), ancien étudiant de l'École des mines de Saint-Etienne qui s'installa par la suite en Alsace pour travailler sur l'extraction de l'asphalte. Rivero et Boussingault voyagèrent dans les régions du nord de l'Amérique du Sud afin de soutenir les explorations scientifiques du général Simón Bolívar. Le document présenté ici, Memoria sobre diferentes masas de hierro encontradas en la cordillera oriental de los andes (Étude sur les différentes masses de fer découvertes dans l'est de la cordillère des Andes), fut publié en 1823 et constitue l'un des nombreux articles de minéralogie sur lesquels les deux hommes collaborèrent. Il contient une analyse des différents types de minerais de fer découverts dans l'est de la chaîne de montagnes de la cordillère des Andes, près de Santa Rosa, en Colombie. Ce document est inclus dans un recueil d'ouvrages de Rivero intitulé Colección de memorias cientificas, agrícolas e industriales publicadas en distintas épocas (Recueil d'articles consacrés à la science, l'agriculture et l'industrie publiés à différentes époques), qui parut en 1857.

Logement de leurs Altesses Royales le duc de Saxe et Louis Philippe à la Maison du Major Brant

La collection Thereza Christina Maria se compose de 21 742 photographies réunies par l'Empereur Pedro II sa vie durant ; il les a léguées à la Bibliothèque nationale du Brésil. Cette collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au 19e siècle, et comprend également de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du nord. En 1868, le photographe Augusto Riedel a accompagné Luis Augusto, duc de Saxe, gendre de l'empereur Pedro II, lors d'une expédition dans l'intérieur du Brésil. L'expédition s'est rendue dans la ville de Diamantina, dans l'État de Minas Gerais, qui était un centre d'extraction de diamants. Les photographies prises par Riedel au cours de cette visite ont été utilisées plus de vingt ans plus tard par José Maria da Silva Paranhos Júnior, baron de Rio Branco et père de la diplomatie brésilienne, pour illustrer l'album Sites du Brésil, qui a été présenté à l'Exposition universelle de 1889 à Paris. Diamantina est un exemple bien préservé de l'architecture baroque brésilienne ; elle a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1999.

Le Comte d'Eu et d'autres officiers brésiliens ayant pris part à la guerre du Paraguay

La collection Thereza Christina Maria est constituée de 21 742 photographies réunies par l'empereur Pedro II et qu'il légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. Cette collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et comprend aussi de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. Cette photographie montre Louis Philippe Gaston d’Orléans, comte d'Eu, le prince français qui était l’époux de la princesse Isabel, et des compagnons d'armes de la guerre du Paraguay. Elle fut prise dans le village paraguayen de Vila do Rosário, le 13 janvier 1870, deux mois avant la fin de cette guerre. Le comte est au centre ; il porte une tenue militaire de cérémonie.

Locomotive à vapeur « Kompaund » équipée d'une super-chaudière Schmidt

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

La princesse Isabel, la baronne de Muritiba et la baronne de Loreto sur la véranda de la résidence de la princesse

La collection Thereza Christina Maria est constituée de 21 742 photographies réunies par l'empereur Pedro II et qu'il légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. Cette collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle et comprend aussi de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. La noblesse brésilienne est bien représentée dans cette collection. Cette photographie de 1866 par Marc Ferrez, l'un des photographes portraitistes brésiliens les plus réputés, montre la princesse Isabel, fille de Pedro II, sur le balcon de sa résidence à Petropolis, dans l'État de Rio de Janeiro. On peut voir, en partant de la gauche, la baronne de Muritiba, la princesse Isabel et la baronne de Loreto.

Parade sur la place du Palais à l'occasion du mariage de la princesse Isabel et du comte d'Eu

La collection Thereza Christina Maria est constituée de 21 742 photographies réunies par l'empereur Pedro II et qu'il légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. Cette collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle et comprend aussi de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. Cette photographie montre la parade organisée pour célébrer le mariage de la princesse Isabel, fille de l'empereur Pedro II et de l'impératrice Thereza Christina Maria, et du comte d'Eu, le 15 octobre 1864.

Isabel, princesse du Brésil

La collection Thereza Christina Maria est constituée de 21 742 photographies réunies par l'empereur Pedro II et qu'il légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. Cette collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle et comprend aussi de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. Cette photographie montre la Princesse Isabel, fille de Pedro II et héritière en titre du trône du Brésil jusqu'à l'abolition de la monarchie en 1889. Elle a été prise par Joaquim José Insley Pacheco (1830-1912), l’un des photographes de portraits brésiliens les plus célèbres de l'époque. Pacheco est né au Portugal et a immigré au Brésil dans sa jeunesse. Entre 1849 et 1851, il a travaillé à New York, où il a étudié avec les photographes Jeremiah Gurney et Mathew Brady. De retour au Brésil, il a ouvert un studio à Rio de Janeiro. En 1855, il reçut le titre de photographe de la Maison impériale. Parmi ses sujets les plus célèbres, on compte des membres de la famille royale, des personnalités politiques et des membres de l'aristocratie brésilienne. C’était également un peintre et un dessinateur, et il a contribué à l’avancement des techniques de la photographie.