29 janvier 2013

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Nadir Divan-Begi. Inscriptions autour de la principale niche intérieure face à la porte depuis l'extérieur

Cette photographie de la mosquée de Madrasa de Nadir Divan-Begi, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande. Jouxtant le sanctuaire de Khodzha Akhrar, cette madrasa (école religieuse) fut achevée en 1631 sous Nadir Divan-Begi, vizir et oncle du souverain de Boukhara, Imam-Quli Khan. Elle fut conçue comme une cour rectangulaire entourée d'un cloître à un étage pour les érudits. Cette vue présente la partie supérieure du flanc gauche de la niche formée par l'arceau principal de l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert), face à la rue. La surface du mur est composée de carreaux de céramique formant des motifs géométriques qui incluent des textes sacrés en écriture kufique angulaire. Une inscription horizontale en lettres cursives marque l'endroit où le flanc de la niche commence sa courbe vers la voûte de l'arceau. Les couleurs de base des carreaux sont le bleu foncé et le bleu clair, avec des détails en blanc, jaune et orange. Le mur du fond de la niche est à peine visible sur la droite, mais il arbore les mêmes motifs ornementaux que le flanc. La surface extérieure de la façade de l'aivan est visible sur la gauche.

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Nadir Divan-Begi. Inscriptions autour de la principale niche intérieure face à la porte depuis l'extérieur

Cette photographie de la mosquée de Madrasa de Nadir Divan-Begi, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande. Jouxtant le sanctuaire de Khodzha Akhrar, cette madrasa (école religieuse) fut achevée en 1631 sous Nadir Divan-Begi, vizir et oncle du souverain de Boukhara, Imam-Quli Khan. Elle fut conçue comme une cour rectangulaire entourée d'un cloître à un étage pour les érudits. Cette vue présente la partie supérieure droite de la niche formée par l'arceau principal de l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert), face à la rue. Malgré des dommages, la surface du flanc (en bas) arbore encore des carreaux de céramique formant des motifs géométriques qui incluent des textes sacrés en écriture kufique angulaire. Une inscription horizontale en lettres cursives marque l'endroit où le flanc commence sa courbe vers la voûte de l'arceau. La surface supérieure de la voûte de l'arceau reprend les mêmes motifs géométriques. Les ornements en céramique sur le mur du fond (à gauche) allient formes géométriques et à fleurs. Les couleurs de base utilisées pour les carreaux sont le bleu foncé et le bleu clair. La surface extérieure de la façade de l'aivan est visible sur la droite.

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Nadir Divan-Begi. Inscriptions autour de la niche principale de la façade sud

Cette photographie de la mosquée de Madrasa de Nadir Divan-Begi, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande. Jouxtant le sanctuaire de Khodzha Akhrar, cette madrasa (école religieuse) fut achevée en 1631 sous Nadir Divan-Begi, vizir et oncle du souverain de Boukhara, Imam-Quli Khan. Elle fut conçue comme une cour rectangulaire entourée d'un cloître à un étage pour les érudits. Cette vue présente le côté droit de l'arceau de l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert) au centre du mur sud de la cour entourée d'un cloître. La surface extérieure de la façade de l'aivan est décorée de bandes verticales de carreaux de céramique formant des motifs géométriques. À côté de l'arceau, une bande d'inscription comporte des lettres kufiques angulaires stylisées. Au-dessus de l'arceau de l'aivan, les vestiges des mosaïques de faïence avec des motifs à fleurs sont visibles. La plus grande surface à l'intérieur de la niche voûtée est consacrée à des motifs de carreaux géométriques dont les lignes d'intersection dessinent des figures telles que des étoiles à huit branches. Ces lignes sont constituées de motifs de céramique sophistiqués. Les arcades du cloître des deux côtés de l'aivan arborent les mêmes ornements.

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Nadir Divan-Begi. Inscriptions autour de la niche principale de la façade sud

Cette photographie de la mosquée de Madrasa de Nadir Divan-Begi, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande. Jouxtant le sanctuaire de Khodzha Akhrar, cette madrasa (école religieuse) fut achevée en 1631 sous Nadir Divan-Begi, vizir et oncle du souverain de Boukhara, Imam-Quli Khan. Elle fut conçue comme une cour rectangulaire entourée d'un cloître à un étage pour les érudits. Cette vue présente le côté gauche de l'arceau de l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert) au centre du mur sud de la cour entourée du cloître. La surface extérieure de la façade de l'aivan est décorée de bandes verticales de carreaux de céramique formant des motifs géométriques. À côté de l'arceau, une bande d'inscription comporte des lettres kufiques angulaires stylisées. Au-dessus de l'arceau de l'aivan, les vestiges des mosaïques de faïence avec des motifs à fleurs sont visibles. La plus grande surface à l'intérieur de la niche voûtée est consacrée à des motifs de carreaux géométriques dont les lignes d'intersection dessinent des figures telles que des étoiles à huit branches. Ces lignes sont constituées de motifs de céramique sophistiqués. Les arcades du cloître des deux côtés de l'aivan arborent les mêmes ornements.

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Nadir Divan-Begi. Inscriptions autour de la niche principale de la façade nord

Cette photographie de la mosquée de Madrasa de Nadir Divan-Begi, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande. Jouxtant le sanctuaire de Khodzha Akhrar, cette madrasa (école religieuse) fut achevée en 1631 sous Nadir Divan-Begi, vizir et oncle du souverain de Boukhara, Imam-Quli Khan. Elle fut conçue comme une cour rectangulaire entourée d'un cloître à un étage pour les érudits. Cette vue présente le côté gauche de l'arceau de l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert) au centre du mur nord de la cour entourée du cloître. Malgré des dommages considérables, la surface extérieure de la façade de l'aivan comporte encore les vestiges des bandes verticales de carreaux de céramique formant des motifs géométriques. À côté de l'arceau, une bande d'inscription comporte des lettres kufiques angulaires stylisées. Au-dessus de l'arceau de l'aivan, des fragments des mosaïques de faïence avec des motifs à fleurs sont visibles. La plus grande surface à l'intérieur de la niche voûtée est consacrée à des motifs de carreaux géométriques dont les lignes d'intersection dessinent des figures telles que des étoiles à huit branches. Ces lignes sont constituées de motifs de céramique polychromes sophistiqués.

Antiquités de Samarcande. Madrasa de Nadir Divan-Begi. Inscriptions autour de la niche principale de la façade nord

Cette photographie de la mosquée de Madrasa de Nadir Divan-Begi, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande. Jouxtant le sanctuaire de Khodzha Akhrar, cette madrasa (école religieuse) fut achevée en 1631 sous Nadir Divan-Begi, vizir et oncle du souverain de Boukhara, Imam-Quli Khan. Elle fut conçue comme une cour rectangulaire entourée d'un cloître à un étage pour les érudits. Cette vue présente l'arceau d'un aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert) dans la cour entourée d'un cloître. Malgré des dommages considérables, la surface extérieure de la façade de l'aivan comporte encore une bande d'inscription avec des lettres cursives allongées (écriture thoulouth). Les côtés de l'arceau arborent les vestiges des bandes verticales de carreaux de céramique qui forment des motifs géométriques. Des fragments de mosaïques de faïence avec des motifs à fleurs apparaissent autour de la pointe de l'arceau de l'aivan (à gauche). Le fond de la niche voûtée comporte également des motifs à fleurs à peine visibles. Ces lignes sont constituées de motifs de céramique polychromes sophistiqués. La couleur de base est le bleu foncé, avec des détails en blanc, jaune, orange et vert.