14 janvier 2013

Antiquités de Samarcande. Mausolée de l'émir Timour Kuragan (Gour Emir). Chapiteau de colonne et section des détails de la façade nord

Cette photographie des détails de la façade nord du mausolée de Gour Emir, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande, notamment Gour Emir (« tombe du souverain » en persan). Bien qu'il soit principalement connu comme le lieu de sépulture de Tamerlan, Gour Emir fut commencé sous Tamerlan en 1403 pour commémorer la mort de son petit-fils bien-aimé, le sultan Mahomet, à l'âge de 27 ans. Le sanctuaire n'était toujours pas achevé lorsque Tamerlan décéda d'une pneumonie en 1405. Avec son enterrement, Gour Emir devint en fait le mausolée des Timourides. Cette photographie présente un segment de la façade nord, décoré de céramique polychrome. Le sommet d'une colonne de céramique fixée, soutenant un chapiteau segmenté, est visible dans la partie inférieure. La colonne et le chapiteau sont ornés de motifs à fleurs. Malgré les dommages sur la surface du mur de briques, le panneau vertical au-dessus de la colonne illustre parfaitement la délicatesse de ces motifs à fleurs sophistiqués, symétriques et reliés par un réseau de vrilles. Ces arabesques hexagonales suggèrent une logique organique et universelle.

Antiquités de Samarcande. Mausolée de l'émir Timour Kuragan (Gour Emir). Inscription sur l'une des portes

Cette photographie d'une porte du mausolée de Gour Emir, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande, notamment Gour Emir (« tombe du souverain » en persan). Bien qu'il soit principalement connu comme le lieu de sépulture de Tamerlan, Gour Emir fut commencé sous Tamerlan en 1403 pour commémorer la mort de son petit-fils bien-aimé, le sultan Mahomet. Sa mort soudaine, à l'âge de 27 ans, priva Tamerlan du successeur qu'il avait choisi. Le sanctuaire n'était pas encore achevé lorsque Tamerlan décéda d'une pneumonie en 1405. Lorsqu'il y fut enterré, Gour Emir devint le mausolée des Timourides. Cette vue du côté gauche d'une porte en bois, probablement située dans l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert) de l'arceau d'entrée, montre un panneau de lambris avec des gravures en relief complexes comme arrière-plan pour les lettres arabes allongées en écriture cursive. Sous ce panneau carré, une sculpture plus grande, avec des figures de fleurs et des vrilles encadrant un motif géométrique pointu, est décorée de losanges sur des pièces chantournées. Bien que les sculptures aient été relativement bien préservées dans ce climat sec, l'aspect érodé de la porte révèle l'effet du temps.

Antiquités de Samarcande. Mausolée de l'émir Timour Kuragan (Gour Emir). Inscription au-dessus de la porte du corridor

Cette photographie d'une niche voûtée dans le mausolée de Gour Emir, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande, notamment Gour Emir (« tombe du souverain » en persan). Bien qu'il soit principalement connu comme le lieu de sépulture de Tamerlan, Gour Emir fut commencé sous Tamerlan en 1403 pour commémorer la mort de son petit-fils bien-aimé, le sultan Mahomet, à l'âge de 27 ans. Lorsque Tamerlan y fut enterré en 1405, Gour Emir devint le mausolée des Timourides. Cette vue montre la partie supérieure d'une niche voûtée de porte (peshtak), apparemment sur le côté gauche de la façade nord. Les fragments de l'ornement en céramique sont à peine visibles des deux côtés de la porte, au-dessus de laquelle une bande de céramique, bordée de figures décoratives, est décorée d'un texte sacré en écriture perso-arabe cursive allongée. Au-dessus de l'inscription, un motif de faïence forme des figures géométriques s'entrecroisant, notamment des pentagones, des triangles et des étoiles à six branches. La complexité de ces éléments entrelacés semble représenter l'ordre cosmique. À l'origine, la voûte en briques de l'arceau était recouverte de céramiques.

Antiquités de Samarcande. Mausolée de l'émir Timour Kuragan (Gour Emir). Inscriptions bordant la frise sur l'ensemble de la façade

Cette photographie du mausolée de Gour Emir, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande, notamment Gour Emir (« tombe du souverain » en persan). Bien qu'il soit principalement connu comme le lieu de sépulture de Tamerlan, Gour Emir fut commencé sous Tamerlan en 1403 pour commémorer la mort de son petit-fils bien-aimé, le sultan Mahomet, à l'âge de 27 ans. Lorsque Tamerlan y fut enterré en 1405, Gour Emir devint le mausolée des Timourides. Cette vue montre l'angle nord-est de la structure, avec l'unique minaret encore existant sur les quatre qui furent érigés à l'origine. Le minaret arbore des bandes spirales d'écriture coufique formant des mots tirés de la profession de foi islamique. Malgré les dommages considérables sur la surface du mur, les renfoncements dotés d'arceaux pointus arborent encore l'ornement en céramique polychrome, composé de motifs floraux et géométriques disposés de façon symétrique. Les fragments d'une bande d'inscription de céramique monumentale en perso-arabe, s'étendant sur la majeure partie de la longueur de la façade principale, sont visibles au-dessus des arceaux. Dans la partie supérieure, un parapet de fortune est constitué de briques minces.

Antiquités de Samarcande. Mausolée de l'émir Timour Kuragan (Gour Emir). Inscriptions bordant la frise sur l'ensemble de la façade

Cette photographie du mausolée de Gour Emir, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande, notamment Gour Emir (« tombe du souverain » en persan). Bien qu'il soit principalement connu comme le lieu de sépulture de Tamerlan, Gour Emir fut commencé sous Tamerlan en 1403 pour commémorer la mort de son petit-fils bien-aimé, le sultan Mahomet, à l'âge de 27 ans. Le sanctuaire n'était toujours pas achevé lorsque Tamerlan décéda en 1405. Avec son enterrement, Gour Emir devint le mausolée des Timourides. Cette vue présente une section de la façade nord, dont la surface du mur a subi des dommages considérables. L'arcade aveugle arbore encore l'ornement de faïence polychrome à la pointe des arceaux, ainsi qu'au-dessus et entre les renforcements voûtés. Les céramiques sont composées de motifs à fleurs et géométriques, disposés de façon symétrique. Les fragments d'une bande d'inscription de céramique monumentale en perso-arabe, s'étendant sur la majeure partie de la longueur de la façade principale, sont visibles au-dessus des arcades. Dans la partie supérieure, un parapet de fortune est constitué de briques minces. Le tambour sous le dôme central est partiellement visible en haut à gauche.

Antiquités de Samarcande. Mausolée de l'émir Timour Kuragan (Gour Emir). Inscription le long des côtés et à l'intérieur de la niche de l'entrée principale

Cette photographie remarquable des détails de l'arceau d'entrée menant vers la cour du mausolée de Gour Emir, à Samarcande (Ouzbékistan), est extraite de l'ouvrage archéologique Album du Turkestan. Cet inventaire photographique, en six volumes, fut réalisé entre 1871 et 1872 sous le patronage du général Konstantin P. von Kaufman, premier gouverneur général (1867-1882) du Turkestan, nom donné aux territoires d'Asie centrale de l'Empire russe. L'album consacre une attention particulière à l'héritage de l'architecture islamique de Samarcande, notamment Gour Emir (« tombe du souverain » en persan). Bien qu'il soit principalement connu comme le lieu de sépulture de Tamerlan, Gour Emir fut commencé sous Tamerlan en 1403 pour commémorer la mort de son petit-fils bien-aimé, le sultan Mahomet, à l'âge de 27 ans. Lorsque Tamerlan y fut enterré en 1405, Gour Emir devint le mausolée des Timourides. Cette vue présente l'angle droit de l'arceau de l'aivan (salle voûtée dotée de trois murs et d'un côté ouvert) de la structure d'entrée. L'angle est marqué par une colonne de céramique fixée et un chapiteau doté de panneaux de lambris décoratifs polychromes des deux côtés. Le flanc droit de la niche de l'aivan est visible à gauche de la colonne. Dans le panneau inférieur, l'arceau pointu est orné de figures à fleurs de faïence polychrome disposées dans des motifs géométriques. Au-dessus, le panneau contient un motif géométrique rectiligne avec des éléments floraux. À droite, la façade principale présente une progression similaire. Les panneaux de lambris sont bordés de motifs à fleurs.