1 août 2012

Mémoriaux de Zhao Wenhua sur la répression des pirates

Cet ouvrage est un recueil de 28 mémoriaux de Zhao Wenhua (mort en 1557), haut fonctionnaire de la fin de l'ère Ming qui fut disgracié par la suite. Selon sa biographie dans Ming shi (Histoires des Ming), Zhao obtint son jin shi en 1529. Pendant qu'il occupait un poste au Bureau des transmissions, il proposa la création d'une ville satellite pour la capitale. Peu après, il fut promu au Bureau des travaux publics. Lorsque les pirates causèrent des troubles dans le sud-est de la Chine, Zhao soumit sept mémoriaux (rapports de projet, propositions ou remontrances), chacun d'entre eux contenant un plan d'action contre la menace des pirates. Le premier demandait d'offrir un sacrifice rituel aux dieux des mers. D'autres mémoriaux proposaient d'apporter de l'aide au peuple des quatre préfectures de la région et suggéraient différentes mesures militaires pour résoudre le problème des pirates. Le dernier mémorial demandait la permission de revenir à la cour. Les fonctions les plus prestigieuses de Zhao furent celles de ministre du Bureau des travaux publics et de régent du prince. Au cours des batailles contre les pirates, il s'attribua le mérite des victoires militaires. Après son retour dans la capitale, il adopta un style de vie extravagant, ce qui suscita le mécontentement de l'empereur. Ce dernier finit par relever Zhao de son poste et envoya son fils dans une garnison frontalière lointaine. En outre, on découvrit que Zhao s'était approprié de grosses sommes d'argent public. Il mourut simple citoyen. Ses titres officiels de ministre du Bureau des travaux publics et de grand gardien de l'héritier présomptif sont utilisés dans cet ouvrage, ce qui suggère qu'il fut probablement imprimé entre 1556 et 1557, avant que Zhao tombe en disgrâce.

2 août 2012

Les principes fondamentaux de l'arithmétique

Bahaa al-Din al-Amili (1547–1621 apr. J.-C., 953–1031 après l'Hégire) serait né à Baalbek, au Liban, mais sa famille émigra à Hérat, en actuel Afghanistan, pour échapper à la persécution ottomane. Il étudia à Ispahan, en actuel Iran, puis à Alep, à Jérusalem et en Égypte, avant de retourner à Ispahan où il servit durant de nombreuses années en tant que président du tribunal et où il mourut. Il produisit plus de 50 titres dans des domaines aussi divers que l'arithmétique, l'astronomie, la littérature, la religion et la linguistique. Connu pour sa poésie ainsi que ses nombreux ouvrages encyclopédiques, il est également considéré comme l'artisan du renouveau des mathématiques islamiques après une période de négligence. Al-Khulasa fil hisab (Les principes essentiels de l'arithmétique) couvre de nombreux aspects et caractéristiques des nombres résultant d'opérations algébriques ou autres opérations basiques, y compris la multiplication, la division, l'addition et la soustraction. L'ouvrage fut considéré comme un texte fondamental jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Commentaire sur le Compendium d'astronomie simple

L'auteur de ce commentaire, Salah ad-Din Musa Pasha, également connu sous le nom de Qadi-zadeh (le fils du juge), naquit à Bursa (en actuelle Turquie) en 1364 et mourut à Samarcande (en actuel Ouzbékistan) en 1436. Son premier professeur, al-Fanāri, lui suggéra de parfaire son éducation dans les grands centres scientifiques de l'époque, tels qu'Hérat, dans le Khorasan (en actuel Afghanistan), Boukhara ou Samarcande, en Transoxiane, afin de développer ses capacités extraordinaires en mathématiques et en astronomie. Suivant ce conseil, Qadi-zadeh se présenta à Samarcande à la cour du très prometteur Oulough Beg (1394-1449), à peine âgé de 17 ans à l'époque. Oulough Beg devint l'élève le plus doué de Qadi-zadeh et lui assura les fonds nécessaires à une vie d'étude à Samarcande. Associant la recherche dans des infrastructures locales (notamment le célèbre observatoire d'Oulough Beg construit dans les années 1420) et son activité pédagogique, Qadi-zadeh rédigea un certain nombre de commentaires sur des ouvrages de mathématiques et d'astronomie, et notamment celui conservé dans ce manuscrit. Très probablement conçu à des fins didactiques, ce traité est un commentaire détaillé d'un manuel astronomique de Šaraf al-Dīn Mahmūd ibn Muhammad ibn ‘Umar al-Jaġmīnī, Mulahhas fī al-Hay'a Al-Basīta (Compendium d'astronomie simple). Le commentaire de Qadi-zadeh, bien que portant largement sur le Mulahhas, semble suivre sa propre structure, abordant la configuration des mondes célestes et terrestres et les divisions des organismes créés, des orbes célestes et de la Terre. Le manuscrit est enrichi de nombreux émargements écrits de différentes mains, reflétant la haute valeur scientifique et pédagogique attribuée aux commentaires de Qadi-zadeh après sa mort.

7 août 2012

Une carte générale des Indes occidentales : avec des ajouts des tout derniers navigateurs

Le Capitaine Joseph Smith Speer était un marin anglais qui servit pendant 21 ans sur la côte des Mosquitos dans ce qui est aujourd'hui le Nicaragua. Il créa ensuite des cartes détaillées des Antilles basées sur ses connaissances personnelles de cette région. En 1766, il publia The West-India Pilot (Le pilote des Antilles) qui contenait 13 cartes, suivi d'une édition amplifiée contenant 26 cartes en 1771. Cette carte générale des Indes occidentales est une grande carte détaillée (71 sur 117 centimètres). Elle est basée sur une carte antérieure datant de 1774 « avec des ajouts des tout derniers navigateurs ». Les territoires anglais, français, espagnols, néerlandais et danois y sont indiqués et représentés par des couleurs différentes. Les États-Unis, en vert, ne comprennent pas encore la Floride, ni aucun territoire à l'ouest du Mississippi.

9 août 2012

Carte maritime

La Carta marina du géographe et historien suédois Olaus Magnus est l'une des toutes premières représentations géographiques exactes de la péninsule scandinave. Dressée à Rome en 1539, par l'un des catholiques scandinaves les plus importants et occupant un poste ecclésiastique prestigieux, elle contient des détails qui sont omis dans bien des cartes antérieures de la région. Initialement destinée pour son Historia de gentibus septentrionalibus (Une description des peuples du Nord), la carte fut publiée quelques 15 ans avant l'apparition de cette œuvre majestueuse. Olaus Magnus est généralement considéré comme le premier à avancer l'idée d'un Passage nord-oriental. Il s'agit de la seconde édition de cette carte, publiée par Antoine Lafréry en 1572.

Premiers écrits de Carl von Linné

Les travaux importants de jeunes chercheurs peuvent parfois avoir un impact sensible sur la communauté des spécialistes, tout en demeurant relativement inconnus d'un public plus large. Les premiers travaux de Carl Linné (1707-78), qui sont des journaux annotés de ses voyages en Suède et à l'étranger, dans lesquels il pose les bases de ses efforts visant à concevoir une nomenclature des genres et espèces naturelles, ne furent jamais publiés de son vivant. Le récit de ses voyages en Laponie fut publié en Angleterre en 1811. Les notes de ses premiers voyages à Bergslagen, Dalarna, et à l'étranger furent révisées et publiées par Ewald Ährling pour commémorer le 100ème anniversaire de la mort de Linné. Linné est également connu sous son nom latinisé, Carolus Linnaeus.