23 juillet 2012

La grande « Vie des animaux »

Kamal Al-Din Al-Damiri (1341-1405 apr. J.-C. environ, 742-808 après l'Hégire) était un tailleur devenu savant. Né au Caire, il passa la majeure partie de sa vie en Égypte. Hayat al-Hayawan (Vie des animaux) est son œuvre la plus connue. Il en existe deux versions, appelées la grande et la petite. La grande version est présentée ici. Elle comprend plus de 1050 entrées sur les animaux, classées par ordre alphabétique arabe. Certaines entrées sont longues, d'autres sont plus courtes et il existe des doublons. L'entrée la plus longue, par exemple, concerne le lion et nécessite 11 pages. Les autres entrées ne font que quelques mots. La duplication survient lorsque les animaux ont des noms synonymes, ou lorsque la femelle ou le petit d'une espèce particulière sont nommés différemment. Les mammifères et les oiseaux sont le plus mis en avant dans cet ouvrage. Ce livre fut l'une des œuvres dont le sultan ottoman Selim Ier ordonna l'impression pendant son occupation de l'Égypte en 1517.

Bruxelles, ville importante des Pays-Bas, capitale du Duché de Brabant

A la fin du 18ème siècle, les cartes françaises faisaient figurer Bruxelles, à l'époque une ville importante dans les Pays-Bas espagnols et la capitale du duché de Brabant. La carte montre les frontières de la ville et la rivière de la Senne. La situation de la ville près de la rivière en fit un important centre commercial pour les échanges entre la France et les États germaniques. En 1695, Bruxelles a été attaquée par l'armée de Louis XIV, et a subi de graves dommages. La ville demeurât en état de siège jusqu'à sa prise par les Français en 1746. Bruxelles devint la capitale de la Belgique après son indépendance en 1830 et, en 1958, a été proclamée siège de la Communauté Économique Européenne, précurseur de l'Union européenne d'aujourd'hui.

Contes pour enfants, traditions et histoires des zoulous dans leurs propres mots : comporte une traduction en anglais et des notes du révérend Canon Callaway. Volume 1

Contes pour enfants, traditions et histoires des zoulous dans leurs propres mots est un recueil de littérature zoulou compilé par le révérend Henry Callaway (1817-1890) dans la région de Natal en Afrique du Sud à la fin de années 1850 et dans les années 1860. Callaway quitta le Royaume-Uni en 1856 pour devenir missionnaire de l'Église d'Angleterre. En 1858, il s'installa près du fleuve Umkomanzi à Natal et commença à étudier la langue, les croyances religieuses et la tradition orale Zoulou. Callaway maîtrisant la langue, il put transcrire des contes que lui dictaient les conteurs autochtones. Les traductions anglaises des histoires apparaissent dans des sections parallèles à côté du texte original en zoulou. Callaway faisait de son mieux pour retranscrire aussi fidèlement que possible les particularités de la langue et de la littérature zoulou, telles qu'elles avaient pu être avant toute influence européenne, mais il fut néanmoins impressionné par les « correspondances imprévues » entre les contes zoulous et les légendes d'autres peuples. Ces correspondances, écrit-il dans la préface de son œuvre, « nous imposerons avec une force croissante la grande évidence : l'homme pense partout de manière similaire, car partout, dans chaque pays et sous chaque climat, sous chaque couleur de peau, malgré les changements de condition intellectuelle et sociale, il reste un homme…, unique par ses qualités mentales, ses tendances, ses émotions et ses passions. »

Écrivains néerlandais d'Afrique du Sud : étude historico-culturelle, volume I

Hollandse skrywers uit Suid-Afrika : 'n kultuur-historiese studie. Deel I (Écrivains néerlandais d'Afrique du Sud : Étude historico-culturelle, volume I) est un recueil de travaux d'auteurs d'origine néerlandaise ayant vécu en Afrique du Sud entre 1653 et 1875. L'ouvrage, publié en 1934, retrace le développement de la langue afrikaans en commençant par la transplantation de la culture néerlandaise en Afrique du Sud. Les thèmes abordés comprennent l'influence d'autres pays européens, en particulier la France, sur le développement de l'afrikaans et la production de chroniqueurs, écrivains et journalistes importants. Parmi les auteurs dont les travaux sont compilés, on trouve Jan van Riebeeck, Pieter de Neyn, Jacob Wikar, H.D. Campagne, M.C. Vos, et Louis Trichardt. Ce volume comporte une introduction détaillée par l'éditeur, la spécialiste littéraire Elizabeth Johanna Möller Conradie (1903-39). La suite de cet ouvrage, Hollandse skrywers uit Suid-Afrika: 'n kultuur-historiese studie. Deel II (Écrivains néerlandais d'Afrique du Sud : Étude historico-culturelle, volume II), couvrant la période 1875-1905, fut publiée en 1949.

Croquis représentant les tribus indigènes, les animaux et les paysages d'Afrique du Sud : à partir de dessins du défunt Samuel Daniell

Samuel Daniell (1775-1811) était un peintre et un dessinateur anglais qui arriva en Afrique du Sud en décembre 1799. Il fut nommé secrétaire et artiste de l'expédition de 1801-1802 ralliant le Cap de Bonne-Espérance au Bechuanaland, menée par P.J. Truter et William Somerville. De retour en Angleterre, Daniell publia Paysages et animaux africains (1804-1805) grâce au soutien de son oncle le peintre Thomas Daniell et de son frère, le peintre et graveur William Daniell. Il partit ensuite pour Ceylan (l'actuel Sri Lanka), où il fit des esquisses de paysages et de personnes avant de mourir de la fièvre tropicale. Peu après la mort de son frère, William publia Croquis représentant les tribus indigènes, les animaux et les paysages d'Afrique du Sud, une collection de 48 gravures réalisée à partir des dessins que Samuel avait faits en Afrique. Les textes accompagnant chaque illustration sont de Somerville et de Sir John Barrow, un géographe et explorateur britannique qui participa lui aussi aux premières expéditions britanniques en Afrique du Sud. Samuel Daniell dessinait des animaux dans leur habitat naturel, et son travail était apprécié pour la précision et l'attention portée aux détails. Le recueil comporte également des croquis de personnes rencontrées au cours de l'expédition et plusieurs paysages saisissants.

Le mineur gentleman : études de l'être et images de la vie à Johannesburg

Le mineur gentleman est un roman qui se déroule à Johannesburg, en Afrique du Sud, en 1889. Suite à la découverte d'or dans les années 1880, Johannesburg connut un essor considérable, attirant des mineurs et des prospecteurs du monde entier. Ce livre décrit la croissance rapide de la ville, ainsi que les conditions sordides, les paillettes, l'ivresse et le crime qui caractérisaient les premiers camps de mineurs. L'auteur du livre est la Comtesse de Brémont (1864-1922), née Anna Dunphy de parents irlandais à Cincinnati, dans l'Ohio. À l'âge de 17 ans, elle épousa le Comte de Brémont, un médecin français. Veuve en 1882, elle commença une carrière de journaliste et écrivain. Elle travailla à Kimberley et Johannesburg dans les années 1880 et partagea son temps entre Londres et l'Afrique du Sud dans les années 1890. Ses autres ouvrages comprennent un volume de sonnets et de poèmes, les mémoires du poète anglais Oscar Wilde et de sa mère Lady Wilde, ainsi que deux autres livres sur l'Afrique : La mauvaise passe : Contes des régions aurifères africaines (1895) et Un fils d'Afrique : une histoire d'amour (1899).