2 juillet 2012

Su Ruolan

Le portrait est de Su Hui, une talentueuse femme érudite et poète du quatrième siècle dont le nom de courtisane était Ruolan (“telle une orchidée”). Elle est célèbre pour un poème palindromique qu'elle broda selon différentes soies de couleurs pour exprimer son amour pour son mari, qui avait été exilé en un lieu éloigné sur les routes commerciales de l'Asie Centrale. Différentes versions du poème existent. L'une compte 112 caractères disposés sur huit rangs de 14 caractères. Ils ne signifient rien à moins que le lecteur ne commence par le caractère "époux" sur le premier rang et puis lise en suivant une diagonale vers la droite. Une ligne parfaite de sept syllabes est formée lorsque le lecteur atteint la bordure du dessin. Après être descendu d'un caractère au coin inférieur droit du tracé, le lecteur doit remonter en diagonale vers la gauche pour obtenir la ligne correspondante du couplet. Le lecteur poursuit d'une manière similaire jusqu'à ce que le poème en 16 lignes qui en résulte se conclue par l'espoir que l'empereur permettra à l'époux de l'auteur de revenir et d'apaiser sa solitude. Une autre version de cette œuvre compte 841 caractères. L'Impératrice Tang, Wu Zetian écrivit qu'elle trouva plus de 200 poèmes dans le motif.. Un homme du 18ème siècle qui a dû consacrer un temps considérable au puzzle prétendit avoir découvert 9 958 poèmes dans l'œuvre.

Planche anatomique révélée par illumination intérieure

Ce texte médical montre les cinq organes majeurs (cœur, foie, rate, poumons et reins) et six organes mineurs (vésicule biliaire, estomac, petits intestins, grand intestin, vessie, et le méridien triple-réchauffeur) du corps humain, tels que définis par la médecine traditionnelle chinoise. Le méridien triple-réchauffeur est l'un des 12 méridiens de base utilisés en médecine chinoise pour comprendre le fonctionnement du corps. Sont également exposés les autres concepts de la médecine chinoise, par exemple, le champ du cinabre. Dans la pensée Taoïste, le champ du cinabre est la racine de l'être humain, la lieu du corps où l'essence et l'esprit sont déposés. Situé environ dix centimètres sous le nombril, il est considéré comme l'origine des cinq respirations (wuqi).

Vue du bureau du Gouverneur général de Taiwan

Sous l'occupation japonaise entre 1895 et 1945, l'autorité en chef à Taïwan était le gouverneur général, un fonctionnaire nommé par, et envoyé de Tokyo. Le gouverneur général exerçait un pouvoir suprême exécutif, législatif et judiciaire. Cette photographie des années 1920 montre le bureau du gouverneur général, qui comprenait les bureaux des affaires militaires et intérieures. La construction de cet édifice, par des ouvriers envoyés du Japon, commença en 1912 et fut achevée en 1919.

Les bains publics: Mélange fier d'architectures japonaise et étrangère (Caoshan [J. Sōzan] sources chaudes, Taiwan)

Les bains publics de la Préfecture de Taipei ont été construits à la fin des années 20 afin de commémorer le couronnement de l'empereur Showa au Japon, sur un site où les sources chaudes naturelles étaient déjà utilisées. Les installations étaient considérées comme les meilleures de Taiwan. Les forces japonaises envahirent et occupèrent Taiwan lors de la guerre sino-japonaise de 1895, un conflit entre les empires chinois et japonais portant principalement sur le contrôle de la Corée. À la fin de la guerre, la Chine céda Taiwan au Japon. L'occupation dura jusqu'en 1945 et la fin de la seconde guerre mondiale.

La fleur de prunier

La fleur de prune et le bambou sont parfois associés comme des amis dans la culture chinoise. Tous deux sont des symboles de pureté et de constance. Cette association se reflète dans cette peinture de la fin du 17ème- début 18ème siècle et le poème qui l'accompagne. He Shikun était un personnage de la dynastie Ming qui est identifié dans deux gazettes locales comme étant originaire de Xinhui, à Guangdong. Cependant, l'inscription l'identifie ici comme étant de Wuyang, un nom ancien pour Guangzhou, au nord de Xinhui. En 1646, au cours des semaines cahotiques avant que Xinhui ne se rende aux forces de la dynastie Qing qui avaient pris Guangzhou, He Shikun et d'autres membres de l'élite locale prirent la tête des habitants pour repousser un siège par des troupes luttant pour restaurer la dynastie Ming. La dynastie Ming dirigea la Chine de 1368 à 1644, lorsque sa chute fut causée par les envahisseurs Mandchous qui établirent la dynastie Qing. Cependant, une résistance Ming dispersée contre la domination Mandchoue persista dans la Chine du Sud jusqu'aux années 1660.

Phénix à neuf têtes

Cette estampe de la dynastie Qing (1644-1911) montre un phénix à neuf têtes, une créature de la mythologie chinoise avec un corps d'oiseau et neuf têtes avec des visages humains. Il s'agit de l'une des créatures hybrides mentionnées dans le Classique des montagnes et des mers (Shanhai jing), où il est dit qu'elle demeure dans les grandes régions reculées du Nord dans la montagne appelée "Coffre céleste à l'Extrémité nord". Cette mention semble faire partie de ce qui est peut être la section la plus récente de cet ouvrage, qui a pu être composée à un moment entre le troisième ou quatrième siècle avant J.-C et le troisième ou quatrième siècle après J.-C.