L'ouvrage de référence sur la discrimination des érudits

Abd ul-Nabi ibn Saad al-Jazaairi (mort en 1610 apr. J.-C. environ, 1021 après l'Hégire) fut un biographe, un ecclésiastique et un juriste chiite. Hawi al-Aqwal fi maarifat al-rijal (L'ouvrage de référence sur la discrimination des érudits) est son anthologie en quatre volumes de biographies d'érudits chiites et autres personnalités qui communiquaient les hadiths, paroles attribuées au prophète Mahomet et transmises par le bouche-à-oreille. Afin de vérifier la crédibilité d'un hadith, l'honnêteté de chaque maillon (personne) dans la chaîne de la narration doit être contrôlée. En conséquence, cet ouvrage divise les narrateurs traités en quatre catégories : « de confiance », « studieux », « juste » et « faible ». Le volume est le premier ouvrage de son genre écrit par un biographe chiite qui utilise une telle méthode ; les anthologies biographiques antérieures étaient en grande partie non classifiées ou divisées seulement en deux catégories. Les catégories comprennent également les chapitres de l'ouvrage organisés par ordre alphabétique. La longueur des articles varie, certains d'entre eux se limitant à une simple phrase. Des érudits chiites accusèrent al-Jazaairi d'avoir des opinions trop rigoureuses et d'être prompt à la critique. Ils le comparèrent à Ibn al-Ghadhaairi (décédé en 1050 apr. J.-C. environ), biographe chiite antérieur, qui était considéré comme trop critique à l'égard des noms qualifiés de dignes de confiance. Al-Jazaairi, par exemple, classifia comme « faible » Di'abil al-Khuza'ai qui est considéré par beaucoup comme le poète non officiel d'Aal al-Bayt, la famille élargie du prophète Mahomet. Saleem ibn Qais et Jabir al-Jaafi figuraient parmi les autres noms critiqués.

Tombouctou la mystérieuse

Ce livre est une traduction en anglais de Tombouctou la mystérieuse, publié à Paris en 1897. L'auteur, Félix Dubois (1862–1945), était un journaliste français qui en 1895, voyagea de Paris à Dakar, au Sénégal et de là descendit le fleuve Niger dans ce qu'on appelait alors le Soudan français. Il visita la ville de Jenne, selon lui le « joyau de la vallée du Niger » et de là il poursuivit vers la ville antique de Tombouctou. Citant une ancienne chronique soudanaise qui appelait Tombouctou « le lieu de rencontre de tous ceux qui voyagent par chameau ou en pirogue », Dubois mit en évidence l'importance de la ville en tant que centre commercial et plaque tournante du transport. « Les chameaux transfèrent leurs fardeaux sur les pirogues, et les embarcations confient leurs cargaisons aux chameaux, Tombouctou étant le lieu de transbordement. » La ville est aussi un important centre littéraire et religieux abritant plusieurs mosquées, bibliothèques ainsi que l'université de Sankoré, dont la fondation remonte au Xe siècle et à l'établissement de la mosquée de Sankoré. Dubois aborda également le sujet des premiers voyageurs européens à Tombouctou, notamment l'explorateur écossais Mungo Park (1771–1806) et l'allemand Heinrich Barth (1821–1865) et il fit le récit de l'annexion de la ville par l'empire français en 1893.

Le don des disciples de la voie de Mahomet

Tombouctou, fondée aux environs de 1100 pour servir de carrefour pour les échanges commerciaux à travers le désert du Sahara, a également été un grand siège de l'enseignement islamique à partir du XIVe  siècle. Les bibliothèques de Tombouctou contiennent de nombreux manuscrits importants, dans différents styles d'écriture arabe, qui ont été écrits et copiés par les scribes et les érudits de Tombouctou. Ces œuvres représentent la contribution la plus célèbre et la plus durable de cette ville à la civilisation islamique et mondiale. Cet ouvrage porte sur l'empire Songhaï, l'un des États les plus importants de l'Afrique de l'Ouest au XIVe siècle et au XVe siècle. Les musulmans vivaient en grand nombre sur les terres de l’empire. Cet ouvrage examine l’histoire de l’empire et traite de questions cruciales relatives au droit musulman qui ont été soulevées à l’intérieur de ses frontières, y compris le statut et les droits des femmes et des enfants dans une société musulmane.