Septième emprunt de guerre : Maintenant -- Tous ensemble.

C.C. Beall (1892-1967) était un illustrateur commercial qui dessinait des bandes dessinées et des couvertures de livres. Il reprit pour l'image de cette affiche de la campagne d'emprunt de guerre de la Deuxième Guerre mondiale la célèbre photo de Joe Rosenthal du deuxième drapeau hissé sur Iwo Jima. Cette photo avait fait une énorme impression après sa publication dans le cadre de reportages sur la bataille. Cette affiche faisait partie de la campagne pour la souscription au septième emprunt de guerre, qui eut lieu en mai 1945, quelques jours seulement après la victoire en Europe. Les officiels craignaient que la défaite de l'Allemagne ne réduise les ventes d'obligations. Le slogan sur l'affiche, « Maintenant, tous ensemble », ainsi que l'image d’Iwo Jima étaient conçus pour faire appel à l'esprit de patriotisme collectif et accroître les ventes d'obligations. Il y eut au moins quatre utilisations de cette image pendant la septième campagne d'emprunt de guerre, y compris celle qui montre de simples citoyens soulevant un grand chiffre « 7 » dans la même position que les soldats de l'illustration de Beall. Il se trouve que le septième emprunt de guerre surpassa toutes les attentes en collectant plus de 156 milliards de dollars.

Carte du détroit de Magellan et d'une partie de la Terre de Feu, préparée en 1786

Cette carte composite de l'expédition scientifique de 1785-1786 jusqu’au détroit de Magellan, sous le commandement d'Antonio de Córdoba (1740?-1811) représente la première étude détaillée de la région. Cette carte inclut des références à des ports, des baies, des chenaux et d'autres caractéristiques naturelles, une légende ainsi qu'une explication détaillées et des notes. Córdoba était un capitaine (teniente general) dans la marine espagnole qui participa à divers combats, campagnes et expéditions scientifiques dans l'ensemble de l'empire espagnol et au-delà. Ces activités l'emmenèrent à La Havane en 1761, à Alger en 1767, au Pérou, au Chili et en Nouvelle-Grenade en 1768-1772, au Brésil, en Uruguay et aux îles Falkland dans les années 1760 et dans le détroit de Magellan dans les années 1780. Pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, les puissances européennes encouragèrent les expéditions scientifiques et les études topographiques au sujet des Amériques ainsi que d'autres parties du monde. Sous le règne du roi Charles III (1759-1788), l'Espagne lança des expéditions dans diverses parties de son vaste empire à des fins scientifiques, commerciales, politiques et militaires. Cette carte est le fruit de l'une de ces expéditions et fait partie de la collection de cartes Real Escuela de Navegación de la Bibliothèque du Congrès achetées chez Maggs Brothers, à Londres.

Nouvelle représentation précise de la partie sud de l'Amérique, qui comprend : le Brésil, les Caraïbes, le Nouveau Royaume de la Guyane, Castilia del Oro, le Nicaragua, les Antilles et le Pérou: Et sous le tropique du Capricorne, le Chili, le Rio de la Plata, la Patagonie et le détroit de Magellan

Cette carte dépliable de l'Amérique du Sud et des Antilles, imprimée sur deux feuilles séparées et avec des marges non coupées fut gravée pour la deuxième édition de la quatrième partie de la collection de voyages d'Hulsius, qui comprend 26 parties en tout. Le “Vierte Schiffart“ (Quatrième voyage) est un compte-rendu du voyage d'Ulrich Schmidel au Brésil et sur le Rio de la Plata de 1534 à 1554. Dans cette deuxième édition de la carte, trois îles ont été insérées sous la bordure inférieure de la carte du bas, avec le nom “Francisci Draco Ins.“Ces îles, connues désormais sous le nom d'îles de la Reine Elizabeth, apparurent sur les cartes après la publication par Hakluyt d'une nouvelle carte de l'Amérique dans son édition latine de l'œuvre de Pietro Martire de Anghiera, De Orbe Nouo Decades Octo (Les huit décennies de Pierre Martyr d'Anghera) en 1587. Au cours de son passage du détroit de Magellan, Drake découvrit que la Terre de Feu (Terra del Fogo) était une île. Plusieurs nouveaux noms furent ajoutés à cette édition de la carte le long de la côte ouest de l'Amérique du Sud ; le témoin "N°2" fut également ajouté dans le coin inférieur gauche de la carte du bas.

Deux femmes juives se tenant debout, face à face, en Tunisie

Cette photographie prise au début du XXe siècle en Tunisie provient de la collection Frank et Frances Carpenter à la Bibliothèque du Congrès. Frank G. Carpenter (1855-1924) était un auteur américain de livres de voyage et de géographie mondiale dont les travaux ont contribué à populariser l'anthropologie culturelle et la géographie aux États-Unis au début du XXe siècle. Composée de photographies prises et réunies par Carpenter et sa fille Frances (1890-1972) pour illustrer ses écrits, la collection comprend quelque 16 800 photographies et 7 000 négatifs sur verre et sur film. Cette photographie présente deux femmes juives en Tunisie, un pays qui était un protectorat français à l'époque, même si officiellement c'était un territoire de l'Empire ottoman. La robe portée par les deux femmes est appelée maliya. Pliée sept fois sur l'abdomen pour cacher la silhouette, elle servait aussi à souligner la corpulence d’une femme, qui était considérée comme un signe de beauté et de richesse.

Perse, Afghanistan et Balouchistan

Cette carte de 1904 de la Perse (ainsi que l'Iran était alors connue), de l'Afghanistan, et de parties de l'actuel Pakistan provient de l'Americana Company de New York, l'éditeur de l' Encyclopédie AmericanaDans la carte figurent également de grandes parties de l'Asie centrale (connues comme le Turkestan), qui faisaient alors partie de l'Empire russe, l'extrême ouest de la Chine, et le golfe Persique. La fin du 19ème et du début du 20ème siècles furent une période d'intense rivalité pour l'influence dans cette partie du monde entre les empires russe et britannique. La construction du chemin de fer fut un élément important de cette rivalité, qui fut souvent appelé le "Grand Jeu". La carte montre l'importance stratégique du chemin de fer Trans-Caspien, construit par la Russie entre 1879 et 1898, allant de la côte orientale de la mer Caspienne jusqu'à Samarkand et la vallée du Fergana. Peu de chemins de fer existaient alors en Iran, en Afghanistan et dans l'ouest du Pakistan.