2 mai 2012

Place Souk el Hout (Marché aux poissons)

Cette photographie de l'Association Tétouan-Asmir montre Souk el Hout Square (la place du poisson), une des plus charmantes places de la médina de Tétouan, au Maroc. Les montagnards des tribus environnantes viennent à la place pour présenter leurs couleurs, la laine tissée fait à la main des objets en vente. Cette place a été construite juste à l'extérieur des murs de la ville. Ali Al-Mandari, le fondateur de la ville, a construit le mur de briques avec ses tours et ses kasaba (forteresse) à la fin du 15ème et au début du 16ème siècle. Tétouan a été appelée la fille de Grenade, et la Kasaba reflète l'architecture militaire de Grenade, chef-lieu de l'Andalousie. Située sur la Méditerranée à l'est de Tanger, Tétouan pendant des siècles a servi de point de passage entre le Maroc et la culture arabe de l'Andalousie sur la péninsule ibérique. Après la Reconquista-La reprise de l'Andalousie par les chrétiens d'Espagne-Tétouan a été reconstruite par des réfugiés qui ont été expulsés par les Espagnols. En 1997, la médina de Tétouan a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que ville historique exceptionnellement bien préservée, affichant toutes les caractéristiques de la haute culture andalouse.

Vue Panoramique de Tétouan

Cette photographie panoramique de Tétouan, au Maroc, par l'Association Tétouan-Asmir montre la médina vieille de cinq siècles, la ville coloniale espagnole (ou Ensanche) du début du 20ème siècle sur le bord du Mont Dersa, ainsi que de nouvelles zones urbaines qui s'étendent vers l'est sur dix kilomètres, en direction des plus belles plages de la Méditerranée. Les murs blanchis à la chaux de la médina, qui ont valu à la ville le nom de "Blanche Colombe", ainsi que les montagnes et les plages de la ville reflètent la combinaison de la beauté naturelle et de celle créée par l'homme pour laquelle Tétouan est connue. Située sur la mer Méditerranée à l'est de Tanger, Tétouan fut pendant des siècles un important point de contact entre le Maroc et la culture arabe de l'Andalousie sur la Péninsule ibérique. Après la Reconquista - la reprise de l'Andalousie par les chrétiens d'Espagne - Tétouan fut reconstruite par les réfugiés d'Andalousie qui furent expulsés par les Espagnols. En 1997, la médina de Tétouan fut inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que ville historique exceptionnellement bien préservée, montrant toutes les caractéristiques de la haute culture andalouse.

Torres House

Cette photographie de la Junta de Andalucia montre la maison de la prestigieuse famille Torres dans la médina de Tétouan, au Maroc. Parmi les plus impressionnantes maisons privées de la médina, elle fut construite au cours de la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, et est un exemple de l'architecture andalouse de Tétouan à son apogée. Ses caractéristiques comprennent une cour, une fontaine murale alimentée en eau par une source souterraine naturelle, les carreaux typiques Tetouani (connu sous le nom zellij), des portes en bois sculptées, et des salons magnifiquement meublés. Située sur la mer Méditerranée à l'est de Tanger, Tétouan fut pendant des siècles un important point de contact entre le Maroc et la culture arabe de l'Andalousie sur la Péninsule ibérique. Après la Reconquista - la reprise de l'Andalousie par les chrétiens d'Espagne - Tétouan fut reconstruite par les réfugiés d'Andalousie qui furent expulsés par les Espagnols. En 1997, la médina de Tétouan fut inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que ville historique exceptionnellement bien préservée, montrant toutes les caractéristiques de la haute culture andalouse.

Bab el Okla

Cette photographie de l'Association Tétouan-Asmir montre Bab el Okla, une des sept portes historiques de Tétouan, au Maroc. Bab El Okla est plus récente que les autres portes de la ville, et l'une des plus actives. Elle se compose d'une porte principale et d'une entrée secondaire sur le côté. La fontaine juste à l'intérieur de la porte se distingue par ses carreaux Tetouani typiques et des inscriptions de versets du 18ème siècle faisant l'éloge du dirigeant de la ville, Omar Luqash. Située sur la mer Méditerranée à l'est de Tanger, Tétouan fut pendant des siècles un important point de contact entre le Maroc et la culture arabe de l'Andalousie sur la péninsule ibérique. Après la Reconquista - la reprise de l'Andalousie par les chrétiens d'Espagne - Tétouan fut reconstruite par les réfugiés d'Andalousie qui furent expulsés par les Espagnols. En 1997, la médina de Tétouan fut inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que ville historique exceptionnellement bien préservée, montrant toutes les caractéristiques de la haute culture andalouse.

Minaret de Jamaa el Kebir (la Grande Mosquée) de Tétouan

Cette photographie de la Junta de Andalucia montre la grande mosquée de Tétouan, au Maroc, la plus grande mosquée de la médina de Tétouan et l'un des plus beaux monuments historiques de la ville. La Grande Mosquée fut construite au début du 19ème siècle, près de l'ancien quartier juif de la ville, qui fut déplacé vers son site actuel à l'autre bout de la médina. Tout un quartier du 19ème siècle portant le nom de la mosquée s'est développé autour de la mosquée. Le minaret de la mosquée a été construit comme le point culminant de la médina, et est visible de loin. La décoration du minaret est une bonne illustration du développement constant de l'architecture andalouse au Maroc, sur une période de plusieurs siècles. Située sur la mer Méditerranée à l'est de Tanger, Tétouan fut pendant des siècles un important point de contact entre le Maroc et la culture arabe de l'Andalousie sur la Péninsule ibérique. Après la Reconquista - la reprise de l'Andalousie par les chrétiens d'Espagne - Tétouan fut reconstruite par les réfugiés d'Andalousie qui furent expulsés par les Espagnols. En 1997, la médina de Tétouan fut inscrite sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que ville historique exceptionnellement bien préservée, montrant toutes les caractéristiques de la haute culture andalouse.

3 mai 2012

Constitution de la République du Togo, 5 Mai 1963

Le Togo (officiellement connu sous le nom de République Togolaise) devint un protectorat allemand en 1884 et une colonie allemande en 1905. Après la Première guerre mondiale, il se transforma en protectorat français en vertu d'un mandat de la Société des Nations. Le pays obtint son indépendance vis à vis de la France en 1960 sous la direction de Sylvanus Olympio (1902-63), un chef d'entreprise qui étudia à la London School of Economics et fut employé par la United Africa Company. Olympio fut assassiné le 13 janvier 1963, dans ce qui est considéré comme le premier coup d'État de l'ère post-coloniale en Afrique. Ce document est la Constitution de la République Togolaise, adoptée par le nouveau gouvernement le 5 mai 1963. Cette constitution fut remplacée par un nouveau texte en 1980, puis une constitution plus démocratique en 1992.