14 décembre 2012

Quartiers d'hiver du cirque Ringling à Sarasota, en Floride

John Ringling (1866–1936), un des sept frères Ringling qui influencèrent l'évolution du cirque américain de la fin du XIXe siècle au début du XXe, décida de déménager les quartiers d'hiver du cirque Ringling et Barnum & Bailey de son site d'origine de Bridgeport, dans le Connecticut, à Sarasota, en Floride. Comme le raconta Fred Bradna, chef de piste du cirque, dans son livre Le grand chapiteau, Ringling imagina « d'agencer les quartiers tel un zoo, et des milliers de personnes paieraient pour les visiter ». Il souhaitait « construire une arène à ciel ouvert aussi grande que le Madison Square Garden, et le dimanche, les artistes s'entraîneraient devant un public... Sarasota deviendrait l'une des plus belles villes de Floride ». Les nouveaux quartiers d'hiver ouvrirent leurs portes aux visiteurs le jour de Noël de l'année 1927. Les familles pouvaient assister aux répétitions du cirque et voir des animaux venant du monde entier, dans ce qui fut l'une des principales attractions touristiques de Floride à cette époque. Sarasota devint non seulement la capitale du cirque américain, immortalisée en 1952 dans le film oscarisé de Cecil B. DeMille Sous le plus grand chapiteau du monde, mais également la terre d'accueil de nombreux artistes et familles de cirque, notamment les Concellos, les Wallendas et Emmett Kelly. Cette photographie de 1933 montre un petit garçon à côté d'un zèbre du cirque, dans les quartiers de Sarasota.

Le grand final du spectacle : le bon vieux temps

Dans le cirque américain, le spectacle, ou « superproduction », évolua en un défilé autour de la piste de l'hippodrome à l'intérieur du chapiteau, présentant autant d'artistes et d'animaux que le directeur du cirque pouvait habiller de costumes. Remontant aux premiers cirques américains, le spectacle était à l'origine une représentation éblouissante de contes littéraires ou historiques visant à amuser et édifier le public. Les costumes créés pour ces numéros étaient souvent exotiques et évoquaient des cultures provenant des quatre coins du monde. Ils pouvaient également être fantaisistes, transformant la réalité, tels que les modèles présentés ici pour le char de parade du grand final du cirque des frères Ringling et Barnum & Bailey de 1952. Ce char défilait pour le grand final de la parade, et dans cette superproduction, les éléphants étaient habillés de costumes de homard et de cygne. Ces habits de scène furent conçus par Miles White (1914–2000), l'un des costumiers de cirque les plus talentueux, qui créa également des costumes pour des ballets, des spectacles sur glace, des films et des comédies musicales de Broadway, notamment Oklahoma ! et Carousel de Rodgers et Hammerstein.

17 décembre 2012

Voie ferrée entre Minas et Rio, au Brésil : Forêt atlantique

La collection Thereza Christina Maria est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II (1825-1891) réunit sa vie durant, puis légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. La forêt atlantique, ou Mata Atlantica, s'étend le long de la côte atlantique du Brésil, du Rio Grande do Sul au Minas Gerais. Isolée des autres forêts tropicales, cette zone jouit d'une biodiversité remarquable bien que moins de dix pour cent de la forêt d'origine existe encore aujourd'hui. La forêt fut photographiée à la fin du XIXe siècle par Marc Ferrez (1843-1923), artiste brésilien d'origine française qui documenta le développement du Brésil en tant que nation. À la fin des années 1870, Ferrez travailla avec la Commission géologique du Brésil et parcourut le pays dont il photographia les paysages. Ces photographies furent par la suite exposées aux États-Unis et en Europe.

Voie ferrée entre Minas et Rio, au Brésil : montagnes de Mantiqueira

La voie ferrée entre Minas et Rio, ou Rio Verde, fut ouverte au trafic le 14 juillet 1884 en présence de l'empereur Pierre II (1825–1891), et de sa fille la princesse Isabelle et son époux le prince Gaston d'Orléans, comte d'Eu. La ligne, propriété des Britanniques qui la construisirent, reliait Cruzeiro, dans l'État de São Paulo, à la ville lointaine de Três Corações do Rio Verde, en traversant les montagnes de Mantiqueira, ainsi que des villes et villages du sud de l'État de Minas Gerais. Bien que la ligne ne parcourût que 144 kilomètres, elle joua un rôle essentiel dans l'ouverture des régions productrices de café dans le sud du Brésil, contribuant ainsi à la croissance de l'économie caféière. Après le renversement de la monarchie en 1889, la ligne rencontra des difficultés financières et, en 1901, elle fut rachetée par le gouvernement fédéral. Aujourd'hui, la voie ferrée appartient à la Rede Ferroviária Federal S.A., principale compagnie ferroviaire du Brésil. Utilisée pour le transport de marchandises, elle est également empruntée par les trains à vapeur touristiques entre Soledade et São Lourenço, dans l'État de Minas Gerais. Marc Ferrez (1843–1923), artiste brésilien d'origine française qui documenta le développement du Brésil en tant que nation, photographia la voie ferrée entre Minas et Rio au début des années 1880. La vue présentée ici est l'une des 37 photographies prises par Ferrez et incluses dans un album de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

Voie ferrée entre Minas et Rio, au Brésil : vue partielle des montagnes de Mantiqueira

La voie ferrée entre Minas et Rio, ou Rio Verde, fut ouverte au trafic le 14 juillet 1884 en présence de l'empereur Pierre II (1825–1891), et de sa fille la princesse Isabelle et son époux le prince Gaston d'Orléans, comte d'Eu. La ligne, propriété des Britanniques qui la construisirent, reliait Cruzeiro, dans l'État de São Paulo, à la ville lointaine de Três Corações do Rio Verde, en traversant les montagnes de Mantiqueira, ainsi que des villes et villages du sud de l'État de Minas Gerais. Bien que la ligne ne parcourût que 144 kilomètres, elle joua un rôle essentiel dans l'ouverture des régions productrices de café dans le sud du Brésil, contribuant ainsi à la croissance de l'économie caféière. Après le renversement de la monarchie en 1889, la ligne rencontra des difficultés financières et, en 1901, elle fut rachetée par le gouvernement fédéral. Aujourd'hui, la voie ferrée appartient à la Rede Ferroviária Federal S.A., principale compagnie ferroviaire du Brésil. Utilisée pour le transport de marchandises, elle est également empruntée par les trains à vapeur touristiques entre Soledade et São Lourenço, dans l'État de Minas Gerais. Marc Ferrez (1843–1923), artiste brésilien d'origine française qui documenta le développement du Brésil en tant que nation, photographia la voie ferrée entre Minas et Rio au début des années 1880. La vue présentée ici est l'une des 37 photographies prises par Ferrez et incluses dans un album de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

18 décembre 2012

Géographie

Astronome, mathématicien et géographe d'origine grecque, Claudius Ptolemaeus (100–170 env.), communément appelé Ptolémée, vécut et travailla dans la ville égyptienne d'Alexandrie. Dans son œuvre intitulée Géographie, Ptolémée compila l'ensemble des connaissances géographiques du monde gréco-romain. Il utilisa un système de quadrillage pour tracer les latitudes et les longitudes de près de 8 000 lieux sur une carte du monde tel qu'il était connu à l'apogée de l'Empire romain. Cet ouvrage de Ptolémée était inconnu en Europe au Moyen Âge, mais en 1300 environ, les érudits byzantins commencèrent à introduire des exemplaires de ses cartes et écrits en Italie. En 1406, l'Italien Jacob d'Angelo traduisit l'œuvre originale en latin. La première édition imprimée parut à Rome en 1477. Publiée un an plus tard, l'édition présentée ici contient quelques-unes des gravures sur cuivre les plus anciennes et les plus raffinées. Ces gravures furent commencées à Rome par l'Allemand Konrad Sweynheym, qui, avec l'aide de son associé Arnold Pannartz, fonda la première imprimerie italienne à Subiaco en 1465. Après la mort de Sweynheym en 1477, Arnold Buckinck termina les gravures et publia l'ouvrage. Ce dernier contient 27 cartes, dont chacune d'entre elles est imprimée sur deux feuillets distincts se faisant face. Géographie de Ptolémée comportait des inexactitudes importantes, en partie attribuables à son calcul erroné de la taille de la Terre qu'il sous-évalua. En conséquence de cette erreur d'appréciation, Christophe Colomb sous-estima la durée du voyage avant d'atteindre ce qu'il pensait être l'Asie en naviguant vers l'ouest. Peu à peu, les explorateurs européens complétèrent et corrigèrent les cartes de Ptolémée, mais les méthodes des anciens géographes continuèrent de jouer un rôle essentiel dans le fondement de la pratique de la cartographie moderne.