16 octobre 2012

Missel de Ratisbonne

Le style des neuf miniatures de ce missel représentant Jésus et sa mère, la crucifixion et la résurrection de Jésus, ainsi que des initiales avec rinceaux permettent de déterminer la date de sa réalisation dans les années 1470 et de l'attribuer à l'école de Berthold Furtmeyr (actif entre 1460 et 1501), célèbre peintre de la Renaissance allemande. Les feuillets 325 à 336 incluent une notation musicale et le feuillet 338 contient une image de la crucifixion de la taille d'une page. Furtmeyr et ses disciples contribuèrent de manière significative à l'école séculaire d'enluminure de Ratisbonne. Artiste de grande renommée, Furtmeyr enlumina plusieurs œuvres impressionnantes, y compris ce manuscrit, la Bible de Furtmeyr, le Missel des fêtes de Salzbourg en cinq volumes (tous actuellement conservés à la Bibliothèque d'État de Bavière à Munich, en Allemagne) et bien d'autres encore. L'artiste maîtrisait la tâche ardue de combiner avec brio les images, les ornements et le texte. Furtmeyr est connu pour son maniement des couleurs, ses enluminures éclatantes et la diligence extrême qui caractérisait son travail d'artiste. Bien qu'il soit toujours profondément ancré dans le Moyen Âge, son amour de la couleur, des scènes nocturnes et des nus féminins marquent une transition vers la Renaissance. En 1812, ce missel fut transféré de la bibliothèque de la ville de Ratisbonne (Regensburg) à la Bibliothèque d’État de Bavière.

Miroir du gouvernement

Ce magnifique manuscrit fut réalisé par Leonhard Heff à Ratisbonne vers 1476, comme l'indique une note dans le texte. Relié par les moines noirs de Ratisbonne, il fut plus tard transféré au monastère bénédictin de Saint-Emmeram voisin, puis à la Bibliothèque d’État de Bavière. Il contient le texte de Speculum regiminis (Miroir du gouvernement) de Philippe de Bergame (Giacomo Filippo Forèsti, 1434–1520), moine augustin et expert du droit canonique, connu pour ses vastes connaissances en philosophie et comme auteur de plusieurs ouvrages historiques importants. Speculum regiminis est un long commentaire sur Catonis Disticha (Distiques de Caton), manuel scolaire médiéval populaire destiné à l'enseignement du latin et des valeurs morales. Le manuscrit fut enluminé par Berthold Furtmeyr (actif entre 1460 et 1501), célèbre peintre de la Renaissance allemande, et contient dix initiales en aquarelle opaque colorées en bleu, rose, vert, rouge, gris bleuâtre et or, avec des feuilles et des rinceaux. Furtmeyr et ses disciples contribuèrent de manière significative à l'école séculaire d'enluminure de Ratisbonne. Artiste de grande renommée, Furtmeyr enlumina plusieurs œuvres impressionnantes, y compris ce manuscrit, la Bible de Furtmeyr, le Missel des fêtes de Salzbourg en cinq volumes (tous actuellement conservés à la Bibliothèque d'État de Bavière à Munich, en Allemagne) et bien d'autres encore. L'artiste maîtrisait la tâche ardue de combiner avec brio les images, les ornements et le texte. Furtmeyr est connu pour son maniement des couleurs, ses enluminures éclatantes et la diligence extrême qui caractérisait son travail d'artiste. Bien qu'il soit toujours profondément ancré dans le Moyen Âge, son amour de la couleur, des scènes nocturnes et des nus féminins marquent une transition vers la Renaissance.

Bible de l'ordre dominicain de Ratisbonne

Ce manuscrit, contenant les livres des prophètes et autres textes bibliques, constitue le second volume d'une bible en latin qui appartint à l'ordre dominicain de Ratisbona (aujourd'hui Ratisbonne). Il est décoré de miniatures extraordinaires réalisées par Berthold Furtmeyr (actif entre 1460 et 1501), célèbre peintre de la Renaissance allemande. Furtmeyr et ses disciples contribuèrent de manière significative à l'école séculaire d'enluminure de Ratisbonne. Artiste de grande renommée, Furtmeyr enlumina plusieurs œuvres impressionnantes, y compris ce manuscrit, la Bible de Furtmeyr, le Missel des fêtes de Salzbourg en cinq volumes (tous actuellement conservés à la Bibliothèque d'État de Bavière à Munich, en Allemagne) et bien d'autres encore. L'artiste maîtrisait la tâche ardue de combiner avec brio les images, les ornements et le texte. Furtmeyr est connu pour son maniement des couleurs, ses enluminures éclatantes et la diligence extrême qui caractérisait son travail d'artiste. Bien qu'il soit toujours profondément ancré dans le Moyen Âge, son amour de la couleur, des scènes nocturnes et des nus féminins marquent une transition vers la Renaissance.

Psautier de la reine Isabelle d'Angleterre

Magnifiquement enluminé, le psautier d'Isabelle contient le texte des psaumes en latin et en anglo-normand. Ce codex fut probablement un cadeau de mariage du roi Édouard II d'Angleterre (1284–1327) à son épouse Isabelle de France (1292/1296–1358), offert entre 1303 et 1308. L'initiale du psaume 119 illustre une reine, certainement Isabelle, agenouillée entre les armoiries d'Angleterre et de France. Écrit pour le diocèse d'York probablement dans l'atelier du prieuré augustin près de Nottingham (comme le révèle le calendrier), le psautier fut enluminé à l'atelier du Psautier Tickhill (conservé à la bibliothèque municipale de New York, Spencer 26). Ces deux manuscrits comptent parmi les psautiers anglais les plus richement enluminés du XIVe siècle. Le psautier d'Isabelle comprend trois cycles indépendants d'enluminure représentant des scènes de l'Ancien Testament. Le premier illustre des scènes de la création. Le second est un cycle de la vie du roi David, avec des scènes spéciales pertinentes pour une reine, notamment un mariage et le roi se cachant. Dans le bas de page de la version anglo-normande du psautier, le troisième cycle est constitué de scènes et d'animaux d'un bestiaire s'inspirant largement du Physiologue (bestiaire médiéval populaire, dérivé d'une ancienne source grecque), tandis que les initiales du texte anglo-normand illustrent des armoiries, principalement de chevaliers anglais. Le psautier d'Isabelle resta en Angleterre jusqu'au XVIIe siècle ou au début du XVIIIe. Il fut conservé à la bibliothèque de Maximilien Ier Joseph de Bavière (1756–1825, roi de Bavière entre 1806 et 1825) avant d'entrer dans l'actuelle Bibliothèque d'État de Bavière.

Psautier de Polling

Réalisé dans le sud-ouest de l'Allemagne après 1235, ce superbe psautier fut longtemps conservé au monastère de Polling, en Haute-Bavière, avant d'entrer dans les collections de la Bibliothèque d'État de Bavière. Il est particulièrement remarquable pour son cycle complet de scènes bibliques précédant le texte du psautier. Quatre représentations de la vie d'Adam et Ève sont suivies de scènes du Nouveau Testament, avec pour commencer l'Annonciation et pour finir un Majestas domini (Christ en majesté) entouré de symboles évangélistes. Les dessins du Christ descendant aux enfers dans la partie supérieure et du roi des enfers enchaîné dans la partie inférieure sont particulièrement impressionnants. Les paragraphes sont marqués par de somptueuses initiales en aquarelles opaques et vives peintes à la gouache sur un fond doré et encadré. L'initiale au début du texte du psautier, dont les rinceaux contiennent des figures humaines, se distingue par sa complexité et ses détails d'un style animé.

Psautier du couvent de Nonnberg à Salzbourg

Ce psautier fut réalisé dans la région du Rhin Supérieur entre 1250 et 1260. Il exemplifie l'art de la représentation des saints dans les initiales de psautier. Comme aucune description n'accompagne les saints, seuls quelques-uns d'entre eux peuvent être identifiés avec certitude grâce à leurs attributs, notamment sainte Catherine tenant sa roue et saint Georges tuant le dragon. Conformément à la tradition, David est représenté dans l'initiale tenant une harpe au début du psautier, avec au-dessus une colombe, symbole du Saint-Esprit. Des majuscules dorées et argentées sur fond bleu ou rose, décorées d'ornements blancs raffinés, marquent le début de chaque psaume ou cantique. Une multitude d'ornements dessinés à l'encre rouge et bleue sont entrelacés, formant des motifs de remplissage à la fin des lignes du manuscrit. Outre une variété de motifs avec feuilles et rinceaux, des oiseaux, des poissons, des dragons, des têtes d'ange et bien d'autres encore comptent parmi les sujets représentés. Au fil des siècles, ce magnifique psautier passa entre différentes mains : il appartint au monastère cistercien de Stams dans le Tyrol et au couvent bénédictin de Salzbourg, avant d'arriver à la Bibliothèque d'État de Bavière, où il est conservé aujourd'hui.