26 octobre 2012

Sacrifice d'un noble aztèque pour son pays

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente un épisode de la guerre contre les Chalcas qui eut lieu au milieu du XVe siècle. Moctezuma Ier est assis sur son trône, pointant du doigt la scène. Dans la partie inférieure de l'image, un soldat vêtu de jaune et portant la coiffe à plumes de la noblesse est capturé par les soldats de Chalco. Un prisonnier danse sur une plate-forme sous laquelle un autre prisonnier gît les bras et la tête coupés. À gauche, un seigneur de Chalco, assis sur un trône, regarde la danse avec deux de ses sujets. Au centre, dans la partie supérieure, le glyphe du cactus en fleurs est dessiné, représentant Tenochtitlan (aujourd'hui Mexico). L'image contient des attributs militaires, tels que des massues de guerre et des boucliers. Le héros de cette scène est Ezhuahuacatl, cousin de Moctezuma, dont l'histoire est racontée dans le codex Duran, autre manuscrit important. Ezhuahuacatl se vit offrir la chance de devenir souverain de Chalco. À la place, pour empêcher que son peuple ne soit asservi par les Chalcas, il dansa sur une plate-forme et se jeta dans le vide, se donnant la mort.

Auitzotl, huitième roi aztèque (règne : 1486–1502)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Auitzotl tenant une lance ou un sceptre, debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés. Dans la partie supérieure de l'image, un auitzotl ou ahuizote est dessiné. Auitzotl (ou Ahuitzotl, règne : 1486–1502), huitième roi aztèque (ici identifié à tort comme le cinquième), était le fils de Moctezuma Ier et le frère d'Axayacatl et de Tizoc. C'est sous son règne que l'empire aztèque fut le plus étendu. Chef militaire impitoyable, il réprima une rébellion huastèque et plus que doubla la taille des terres sous la domination aztèque. Il conquit les Mixtèques, les Zapotèques, les Tarascans et d'autres peuples à l'ouest du Guatemala. Pendant son règne, le temple principal de Tenochtitlan fut achevé. Auitzotl est représenté par l'auitzotl, sorte de loutre ou de rat couvert de piquants, vivant dans le lac sur lequel Tenochtitlan fut construit. Pour les anciens Mexicains, il s'agissait d'une créature mythologique effrayante, qui piégeait les hommes pour Tlaloc, dieu de la pluie.

L'aigle, le serpent et le cactus dans la création de Tenochtitlan

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente la création de Tenochtitlan (aujourd'hui Mexico). Un aigle dévore un oiseau, perché sur un cactus en fleurs qui pousse sur un rocher au milieu d'un lac. Des empreintes de pas de Mexicains approchant la base du cactus sont dessinées. Le personnage sur la droite est Tenoch (que l'on reconnaît grâce au glyphe du cactus en fleurs), qui mena les Aztèques à Tenochtitlan. Le personnage de gauche est Tochtzin, ou Mexitzin (reconnaissable grâce au glyphe du lapin), originaire de Calpan (représenté par le glyphe de la maison avec un drapeau) et cosouverain de Tenoch. Ces deux souverains sont assis sur des trônes faits de matériaux tissés. Dans l'angle supérieur droit, l'image inclut également le symbole de Copil, fils de Malinalxochitl, ou cinq points sur un bouclier avec des flèches croisées. Les Aztèques, guidés par les prophéties d'Huitzilopochtli (dieu du Soleil et de la guerre), mirent fin à leur migration depuis le Nord et construisirent Tenochtitlan, sur une île située dans un lac, où un aigle tenait un serpent perché sur un cactus nopal (figuier de Barbarie) en fleurs. Selon leur mythologie, le cactus poussa dans le cœur de Copil, fils de la sœur d'Huitzilopochtli, qui fut jeté sur l'île. Son symbole, cinq points, représente la croyance aztèque selon laquelle le monde était une surface plane, divisée en cinq directions (le nord, le sud, l'est, l'ouest et le centre, lieu de leur capitale).

Le rituel aztèque de l'offrande contre la sècheresse

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Dans cette illustration, extraite de la seconde section, trois prêtres portant des offrandes marchent le long d'un cours d'eau, dans lequel des oiseaux décapités sont jetés. Les prêtres ont une longue chevelure attachée par trois anneaux rouges et sont parés de colliers de pierres vertes ou chalchiuitl (jade). Deux d'entre eux sont coiffés de fleurs. Ils portent tous des sacs ou des poches. Un prêtre tient un bâton et un brûleur d'encens avec de l'encens aztèque ou du copal (ou copalli, résine sèche de différents arbres), un autre souffle dans une conque et le troisième tord le cou d'un oiseau. Un cactus en fleurs pousse sur une île au milieu de l'eau. Décapiter des colombes constituait un rituel d'offrande contre la sècheresse. La conque était souvent utilisée dans les cérémonies religieuses. Le symbole du cactus en fleurs représente Tenochtitlan. Sous Ahuitzotl (ou Auitzotl, règne : 1486–1502), une grande sècheresse sévit au Mexique. Ahuitzotl endigua la source de l'Acuecuexco située à Coyoacan.

L'histoire de l'arrivée des Indiens

Ce manuscrit, appelé le Codex Tovar, réalisé par le jésuite mexicain Jean de Tovar (1546–1626 env.), est basé sur une histoire des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas) du frère dominicain Diego Duran (1537–1588 env.). Il contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques, une comparaison minutieuse de l'année aztèque et du calendrier chrétien, ainsi que la correspondance entre Tovar et son confrère jésuite, le père José de Acosta, pour qui Tovar a probablement écrit cet ouvrage. Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols, écrite par Tovar. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, est essentiellement la même que celle du codex Ramírez, manuscrit découvert à Mexico en 1856 par José Fernando Ramírez, et constitue la majeure partie du manuscrit. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours.

La roue du calendrier aztèque de Boban

Cette roue de calendrier aztèque picturale, plus connue sous le nom de roue de calendrier de Boban, est imprimée sur du papier d'amatl (écorce de figuier). Initialement datée de 1530 environ, on sait aujourd'hui plus précisément qu'elle fut réalisée en 1545 ou en 1546. La datation initiale reposait sur le fait que deux personnages dessinés sur ce document furent identifiés comme étant Hernán Cortés et Don Antonio Pimentel Tlahuitoltzin, qui est représenté comme le fils d'Ixtlilxochitl. L'érudite Patricia Lopes Don soutint que la roue fut réalisée en 1545 ou en 1546, car Don Antonio Pimentel Tlahuitoltzin était le souverain de Texcoco de Mora de 1540 à 1546. L'anneau externe du calendrier est composé des glyphes des 18 mois de veintenas (20 jours), qui constituent le calendrier aztèque. Cet anneau encercle une histoire en trois parties, au centre, comportant trois couples de personnages et des commentaires en nahuatl et en espagnol. La roue de calendrier de Boban fut réalisée après une succession de conflits entre la famille de Don Antonio Pimentel Tlahuitoltzin, dessiné assis en haut à droite, représenté par son héritier Don Hernando de Chávez, assis en haut à gauche, et Don Carlos Ometochtli Chichimecatecotl, qui bénéficiait du soutien de l'Espagne. Ce document était destiné à prouver que Don Antonio Pimentel Tlahuitoltzin avait le droit légal de devenir souverain de Texcoco de Mora. L'anneau extérieur du calendrier et l'histoire en trois parties au centre furent colorés à la main, et probablement dessinés et composés par deux artistes. Le calendrier fut nommé d'après Eugène Boban, archéologue et collectionneur français. Il fut révélé en 1866, lorsque le colonel Louis Doutrelaine publia une reproduction et une explication du calendrier dans les Archives de la commission scientifique du Mexique (à Paris, 1866–1867). En raison de la détérioration, la reproduction de 1866 est beaucoup plus détaillée que l'original.