2 octobre 2012

Carte de la Nouvelle-Néerlande, de la Virginie et de la Nouvelle-Angleterre

Joan Vinckeboons (1617-1670) était un cartographe et graveur néerlandais issu d'une famille d'artistes d'origine flamande. Employé de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, il a produit pendant plus de 30 ans des cartes destinées à la marine militaire et marchande néerlandaise. Il a travaillé avec Joan Blaeu, l'un des plus importants éditeurs de cartes et d'atlas de l'époque. Vinckeboons a dressé une série de 200 cartes manuscrites qui ont été reproduites dans plusieurs atlas, dont le célèbre Atlas Maior de Blaeu. Cette carte, datant de 1639 environ, dessinée à la plume et à l'encre et peinte à l'aquarelle montre la côte nord-ouest des États-Unis, de la Nouvelle-Angleterre à la Virginie, incluant les caractéristiques des côtes et autres entités géographiques. La colonie de la Nouvelle-Néerlande fut établie par les Néerlandais en 1621 et, au fil du temps, elle se trouva de plus en plus menacée par les colonies britanniques plus vastes au nord et au sud. Les Britanniques capturèrent la Nouvelle-Néerlande en 1664, mettant fin à la présence coloniale néerlandaise en Amérique du Nord. La carte indique les colonies et les forts britanniques et néerlandais, avec les noms des tribus indiennes. Cette carte faisait partie d'un atlas manuscrit appartenant à l'entreprise néerlandaise de Gerard Hulst van Keulen, qui publia des atlas marins et des manuels de navigation pendant plus de deux siècles. À la disparition de l'entreprise, l'atlas fut racheté et fragmenté par le libraire d'Amsterdam Frederik Muller qui, en 1887, vendit 13 cartes de l'atlas attribuées à Vinckeboons au collectionneur et bibliographe Henry Harrisse. Cette carte fait partie de la collection Henry Harrisse à la Bibliothèque du Congrès.

Le fleuve nord en Nouvelle-Néerlande

Joan Vinckeboons (1617-1670) était un cartographe et graveur néerlandais issu d'une famille d'artistes d'origine flamande. Employé de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, il a produit pendant plus de 30 ans des cartes destinées à la marine militaire et marchande néerlandaise. Il a travaillé avec Joan Blaeu, l'un des plus importants éditeurs de cartes et d'atlas de l'époque. Vinckeboons a dressé une série de 200 cartes manuscrites qui ont été reproduites dans plusieurs atlas, dont le célèbre Atlas Maior de Blaeu. Cette carte, datant de 1639, dessinée à la plume et à l'encre et peinte à l'aquarelle montre l'Hudson, ou fleuve nord comme les Néerlandais l'appelaient, de l'île de Manhattan à l'actuelle ville d'Albany, dans l'État de New York. La région faisait partie de la Nouvelle-Néerlande, qui fut établie par les Néerlandais en 1621 et que ces derniers contrôlèrent jusqu'à sa conquête par les Britanniques en 1664. La carte indique les noms des lieux et ceux des tribus amérindiennes, telles que les Mohicans. Le relief est représenté par des images et les profondeurs sont indiquées par sondages. Cette carte faisait partie d'un atlas manuscrit appartenant à l'entreprise néerlandaise de Gerard Hulst van Keulen, qui publia des atlas marins et des manuels de navigation pendant plus de deux siècles. À la disparition de l'entreprise, l'atlas fut racheté et fragmenté par le libraire d'Amsterdam Frederik Muller qui, en 1887, vendit 13 cartes de l'atlas attribuées à Vinckeboons au collectionneur et bibliographe Henry Harrisse. La carte fait partie de la collection Henry Harrisse à la Bibliothèque du Congrès.

Carte du fleuve sud de la Nouvelle-Néerlande

Joan Vinckeboons (1617-1670) était un cartographe et graveur néerlandais issu d'une famille d'artistes d'origine flamande. Employé de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, il a produit pendant plus de 30 ans des cartes destinées à la marine militaire et marchande néerlandaise. Il a travaillé avec Joan Blaeu, l'un des plus importants éditeurs de cartes et d'atlas de l'époque. Vinckeboons a dressé une série de 200 cartes manuscrites qui ont été reproduites dans plusieurs atlas, dont le célèbre Atlas Maior de Blaeu. Cette carte, datant de 1639 environ, dessinée à la plume et à l'encre et peinte à l'aquarelle montre le fleuve sud (Delaware), la baie du Delaware et les côtes voisines. Cette région faisait partie de la Nouvelle-Néerlande, qui fut établie par les Néerlandais en 1621 et que ces derniers contrôlèrent jusqu'à sa conquête par les Britanniques en 1664. La carte illustre les colonies et les caractéristiques géographiques, avec la profondeur des eaux indiquée par sondages. Le texte situé à gauche de la carte décrit les tribus amérindiennes vivant dans la région. Cette carte faisait partie d'un atlas manuscrit appartenant à l'entreprise néerlandaise de Gerard Hulst van Keulen, qui publia des atlas marins et des manuels de navigation pendant plus de deux siècles. À la disparition de l'entreprise, l'atlas fut racheté et fragmenté par le libraire d'Amsterdam Frederik Muller qui, en 1887, vendit 13 cartes de l'atlas attribuées à Vinckeboons au collectionneur et bibliographe Henry Harrisse. Cette carte fait partie de la collection Henry Harrisse à la Bibliothèque du Congrès.

Carte de la péninsule de la Floride

Joan Vinckeboons (1617-1670) était un cartographe et graveur néerlandais issu d'une famille d'artistes d'origine flamande. Employé de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, il a produit pendant plus de 30 ans des cartes destinées à la marine militaire et marchande néerlandaise. Il a travaillé avec Joan Blaeu, l'un des plus importants éditeurs de cartes et d'atlas de l'époque. Vinckeboons a dressé une série de 200 cartes manuscrites qui ont été reproduites dans plusieurs atlas, dont le célèbre Atlas Maior de Blaeu. Cette carte de la péninsule de la Floride, appelée « Cabo De La Florida », datant approximativement de 1639, montre le tracé et les caractéristiques des côtes atlantiques et du golfe du Mexique, les dangers de navigation, les loxodromies et une représentation picturale de palmiers le long de la côte atlantique, près de Saint Augustine. Elle illustre également les îles voisines et indique la profondeur des eaux par sondages. Presque tous les noms géographiques sont en espagnol. Trois échelles définissent les distances en lieues néerlandaises, espagnoles et anglaises. Cette carte faisait partie d'un atlas manuscrit appartenant à l'entreprise néerlandaise de Gerard Hulst van Keulen, qui publia des atlas marins et des manuels de navigation pendant plus de deux siècles. À la disparition de l'entreprise, l'atlas fut racheté et fragmenté par le libraire d'Amsterdam Frederik Muller qui, en 1887, vendit 13 cartes de l'atlas attribuées à Vinckeboons au collectionneur et bibliographe Henry Harrisse. Cette carte fait partie de la collection Henry Harrisse à la Bibliothèque du Congrès.

4 octobre 2012

Déviations du compas pour l'année 1925

L'annotation inscrite sur cette carte indique : « Utilisée pour la préparation des trajectoires du vol reliant San Diego à Paris via St. Louis et New York, 1927 » et porte la signature de Lindbergh. La carte porte le cachet officiel : « CORRIGÉE VIA NOTIFICATION AUX MARINS N° 25 JUIN 1926 DU BUREAU HYDROGRAPHIQUE DU DÉPARTEMENT DE LA MARINE. » Charles Lindbergh (1902–1974) fut l'aviateur américain qui réalisa le premier vol en solo et sans escale au-dessus de l'océan Atlantique le 21-22 mai 1927. Dans la mesure où Lindbergh se reposait sur la méthode de navigation à l'estime, cette carte lui aurait été utile quant à la détermination de la déclinaison magnétique (la différence angulaire entre le nord magnétique et le vrai nord).

Carte de navigation orthodromique de l'océan Atlantique nord

Charles Lindbergh (1902–1974) fut l'aviateur américain qui réalisa le premier vol en solo et sans escale au-dessus de l'océan Atlantique le 21-22 mai 1927. Il s'agit de la projection gnomonique à laquelle il fait référence comme étant la « pépite d'or » qu'il trouva dans un magasin de San Pedro, Californie, lors de la préparation de son vol transatlantique. Ce fut cette carte qui permit à Lindbergh de déterminer rapidement et avec précision les latitudes et longitudes du grand cercle lorsqu'il traça sa trajectoire. L'annotation inscrite sur la carte indique : « Utilisée pour le traçage de la route orthodromique du vol reliant New York à Paris. San Diego, Calif. 1927. C.A.L. ». Dans son livre de 1953, The Spirit of St. Louis, Lindbergh décrit l'utilisation de cette carte : « Mes problèmes de navigation ont commencé à s'éclaircir. J'ai découvert, inscrit sur les cartes que j'ai achetées, des instructions détaillées permettant le tracé de ma route orthodromique. Grâce aux instruments que m'a prêtés Hall, j'ai tracé une ligne droite entre New York et Paris sur la projection gnomonique. J'ai ensuite transféré les points de cette ligne, selon des intervalles de cent miles, sur la projection de Mercator et j'ai ensuite connecté ces points à l'aide de lignes droites. Pour chaque point, j'indique la distance par rapport à New York et le cap magnétique jusqu'au prochain changement d'angle. »