Le calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Dans cette illustration, extraite de la troisième section, les symboles de chaque mois du calendrier aztèque sont représentés. Les Aztèques utilisaient deux calendriers pour calculer les jours de l'année. Comportant 365 jours, Xiuhpohualli (premier calendrier, également appelé solaire) était divisé en 18 mois de 20 jours chacun, plus une période supplémentaire de cinq jours épagomènes ou néfastes à la fin de l'année, appelée Nemontemi. Tonalpohualli (second calendrier, également appelé « nombre de jours ») était constitué de 260 jours, combinant 13 nombres et 20 symboles. Tous les 52 ans, ces deux calendriers concordaient.

La guerre de Coyoacan

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente la bataille de Coyoacan. Des soldats se battent avec des massues de guerre et des boucliers, devant un temple en train de brûler. Ces soldats, dont certains sont des femmes, se tiennent sur les rives d'un fleuve. Des massues de guerre, le glyphe d'une colline vu de côté et des soldats morts sont également dessinés. Le chef des soldats porte une coiffe à plumes de quetzal. L'érudit Jacques Lafaye, éditeur de la version fac-similé du manuscrit de Tovar, émit l'hypothèse selon laquelle le chef de ces soldats était Tlacaelel.

Moctezuma Ier, cinquième roi aztèque (règne : 1440–1469)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Moctezuma Ier (également appelé Montezuma Ier) debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés, et tenant une lance ou un sceptre. Un prêtre, vêtu de la robe du dieu du Soleil, lui offre une couronne décorée d'ornements dorés. Le symbole de Moctezuma, une flèche projetée vers une nuit étoilée, est dessiné sur la gauche. Le souverain porte une épaulette de plumes de quetzal et son nez est percé d'un os. Moctezuma Ier (règne : 1440–1469), dont le nom signifie « seigneur en colère », fut le cinquième roi aztèque (bien que le texte l'identifie à tort comme étant le sixième) et le neveu d'Itzcoatl. On pense que l'homme offrant la couronne dans cette peinture est Nezahualcoyotl, souverain de Texcoco et allié de Moctezuma.  Nezahualcoyotl porte la cape de Tonatiuh, dieu du soleil. Acamapichtli, le premier de la dynastie aztèque, et son descendant, Axayacatl, sont les seuls autres empereurs représentés avec des couronnes décorées d'ornements dorés dans le manuscrit de Tovar. Selon la tradition de Texcoco, l'ornement nasal de Moctezuma symbolise l'homme.

Panquetzaliztli, élévation des étendards, 15e mois du calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, représente un vieil homme décharné tenant un étendard décoré de bandes bleues et de fanions. Il porte un collier de perles bleues avec des pendentifs en or. Au-dessus de la tête du vieillard, une chèvre est dessinée. Le texte indique que ce mois était une période de célébrations des capitaines de guerre. Assimilé à décembre avec le signe astrologique du Capricorne, ce mois est appelé Panquetzaliztli (élévation des étendards). Il était dédié à Huitzilopochtli, dieu du Soleil et de la guerre. La couleur bleue peut être associée à ce dieu, dont le nom signifie « colibri bleu de gauche ».

Quahuitlehua, pousse des arbres, premier mois du calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, représente un étendard doté de bandes rouges et blanches, hissé sur un mât rouge et décoré d'une crête de plumes multicolores, d'épis de maïs et de fruits. Un carré contenant deux poissons est également dessiné. Ce mois, assimilé à février, est appelé Quahuitlehua (pousse des arbres ou arrêt de l'eau). Il est également connu sous le nom d'Atlcahualo, d'Atlcualo, de Xilomaniztli, de Cohuailhuitl, d'Atlmotzacuaya ou de Xochzitzquilo. Ce mois est dédié à Tlaloc, dieu de la pluie, au nom de qui des enfants étaient sacrifiés par noyade, bien que le commentaire ici ne mentionne pas ce rituel.

Chicomoztoc : les origines des tribus qui s'installèrent à Mexico ou à proximité

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Chicomoztoc, ainsi que des hommes et des femmes. Chicomoztoc, qui signifie « sept cavernes » et que les Aztèques considéraient comme le lieu de leur origine, était le mot nahuatl pour désigner la bouche ou le ventre. Selon le mythe aztèque de la création, les Mexicas quittèrent les entrailles de la terre et s'installèrent à Aztlan, d'où ils tirent le nom d'Aztèque et lieu à partir duquel ils entreprirent une migration vers le sud, à la recherche d'un signe leur indiquant où ils devaient à nouveau s'installer.

Acamapichtli, premier roi aztèque (règne : 1376–1395)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Acamapichtli tenant une lance ou un sceptre, debout sur une natte de roseaux. On aperçoit sur la gauche, une main tenant des roseaux et, sur la droite, des peaux de jaguar. Acamapichtli (règne : 1376–1395), dont le nom signifie poignée de roseaux, était un descendant de l'empereur Toltec et sa sélection comme premier souverain de la dynastie de Mexico-Tenochtitlan donna autorité au règne aztèque. Il est vêtu des habits des grands prêtres. Les motifs sur ses sandales sont associés au dieu Quetzalcoatl et à ses ancêtres toltèques. Le jaguar, l'aigle et le serpent étaient des symboles puissants de la religion aztèque.

Huitzilaihuitl, second roi aztèque (règne : 1395–1417)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Huitzilaihuitl tenant une lance ou un sceptre, debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés. À sa hauteur, un colibri est dessiné. Huitzilaihuitl (ou Huitzilihuitl, règne : 1395–1417), dont le nom provient du symbole du colibri du dieu aztèque Huitzilopochtli (dieu du Soleil et de la guerre), fut le second empereur des Aztèques. Il est vêtu des habits des grands prêtres. Les motifs sur ses sandales sont associés au dieu Quetzalcoatl et à ses ancêtres toltèques.

Chimalpopoca, troisième roi aztèque (règne : 1417–1427)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Chimalpopoca tenant une lance ou un sceptre, debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés. À sa hauteur, un bouclier fumant est dessiné. Chimalpopoca (règne : 1417–1427), dont le nom signifie bouclier fumant, fut le troisième empereur des Aztèques. Il apparaît ici vêtu des habits des grands prêtres.

Itzcoatl, quatrième roi aztèque (règne : 1427-1440)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Itzcoatl, vêtu des habits des grands prêtres et tenant une lance ou un sceptre, debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés. Il cache sa main droite sous sa tilma (cape). À sa hauteur, un serpent d'obsidienne est dessiné. Itzcoatl (règne : 1427–1440), dont le nom signifie serpent d'obsidienne, fut le quatrième roi des Aztèques. Il est connu pour avoir détruit les anciens documents nahuatl, consolidé l'autorité légale du chef totalitaire et établi la pratique des « guerres fleuries », qui étaient menées en vue de la pratique des sacrifices humains.