Les mois du calendrier Tonalpohualli (nombre de jours) aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, montre un mois aztèque, indiquant le nom de chacun de ses jours. La partie supérieure contient l'image d'un homme avec un torse en écailles de poisson et un panache de plumes de quetzal. Il est représenté debout, les pieds dans l'eau, et tenant une tige de maïs et un récipient. Les Aztèques utilisaient deux calendriers pour calculer les jours de l'année. Comportant 365 jours, Xiuhpohualli (premier calendrier, également appelé solaire) était divisé en 18 mois de 20 jours chacun, plus une période supplémentaire de cinq jours épagomènes à la fin de l'année. Tonalpohualli (second calendrier, également appelé « nombre de jours ») était constitué de 260 jours, combinant 13 nombres et 20 symboles. Tous les 52 ans, ces deux calendriers concordaient. L'image illustre probablement le sixième mois, Etzalcualiztli (repas de maïs et de haricots).

Tlacaxipehualiztli, fête de l'écorchement des hommes, second mois du calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, montre le dieu Xipe Totec, ou une personne l'incarnant, la langue tirée et portant une tunique faite de peau d'humain écorchée. Il porte une coiffe de plumes vertes et des sandales. Il tient un bâton crécelle dans la main gauche et deux épis de maïs attachés ensemble dans la main droite. Le bandeau de sa coiffe arbore un sabot de cerf. Son oreille droite est ornée d'un pendant doré qui se divise en deux. Une chèvre ou un bélier bondissant est représenté à ses pieds. Ce mois, assimilé à mars avec le signe astrologique du Bélier, commémorait la fête de Tlacaxipehualiztli (écorchement des hommes). Il est représenté par une image du dieu Xipe Totec, « notre seigneur l'écorché ». Le bâton crécelle et les deux épis de maïs attachés ensemble constituent deux de ses emblèmes. Le sabot de cerf est associé à ses rites de la chasse et le pendentif doré, appelé Teocuitlanacochtli, est également étroitement lié à ce dieu.

Toxcatl, sècheresse, cinquième mois du calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, représente un instrument composé d'un bâton enveloppé de papiers peints et orné d'une roue à son sommet. Un grand nœud de papier lie la partie supérieure. À droite, le symbole d'un visage peint avec des rayures, des plumes sur la tête et un collier est dessiné. Le texte décrit Huitzilopochtli, dieu du Soleil et de la guerre, comme l'équivalent de Jupiter pour les Romains. Ce mois, assimilé à mai, est appelé Toxcatl (sècheresse). Les dieux protecteurs de ce mois étaient Huitzilopochtli et Tezcatlipoca (dieu du ciel nocturne et de la mémoire). L'instrument représenté ici, un tlachieloni ou itlachiaya (instrument d'observation), constitue l'un des attributs de Tezcatlipoca, qui était censé lui servir de miroir magique. Le visage peint avec des rayures est également un symbole de Tezcatlipoca.

Etzalcualiztli, repas de maïs et de haricots, sixième mois du calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, représente un dieu, probablement Tlaloc (ou un prêtre l'incarnant), tenant une tige de maïs et un récipient rempli d'eau. Vêtu d'une cape, ses yeux et sa bouche sont encerclés de vert. Un crabe est dessiné au-dessus de sa tête. Le texte décrit ce mois comme étant celui des travailleurs et des classes inférieures, lorsqu'ils portent la robe représentée ici pour rappeler à chacun qui fournit la nourriture. Ce mois, appelé Etzalcualiztli (repas de maïs et de haricots), est assimilé au début du mois de juin avec le signe astrologique du Cancer. Son dieu protecteur était Tlaloc, dieu de la pluie. Les attributs de Tlaloc incluent une jarre à eau avec une anse, les cercles autour des yeux et de la bouche, et une tige de maïs.

Hueytecuilthuitli, grande fête des dignitaires, huitième mois du calendrier solaire aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La deuxième section est une histoire illustrée des Aztèques. Dans la troisième section, le calendrier de Tovar transcrit un calendrier aztèque continu avec les mois, les semaines, les jours, les lettres dominicales et les fêtes liturgiques d'une année chrétienne de 365 jours. Cette illustration, extraite de la troisième section, représente un garçon vêtu comme la déesse Xilonen, portant une cape, un panache de plumes de quetzal et une coiffe. L'image inclut également, au-dessus du garçon, une tête avec un collier de pierres vertes et, à ses pieds, un lion. Le texte décrit ce mois comme celui de la fête des grands dignitaires et chefs, célébrée avec plus d'ostentation que la précédente. Assimilé au mois de juillet avec le signe astrologique du Lion, ce mois est appelé Hueytecuilthuitli (grande fête des dignitaires). Il était dédié à Xilonen, dont le nom signifie jeune épi de maïs. Également appelée Chicomecoatl (sept serpents), elle était la déesse du maïs et de la fertilité.

Axayacatl, sixième roi aztèque (règne : 1469–1481)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Axayacatl tenant une lance ou un sceptre et portant une couronne décorée d'ornements dorés, debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés. Dans la partie supérieure de l'image, de l'eau se déversant d'une tête est dessinée. Axayacatl (règne : 1469–1481), petit-fils de Moctezuma Ier (également appelé Montezuma Ier) et frère de Tizoc, fut le sixième roi aztèque (bien que le texte l'identifie à tort comme étant le huitième). Le nom d'Axayacatl signifie « visage d'eau ».

Moctezuma II, dernier roi aztèque (règne : 1502–1520)

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Moctezuma II, barbu, tenant une lance ou un sceptre, debout sur une natte de roseaux, à côté d'un trône fait de matériaux tissés et portant une épaulette de plumes de quetzal. Une couronne est dessinée sur la gauche. Neuvième empereur aztèque, Moctezuma II (règne : 1502–1520), également appelé Xocoyotzin ou « Seigneur en colère », était le fils d'Axayacatl et le petit-fils de Moctezuma Ier (également appelé Montezuma Ier). Il se rendit aux Espagnols en 1520. La couronne est un symbole de la souveraineté de Moctezuma.

Huitzilopochtli, principal dieu aztèque

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, représente Huitzilopochtli tenant un serpent ou un crotale de turquoise dans une main et un bouclier avec les cinq directions de l'univers et trois flèches, dans l'autre. Huitzilopochtli porte un casque ou un masque représentant un colibri avec une couronne de plumes de quetzal. Cet attribut est assimilé aux deux Moctezuma (ou Montezuma). Huitzilopochtli, dont le nom signifie « colibri bleu de gauche », était le dieu aztèque du Soleil et de la guerre. Le xiuhcoatl (serpent de turquoise ou de feu) était son arme mystique.

La coutume des enterrements aztèques

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, montre une momie assise sur un trône fait de matériaux tissés, un ornement formé de plumes de quetzal, un collier de jade et trois hommes en arrière-plan. Ces derniers représentent les esclaves qui étaient sacrifiés lorsqu'un empereur mourait.

Camaxtli, dieu de la guerre du peuple de Tlaxcala

Le codex Tovar, attribué à Jean de Tovar, jésuite mexicain du XVIe siècle, contient des informations détaillées sur les rites et les cérémonies des Aztèques (également connus sous le nom de Mexicas). Il est illustré de 51 aquarelles de la taille d'une page. Fortement influencées par les manuscrits pictographiques de la période précontact, ces peintures sont d'une qualité artistique exceptionnelle. Le manuscrit est divisé en trois sections. La première section contient une histoire des voyages des Aztèques avant l'arrivée des Espagnols. La seconde section, une histoire illustrée du peuple aztèque, constitue la majeure partie du manuscrit. La troisième section est constituée du calendrier de Tovar. Cette illustration, extraite de la seconde section, montre Camaxtli, dieu de la guerre du peuple de Tlaxcala (lieu des galettes de maïs), qui fut une tribu rivale des Aztèques. Ce dieu, également connu sous le nom de Mixcoatl-Camaxtli, est représenté comme un homme ayant une peau d'humain jaune et portant un chapeau conique, tel que celui du dieu aztèque Quetzalcoatl. Trois drapeaux sont attachés à son pagne. Il tient un bouclier ayant pour motifs les cinq directions de l'univers, ainsi qu'un bâton cérémoniel d'une main et une lance de l'autre. Tout comme les Aztèques, le peuple de Tlaxcala descendait des Chichimèques nomades. Camaxtli avait promis qu'ils dirigeraient le monde, mais ils n'égalèrent jamais les Aztèques et ils finirent par s'allier avec les Espagnols contre leurs vieux ennemis.