Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon saint Mathieu, traduit du russe en aléoute (dialecte fox) par le prêtre Ioann Veniaminov en 1828 et corrigé en 1836. Le prêtre Iakov Netsvetov, qui examina la version finale, fournit des notes pour le rendre compréhensible aux Akhintsy, qui ont leur propre dialecte

Ioann Veniaminov (1797-1879) était un prêtre orthodoxe russe qui se porta volontaire pour devenir missionnaire en Alaska en 1823. Il s'installa avec sa femme et sa famille à Unalaska où il bâtit une église et une école et commença la tâche qui devait durer toute sa vie : l'étude des langues de la région. Avec l'aide du chef aléoute Ivan Pankov, Veniaminov inventa un alphabet pour la langue des Unangan (Aléoutes) qu'il utilisa ensuite pour écrire des grammaires et traduire l'Évangile selon Saint Matthieu. Au cours de ses voyages à travers les îles Aléoutiennes, Veniaminov rassembla des matériaux ethnographiques et scientifiques qu'il utilisa dans des publications sur les langues aléoute et tlingit. En 1840, après la mort de sa femme, il fut nommé évêque du nouveau diocèse du Kamtchatka, des îles Kouriles et des îles Aléoutiennes, qu'il administra de Novo-Arkhangelsk (aujourd'hui Sitka). Il reçut le nom monastique d’Innocent. Ce livre, qui fait partie des collections de la Bibliothèque nationale de Russie, est la traduction de l'Évangile selon Matthieu réalisée par Veniaminov du russe en dialecte Fox de la langue aléoute.

Chanson de la princesse du pow-wow

Cette chanson en langue omaha fut interprétée lors du pow-wow de la tribu des Omaha, en 1983, à Macy dans le Nebraska, et enregistrée par Carl Fleischhauer, spécialiste des traditions populaires américaines à la Bibliothèque du Congrès. Elle fut chantée en l'honneur de la princesse du pow-wow omaha de 1983, Melanie Parker. On peut la traduire ainsi : « Je viens, je viens à vous. Levez-vous quand vous me voyez venir, moi qui vous apporte quelque chose de bon ». Chaque année, une jeune femme est élue princesse afin de servir de modèle et d'ambassadrice au comité du pow-wow et à la communauté omaha. Son élection est un honneur pour toute sa famille, qui l'aide à exprimer sa reconnaissance par l’intermédiaire d’une cérémonie de remise de cadeaux à la fin de son mandat. Cette chanson est une chanson de danse des plaines du Nord typique : elle est interprétée par un groupe d'hommes assis autour d'une grosse caisse, elle est dirigée par un meneur de chant, elle suit une ligne mélodique descendante, elle est ponctuée de coups de tam-tam à des moments précis et la coda est courte. La princesse et ceux qui l'honorent dansent pendant la chanson, s'arrêtant exactement au même moment que le tambour.

"Cliff Palace, Parc National de Mesa Verde," Colorado (orientation verticale) par Ansel Adams

En 1941, le Service des parcs nationaux des États-Unis commissionna auprès du distingué photographe Ansel Adams (1902-84) la création d'une photographie murale pour le bâtiment du Ministère de l'intérieur à Washington, DC. Le thème devait en être la nature telle qu'exemplifiée et protégée dans les parcs et monuments nationaux des États-Unis. Le projet fut interrompu en raison de la Seconde guerre mondiale et ne reprit jamais. Le fonds photographique de la Still Picture Branch des archives nationales comprend 226 photographies prises pour ce projet, la plupart d'entre elles signées et légendées par Adams. Les photographies du parc national de Kings Canyon furent prises en 1936, lorsque la création du parc fut proposée, et furent ajoutées par Adams au projet mural. L'unique photographie de Yosemite fut un cadeau d'Adams au responsable du service des parcs nationaux, Horace Albright, en 1933. On voit ici une vue du parc national de Mesa Verde, qui fut créé par le Congrès et le président Theodore Roosevelt en 1906, afin de "préserver les œuvres de l'homme", le premier parc national avec cet objectif. Mesa Verde, en espagnol "table verte", fut le site où s'implantât un peuple pueblo ancestral durant plus de 700 ans, de 600 à 1300 après JC. Le parc protège plus de 4 000 sites archéologiques connus, dont 600 habitations troglodytes.

Vues des Everglades

Homme d'affaires et aventurier, Homer Augustus Brinkley produisit ce film en 1928 après avoir vécu parmi les indiens séminoles dans les Everglades. Il projeta plus tard le film dans le cadre d'un spectacle itinérant durant lequel apparaissaient un ours vivant, en cage, et lui-même habillé en Séminole. William B. Feeland dirigea la photographie du film qui contient quelques-unes des toutes premières images animées de Séminoles. Le film commence avec des plans panoramiques de végétation, de cours d'eau et de bâtiments abandonnés et montre des images de la vie sauvage comme un hibou, des ratons laveurs, des mocassins d'eau, des alligators, des cerfs, un dindon sauvage et un ours. Scènes du centre de vie séminole au camp Californee. Elles comprennent deux femmes moulant du maïs et des gros plans de leurs vêtements. Les femmes et les enfants sont montrés dans des chickees, des huttes ouvertes sur les côtés et au toit de chaume de palmier. Les vues du paysage comprennent des orangeraies et la récolte dans les champs, des Séminoles marchant dans la forêt et se déplaçant en canoë. Une famille rentre de la chasse et le père présente un couple de ratons laveurs. Un homme se bat avec un alligator dans une clairière, d'autres harponnent du poisson depuis une pirogue. Apparaissent aussi dans le film une femme appelée princesse Shimpollhiee et le chef Josie Billie. Un homme âgé se prépare pour la danse du maïs vert et l'on peut voir la danse du poisson-chat autour d'un feu. On peut aussi y observer d'autres danses comme la danse du soleil, la danse de la tortue et la danse du bison. Des hommes, femmes et enfants y jouent une partie animée de stickball.

La Séminole Josie Billie avec sa famille et un chien

Cette photographie, prise en avril 1921 dans les marais de Big Cypress, en Floride, près de Deep Lake, représente Josie Billie et sa famille. Né le 12 Décembre 1887, Billie était le fils du premier Indien ayant reçu une éducation formelle en Floride. Guérisseur séminole et porte-parole de longue date des Séminoles de Floride, Billie était également un pasteur baptiste. Il était un fréquent participant du Festival folklorique de Floride et vécut dans la Réserve indienne séminole de Big Cypress dans le comté de Hendry jusqu'à sa mort en 1980. L'image provient de la collection de John Kunkel Small, un botaniste américain bien connu associé au jardin botanique de New York qui s'est spécialisé dans la flore du Sud-Est américain et a documenté la dégradation de l'environnement dans les Everglades.

Carte de la partie occidentale de la Nouvelle-France, ou du Canada, réalisée par M. Bellin, ingénieur de la Marine royale, afin de mieux comprendre les questions politiques actuelles en Amérique

Cette carte détaillée de la région des Grands Lacs de l'ouest de « la Nouvelle-France » fut réalisée par Jacques-Nicolas Bellin et publiée par les Héritiers de Homann en 1755, peu avant le début de la guerre de Sept Ans, à la fin de laquelle la Grande-Bretagne obtint la Nouvelle-France. Bellin était l’un des représentants d'un mouvement plus grand de cartographes français royaux et militaires du XVIIIe siècle qui cartographièrent la Nouvelle-France en utilisant les connaissances des Amérindiens. Cette carte montre les détails, non seulement des voies navigables du Canada, mais aussi des informations militaires, commerciales et territoriales relatives aux populations occupant ce vaste territoire. Étant donné que la plus grande partie de cette région était un territoire sauvage inexploré à l'époque, l'alliance des Français avec les Iroquois et les Algonquins fut cruciale pour cartographier des territoires intérieurs qui n'étaient alors que peu ou pas du tout peuplés. Les cartes furent utilisées par les trappeurs, les missionnaires jésuites, les explorateurs et les militaires durant les dernières « guerres françaises et indiennes » contre les Anglais qui furent menées sans succès afin d’assurer que le Canada resterait un territoire français.

Éléments d'enseignement chrétien, ou une histoire sacrée et un catéchisme chrétien abrégés

Ioann Veniaminov (1797-1879) était un prêtre orthodoxe russe qui se porta volontaire pour devenir missionnaire en Alaska en 1823. Après s'être installé avec sa femme et sa famille à Unalaska, il bâtit une église et une école et commença la tâche qui devait durer toute sa vie : l'étude des langues de la région. Avec l'aide du chef aléoute Ivan Pankov, Veniaminov inventa un alphabet pour la langue des Unangan (Aléoutes) qu'il utilisa ensuite pour traduire des textes religieux et pédagogiques russes. Ce livre, qui fait partie des collections de la Bibliothèque nationale de Russie, fut traduit par Veniaminov pour la première fois en 1827, puis celui-ci y apporta des corrections en 1837. Le prêtre créole Iakov Netsvetov l'aida dans ce travail, en y ajoutant des annotations explicatives à l'attention des habitants de l'île Atka, qui parlaient leur propre dialecte Unangan. Netsvetov était un protégé de Veniaminov et il forma ensuite d'autres prêtres autochtones et créoles, tels que Innokentii Shaiashnikov et Lavrentii Salamatov qui poursuivirent leur travail religieux et linguistique même après la vente de l'Alaska aux États-Unis en 1867.

Initiation à la voie du royaume des cieux : un sermon en langue aléoute-fox

Le père Ioann Veniaminov (1797-1879) fut le plus grand des missionnaires russes orthodoxes en Alaska. Éminent linguiste, il mit au point l'alphabet de la langue des Unagan (Aléoutes) et, avec l'aide du chef aléoute, Ivan Pan'kov, il écrivit et publia en 1834 un catéchisme aléoute, le premier livre publié dans une langue native d'Alaska. Tout comme l'évêque Innokentii, Veniaminov encouragea l'étude du tlingit et d'une variété de dialectes esquimau-aléoutes tels que l'atkan et le yup'ik d'Alaska central. Cet ouvrage, publié à Moscou en 1840, contient des enseignements religieux rédigés par Veniaminov en aléoute et datant de 1833.

Institut du reptile Ross Allen

E. Ross Allen fut l'un des premiers promoteurs et patrons de parc d'attractions ; ses combats contre des animaux lui valurent une renommée nationale et internationale. Né en 1908 à Pittsburgh, il obtint son grade d'Eagle Scout dans sa jeunesse puis devint la doublure de Johnny Weismuller dans les films de Tarzan. Il fit de Silver Springs une attraction touristique naturelle et historique, un prototype de parc d'attractions moderne. L'institut du reptile de Ross Allen ouvrit ses portes en 1929 et suivit les traditions (et mythologies) de la Floride tout en employant des résidents floridiens, y compris des indiens séminoles. L'institut mit plus tard un peu plus l'accent sur l'observation scientifique : l'étude sur les alligators qu'avait réalisée Allen figurait parmi les premiers travaux sur ces espèces. Dans ce film des années 1960, Allen se bat contre un alligator dans l'eau. L'on peut y voir des Séminoles jouant et travaillant à Silver Springs. Francis Osceola se bat contre un alligator sur la terre ferme. Une femme porte un boa constricteur. Un garçon cherche à acheter un serpent et, après avoir refusé un drymarchon, en achète un autre. Ross et son fils Tom se battent contre un anaconda de près de 6 mètres dans l'eau. Quelqu'un tire le lait d'un crotale. Le film présente ensuite le reste de Silver Springs, y compris la Ferme aux cerfs de Bartlett, le musée Cavalcade de calèches et le monument commémoratif Prince de la Paix. Le film se termine avec de la natation synchronisée et de la photographie sous-marine.

Chanson traditionnelle séminole - révérend Josie Billie

Josie Billie était un membre de la communauté séminole de Floride qui vécut toute sa vie dans la réserve indienne de Big Cypress dans le comté de Hendry, en Floride. Né le 12 décembre 1887, Josie Billie était le fils de Connie Pajo, aussi connu des Floridiens sous le nom de Billie Cornpatch, le premier Indien à recevoir une éducation occidentale en Floride. Guérisseur séminole et longtemps porte-parole des Séminoles de Floride, Billie poursuivit ensuite ses recherches médicales en tant qu'herboriste et devint pasteur baptiste. Il participa à plusieurs reprises au Festival folklorique de Floride, lequel fut fondé en 1953 et constitue l'un des plus anciens festivals folkloriques existant de nos jours. Cette chanson fut enregistrée au Festival folklorique de Floride en 1959, à White Springs, par Foster Barnes du Stephen Foster Center. Le programme du festival décrivait Billie comme appartenant au clan de la panthère ou du chat sauvage des Séminoles. Josie Billie mourut en 1980.