13 janvier 2012

Les Langi : une tribu nilotique de l'Ouganda

Cette étude de 1923 sur la population langi du centre-nord de l'Ouganda raconte les origines et l'histoire du groupe qui possédait une forme de gouvernement fondée sur des chefs de clan mineurs, plutôt que sur un roi ou un chef supérieur, avant l'arrivée de la domination britannique. Jack Herbert Driberg (1888-1946) était un fonctionnaire britannique au service du Protectorat de l'Ouganda de 1912 à 1921, qui vécut et travailla parmi les Langi, pour lesquels il avait beaucoup de sympathie et d'admiration. Il décrit l'ethnologie de la nation langi, son environnement, notamment la faune et le climat, et les caractéristiques géographiques du territoire langi. Cela comprend la rivière Moroto qui abrite toutes sortes de crocodiles nains mesurant jusqu'à 91 centimètres de longueur. Driberg retrace également les caractéristiques physiques et psychologiques des Langi. Il fournit un relevé détaillé de la vie du village et de ses armes et équipements, de ses produits manufacturés, de l'élevage, de l'agriculture, de l'alimentation, de la guerre, de la chasse, des instruments de musique, des danses et des jeux. Un chapitre sur l'organisation sociale se penche sur les traditions de naissance, les noms donnés aux nouveau-nés, les cérémonies de mariage et d'enterrement, l'organisation politique et l'héritage. La religion, la magie et la sorcellerie des Langi sont également abordées. L'étude contient également une analyse de Driberg sur la langue luo du peuple langi et son dictionnaire lango-anglais. Le livre se termine par une série de fables langi.

Ornements de l'industrie nationale : ouvrages en métaux de paysans ruthéniens

Vzory promyslu domashnogo vyroby metalevi selian na Rusi (Ornements de l'industrie nationale : ouvrages en météaux de paysans ruthéniens, selon l'orthographe utilisée alors), de 1882, fait partie d'une série de livres publiés par le Musée industriel de Léopol (ville située dans l'actuelle Ukraine). Le texte explicatif apparaît en polonais, en ruthène (une langue précédant l'ukrainien moderne), en allemand et en français, et présente l'art et le goût esthétique se traduisant dans les objets du quotidien. Le livre s'intéresse particulièrement aux Houtsoules, un peuple des montagnes des Carpates réparti principalement dans l'ouest et le sud-ouest de l'Ukraine, mais aussi dans le nord de la Roumanie et l'est de la Pologne, qui parle un dialecte ruthène et adhère à la foi orthodoxe grecque ukrainienne ou à la foi catholique grecque. Leur savoir-faire complexe est visible dans les vêtements, la sculpture, l'architecture, la menuiserie et la ferronnerie (surtout en laiton). Les illustrations montrent des ouvrages décoratifs en métal utilisés dans les bijoux, les vêtements, les foyers et les armes. Celles-ci comprennent : des ornements de cheveux ; des croix portées sur des chaînes, comme des colliers et des boucles d'oreilles ; d'autres boucles d'oreilles et bagues ; des ceintures et des boucles de ceinture ; des pipes et leurs ustensiles de nettoyage ; une hache typique à manche long avec une petite tête ; des poignées d'épée et de dague finement décorées ; et de la gravure sur armes.

Album de la vieille ville

Al’bom starogo L’vova (Album de la vieille ville), publié en 1917, est une collection d'images des principaux monuments historiques de Lviv (aujourd'hui en Ukraine occidentale). L'album contient des photos des lieux de culte majeurs, comme la cathédrale catholique, la cathédrale arménienne, l'église dominicaine et l'église bénédictine. Les illustrations montrent à la fois des détails et des scènes de rue de la ville de Lviv construite entre le XVIe et le XIXe siècle. Les détails architecturaux comprennent des bas-reliefs, des portes sculptées, des sculptures sur pierre fines et amusantes, et des moulures. Les gens marchent près des fontaines sur la place du marché avec ses commerces attractifs et ses maisons. On peut apercevoir la rue des Arméniens, la rue du Tribunal et la rue Czacki, avec des détails de l'intérieur de la Maison Sobiéski et de la Maison Noire. Les photographies prises au musée de la ville montrent ses superbes salles, avec un portrait de Stanisław August (roi de Pologne de 1764 à 1795), d'autres œuvres d'art, des meubles, des porcelaines, des poêles en céramique pour chauffer les pièces et des sculptures. L'album reflète l'esprit de la vieille ville. Le texte d'introduction est en russe et les photos sont légendées en russe et en français.

Généalogie de la famille Liu de Xiuyi Mining

Les travaux généalogiques chinois sont des témoignages historiques qui documentent l'ascendance, les actes et les événements relatifs à un clan patriarcal. Un travail généalogique incluait généralement : une préface, une table des matières, les règles de la compilation, les règles et instructions à respecter par les membres du clan, des images du temple ancestral, des tombeaux et des portraits, des arbres généalogiques, et des biographies des membres importants du clan. Il comprenait également les noms de la ou des personnes chargées d'effectuer ce travail, ainsi qu'un post-scriptum. De tels travaux complètent les documents historiques généraux disponibles et sont une source importante pour l'étude de l'histoire et de la culture chinoises. Il existe de nombreuses généalogies de familles Liu dans les prémisses de l'histoire de la Chine et les dynasties Ming et Qing connurent à leur époque une forte augmentation de leurs publications. Les premières éditions existantes, et notamment cet ouvrage publié en 1557, datent de l'ère Ming. Les inscriptions originales indiquent que l'ouvrage a été compilé par Liu Hao, un descendant de la dix-neuvième génération, et d'autres auteurs. L'ouvrage retrace une lignée familiale depuis Liu Yu de Mining. Après avoir reçu son jin shi (doctorat) au cours du règne de Xiantong (860-874) de la dynastie Tang, celui-ci fut affecté à Jiangnan où il s'engagea dans les affaires militaires. Les générations ayant succédé à Liu pendant les dynasties Song, Yuan et Ming ont majoritairement poursuivi des carrières littéraires et politiques. L'ouvrage contient de nombreux écrits de personnalités de renom. Les quatre préfaces furent rédigées par Yu Ji (1272-1348), un érudit et poète ; Zhu Sheng (1299-1370), un membre de l'académie Hanlin ; et deux membres de la famille Liu, Liu Ran et Liu Tang. Le post-scriptum fut rédigé par l'auteur lui-même. Certains éléments de cet ouvrage sont les seuls écrits existants de ces hommes de lettres.

Généalogie de la famille Wang

Cette généalogie chinoise imprimée se présente sous forme de quatre volumes. Les travaux généalogiques chinois sont des témoignages historiques qui documentent l'ascendance, les actes et les événements relatifs à un clan patriarcal. Un travail généalogique incluait généralement : une préface, une table des matières, les règles de la compilation, les règles et instructions à respecter par les membres du clan, des images du temple ancestral, des tombeaux et des portraits, des arbres généalogiques, et des biographies des membres importants du clan. Il comprenait également les noms de la ou des personnes chargées d'effectuer ce travail, ainsi qu'un post-scriptum. L'inscription du titre indique que le compilateur s'appelait Wang Huo, un descendant de la soixante-dix-huitième génération de Shaxi, à Shexian, dans la province de l'Anhui. L'ouvrage retrace la lignée depuis Wang Han, un descendant du prince Yue de la dynastie Tang qui était considéré comme le membre fondateur de la famille Wang et dont la descendance s'est par la suite élargie pour fonder huit clans. Ce travail fut publié au cours du règne de Wanli, vers 1550, et contient une préface de l'auteur datant de 1550 et un post-scriptum de Wang Daokun, un poète et dramaturge de l'époque, datant de 1551.

La nomenclature géographique Wanli de la préfecture de Yanping

Durant la dynastie Ming, trois préfectures constituaient le nord de la province du Fujian : Yanping, Jianning et Shaowu. La préfecture de Yanping (aujourd'hui Nanping Shi) fut établie en 1369. Le plus haut fonctionnaire était le préfet qui administrait les comtés, relayait les ordonnances du gouvernement d'État, contrôlait les juridictions pénales et percevait les taxes. Durant la dynastie Ming, le préfet se trouvait au quatrième rang dans la hiérarchie officielle. Les préfets étaient souvent impliqués dans l'édition de nomenclatures géographiques locales. Ces ouvrages contenaient des descriptions détaillées de la situation économique dans une localité à une période donnée. Les informations détaillées qu'ils contiennent en font des sources précieuses pour l'étude de l'histoire, de la géographie, de l'économie locale, de la culture, de la langue et des dialectes, des biographies de personnes notables, ainsi que de l'administration du gouvernement local. Le compilateur principal de ce travail fut Yi Kejiu, préfet de Yanping, qui obtint son jin shi (doctorat) en 1565 et devint préfet au début du règne de Wanli (1573-1620). Les quatre autres compilateurs, tous des fonctionnaires de son administration, furent Yang Shujing, Li Jiazhi, Lu Yang et Yao Yinglong. L'édition contient le titre ajouté suivant : Chong xiu Min zhi cai fang shu (Nouvelle édition des nomenclatures géographiques collectées du Fujian). Le catalogue de Tian yi ge (La bibliothèque de la première salle avant le paradis) classe ce travail comme une nouvelle édition de 34 juan rééditée par cette bibliothèque.