3 janvier 2012

Une carte d'une partie du littoral de la Nouvelle-Galles-du-Sud sur la côte est de la Nouvelle-Hollande depuis Black Head jusqu'au cap Moreton

Cette carte est l'une des quatre cartes manuscrites provenant du premier grand voyage d'exploration du capitaine James Cook, qui en avril 1770 réalisa la première délimitation claire de la côte est de l'Australie. Appuyée par la Royal Society et la Royal Navy, l'expédition avait plusieurs objectifs. Cook devait observer et décrire le transit de Vénus, cartographier les lignes côtières des lieux visités dans le Pacifique sud, et archiver des informations concernant les peuples, la flore et la faune rencontrés. Les promoteurs de l'expédition espéraient également que Cook trouve et revendique pour la Grande-Bretagne les terres alors connues sous le nom de terra incognita australis. Cook ne navigua pas à proximité des côtes, sauf à certains endroits, la quantité de détails présentée sur la carte varie donc en fonction de la distance de son navire par rapport à la côte.

Polotsk. Monument commémoratif dédié à la guerre de 1812, sur la place situé à proximité de la cathédrale de Nikolaevskii

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

4 janvier 2012

La province de Birmanie ; un rapport préparé au nom de l'université de Chicago

Alleyne Ireland (1871–1951), un confrère de la Royal Geographic Society de Londres, fut désigné en 1901 par l'université de Chicago pour mener une commission destinée à étudier l'administration coloniale en Extrême-Orient. Le projet principal d'Ireland, publié en 1907, fut cette étude exhaustive de la Birmanie en deux volumes, à cette époque sous le contrôle des britanniques comme province de l'empire indien. Le premier volume contient une description générale de la Birmanie, l'histoire de l'acquisition de la colonie par la Grande-Bretagne et des chapitres concernant la population, le gouvernement, l'administration générale, civile, policière, judiciaire, carcérale et propre à l'enseignement. Le second volume est dédié aux affaires économiques et administratives, y compris à l'administration financière, au système foncier, aux travaux publics, au commerce et au transport ainsi qu'à l'administration des forêts, des villes, des villages et des ports. Vingt-et-une annexes fournissent des détails supplémentaires, entre autres des statistiques économiques et démographiques, les textes des traités, les accords et les rapports, une bibliographie et un glossaire des mots indiens et birmans. À la fin du premier volume se trouve une grande carte dépliante de Birmanie réalisée par les créateurs de cartes d'Edinburgh John Bartholomew & Co.

La Colonisation de l'Indo-Chine

La colonisation de l’Indo-Chine : l’expérience anglaise est une étude de cas de 1892 considérant l'expérience coloniale britannique en Asie et les leçons à en tirer pour la France dans l'administration de l'Indochine française (aujourd'hui Cambodge, Laos et Viêt Nam). L'auteur, l'essayiste influent et théoricien colonial français Joseph Chailley-Bert (1854-1928), était un passionné préconisant la réforme des pratiques de colonisation et des stratégies gouvernementales de la France qu'il affirmait être inefficaces dans le concept et l'exécution, il préconisait également devoir faire usage des réussites des britanniques et des autres puissances coloniales. La première partie de l'ouvrage est dédiée à la colonie britannique de Hong Kong, les chapitres traitent de la pénétration et de l'occupation initiales, du développement économique et des méthodes de gouvernance et d'administration. La deuxième partie est dédiée à la colonie de Birmanie et contient des chapitres traitant les mêmes sujets généraux. Chailley-Bert conclut que le succès colonial reposait sur de « bons colons, de bonnes lois et de bon administrateurs. » Son travail eut une grande influence sur la politique coloniale de la France.

5 janvier 2012

Monastère de l'Ascension-Trinité, église de l'Ascension (1704), vue sud-est, Solikamsk, Russie

Cette vue sud-est de l'église de la Trinité (anciennement église de l'Ascension) au monastère de l'Ascension-Trinité à Solikamsk a été prise en 2000 par le Dr William Brumfield, photographe américain et historien de l'architecture russe, dans le cadre du projet "Rencontre de frontières" à la Bibliothèque du Congrès. Fondée vers 1430 sur le cours moyen de la rivière Kama, Solikamsk est l'une des plus anciennes colonies de peuplement russe des monts Oural. Sa prospérité se fondait sur le sel (d'où la première partie du nom de la ville) et autres minéraux. Le monastère de l'Ascension a été fondé aux alentours de 1590 par des négociants et des paysans libres. Ses bâtiments étaient de bois jusqu'à la construction de l'église de l'Ascension en 1698-1704. Son unique coupole, sur un toit simple, surmonte une construction de briques blanchie à la chaux parmi les plus richement décorées de la ville. On remarque les tours de fenêtres élaborés et des arches supportées par une grande frise. D'autres éléments, dont un réfectoire bas à l'ouest et la chapelle de l'Annonciation sur la façade sud (tous deux visibles sur ce cliché) créent un ensemble très pittoresque. Le monastère de l'Ascension a été fermé en 1764 au cours de la réorganisation des monastères décidée par Catherine la Grande. Après une période de transition complexe, il a été dédié à nouveau en tant que monastère de l'Ascension-Trinité à la fin du 18e siècle. Le changement de nom a également concerné l'église principale.

11 janvier 2012

Festival de danse Chichamaya à Zulia

Cette photographie montre la population indigène dans l'état de Zulia, Venezuela, exécutant une danse traditionnelle. Cette partie nord-ouest de Zulia est habitée par les Indiens Guajiro, le groupe indigène le plus important au Venezuela. La photographie est issue de la collection de la Bibliothèque Colomb de l'Organisation des États américains (OEA), qui compte 45 000 photographies illustrant la vie et la culture dans les Amériques. Beaucoup de photographies ont été prises par de grands photographes lors de missions de l'OEA dans des pays membres. L'OEA fut établie en avril 1948 par 21 pays de l'hémisphère occidental, qui adoptèrent une charte réaffirmant leur engagement en faveur d'objectifs communs ainsi que leur respect pour leur souveraineté respective. Depuis lors, l'OEA s'est élargie aux pays des Caraïbes anglophones, ainsi qu'au Canada. L'organisation ayant précédé l'OEA fut l'Union panaméricaine, fondée en 1910, qui à son tour s'élargit en dehors de l'Union internationale des Républiques américaines, établie lors de la première Conférence internationale des États américains en 1889-90.