Fromagerie et vacher pendant la traite sur la Wengernalp, dans l'Oberland bernois, en Suisse

Cette impression photochrome d'un vacher dans une fromagerie de la Wengernalp fait partie des « Vues de Suisse » du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Située dans les montagnes bernoises près de Wengen, dans le centre de la Suisse, la Wengernalp est une prairie d'altitude qui constituait au XIXe siècle une attraction populaire où les touristes venaient admirer la vue. La Wengernalp était aussi un pâturage d'été pour le bétail. Les fermiers menaient leurs vaches à la prairie et les gardaient là-bas une centaine de jours. Avec l'aide d'ouvriers saisonniers, ils trayaient les vaches pour faire du fromage.

L' Hôtel de ville de Berne, en Suisse

Cette impression photochrome de l'Hôtel de ville à Berne fait partie des « Vues de Suisse » du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Le guide Baedeker La Suisse et les parties limitrophes de l'Italie, de la Savoie et du Tyrol. Manuel du voyageur (1913) décrit le bâtiment comme le « Rathaus, ou salle cantonale, bâtie entre 1406 et 1416 dans le style gothique flamboyant bourguignon, avec une façade moderne à laquelle on accède grâce à un escalier couvert et décorée des armes du district bernois ». Cet édifice est toujours le siège du Grand Conseil du canton de Berne.

Hôtel du Lac à Lucerne, près du Pilatus, en Suisse

Cette impression photochrome de l'Hôtel du Lac à Lucerne fait partie des « Vues de Suisse » du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). L'hôtel était situé sur la rive gauche du lac de Lucerne que le guide Baedeker La Suisse et les parties limitrophes de l'Italie, de la Savoie et du Tyrol. Manuel du voyageur (1913) décrit comme « inégalable en Suisse de par la magnificence et la diversité de ses paysages ». L'hôtel se détache sur un arrière-plan montagneux, en particulier l'imposant Pilatus, que Baedeker décrivait comme « le haut sommet qui s'élève fièrement sur la rive ouest du lac, exactement au sud de Lucerne... parmi les points de vue de Suisse centrale les plus beaux et les plus fréquentés. Ses bas versants sont revêtus de superbes prés et forêts, tandis que ses hauteurs forment des falaises sauvages et dentelées ».

Pont de chemin de fer à Riga, en Russie (c.-à-d. Lettonie)

Cette impression photochrome d'un pont à Riga, en Lettonie (qui appartenait alors à l'Empire russe) fait partie des « Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine » du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Construit en 1871-1872, le pont fut le premier pont de chemin de fer en acier à traverser le fleuve Daugava. Le guide Baedeker Russie avec Téhéran, Port Arthur et Pékin (1914) le décrivait comme « un pont à poutres métalliques... d'un demi-mile de long, soutenu par huit piles de granit, » qui menait à Mitau, dans la banlieue de Riga. Large de neuf mètres, la voie du pont était ceinturée de poutres en treillis. De l'autre côté de ces poutres, se trouvait un passage destiné aux piétons et aux charrettes.

Chalet Suisse dans l'Oberland bernois, en Suisse

Cette impression photochrome d'un chalet suisse dans les montagnes bernoises fait partie des « Vues de Suisse » du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Le chalet est un type d'habitation qui se caractérise par son architecture rustique en bois non peint, avec généralement un balcon à l'étage, dont les planches plates comportent des motifs ajourés. Les chalets comprenaient généralement un étage et demi ou deux étages et demi. Ils étaient conçus pour héberger à la fois une famille de fermiers et son bétail qui était gardé au niveau du sol. Ces chalets étaient généralement entourés d'arbres qui les protégeaient des avalanches et des autres menaces de l'environnement.

Route militaire. Forteresse du défilé de Dariel dans le Caucase, en Russie

Cette impression photochrome de la route militaire et de la forteresse du défilé (ou gorge) de Dariel fait partie des « Vues d'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine » du catalogue de Detroit Publishing Company (1905). Entre 1799 et 1863, les militaires russes construisirent les 220 kilomètres de l'autoroute militaire géorgienne traversant le col Dariel dans les montagnes rocailleuses du Caucase. La route s'étend entre Vladikavkaz en Russie et Tbilisi en Géorgie orientale. La forteresse de Dariel (aussi appelée forteresse de Vladikavkaz), à l'extrémité septentrionale de la route militaire, fut construite en 1784, peu après la conquête de la région par la Russie.

La Haftarah de Jonas

Cet ouvrage est une version d'artiste du Livre de Jonas, l'un des douze petits prophètes ou prophètes mineurs dans la bible hébraïque. Dans la tradition juive, une haftarah est une lecture des prophètes, qui a lieu lors du chabbat, des fêtes et des jours saints. Mettant l'accent sur le thème de la repentance, le livre de Jonas est devenu un élément traditionnel de l'office de la synagogue lors du jour le plus solennel du calendrier juif, Yom Kippour, le jour de l'Expiation. Cette haftarah a été créée avec des gravures à l'eau forte originales, un commentaire de Mordechai Beck, ainsi qu'une calligraphie hébraïque de David Moss. Le livre est imprimé sur un papier abaca fait à la main produit pour cette édition au moulin à papier Tut-Neyar de Zichron Ya’akov, en Israël. Le texte a été imprimé sur une presse à bras Albion de 1886 à l'Atelier d'impression de Jérusalem.

Le Cantique de Salomon

Cet ouvrage est une version d'artiste moderne du Cantique des Cantiques biblique, traditionnellement attribué au roi Salomon. Le Cantique des Cantiques a été interprété de différentes manières qui vont de l'interprétation littérale se concentrant sur l'amour humain entre un homme et une femme à ceux qui y voient une allégorie divine de l'amour de Dieu pour le peuple juif. Cette édition, par l'artiste israélienne Tamar Messer, insiste sur la connexion entre le peuple juif et la terre d'Israël. Le texte est écrit en hébreu et en anglais. Les illustrations sérigraphiées originales représentent la flore, la faune et les paysages de l'ancien Israël. Les couleurs semblables à des joyaux et l'imagerie stylisée rappellent les premiers vitraux et reflètent ce que l'artiste nomme « la dévotion exubérante » du texte. Chacune des 20 illustrations est sérigraphiée sur papier Arches en utilisant 20 à 30 couleurs par image.

La Haggada de Moriah

La Haggada de Pessah, ou Pâque juive, est l'un des textes les plus importants et les plus chers à la tradition juive. Au début de la Pessah, les juifs du monde entier se réunissent autour de tables pour lire la Haggada, un ouvrage contenant le récit traditionnel de l'Exode hors d'Égypte. « Haggada » signifie narration ou raconter à nouveau. L'histoire antique de la Pessah comporte des chansons, des contes et met l'accent sur l'instruction des enfants, c'est pourquoi il s'agit du livre de prières juives le plus couramment illustré. La Haggada de Moriah a été créée par l'artiste israélien Avner Moriah, qui dessina ses modèles à partir de peintures murales et de figurines égyptiennes et assyriennes datant de l'âge du bronze et de l'âge du fer, la période au cours de laquelle se déroule l'histoire d'origine de Pessah. Moriah utilise une palette de bleus, d'oranges et de dorés qui rappelle les paysages du Moyen-Orient. Le texte est en hébreu avec une calligraphie d'Izzy Pludwinski. Un volume distinct, en anglais, contient une introduction par l'artiste, un commentaire par le rabbin Shlomo Fox, ainsi qu'une traduction et une explication des images.

La nouvelle Haggada de Pessah

La Haggada de Pessah, ou Pâque juive, est l'un des textes les plus importants et les plus chers à la tradition juive. Au début de la Pessah, les juifs du monde entier se réunissent autour de tables pour lire la Haggada, un ouvrage contenant le récit traditionnel de l'Exode hors d'Égypte. « Haggada » signifie narration ou raconter à nouveau. L'histoire antique de la Pessah comporte des chansons, des contes et met l'accent sur l'instruction des enfants, c'est pourquoi il s'agit du livre de prières juives le plus couramment illustré. La nouvelle Haggada de Pessah a été créée par l'artiste israélien Asher Kalderon qui indique dans son ouvrage qu'il a voulu transmettre l'enthousiasme de la famille et des invités rassemblés pour le Séder. Le Séder est le repas rituel traditionnel qui marque le début des huit jours de la fête de Pessah et célèbre le passage des israélites de l'esclavage à la liberté. La Haggada de Kalderon utilise une nouvelle police hébreu et des caractères de titrage spécialement conçus pour cette édition.