La Place Iljinka, (c-à-d., Il'inka), Moscou, Russie

Cette impression photochrome de la place Ilinka à Moscou fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). La place Ilinka est située à Kitai-Gorod, un quartier près de la place Rouge. Comme décrit dans l'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur et Pékin (1914), "[la] rue centrale et principale de Kitai-Gorod, presque exclusivement occupée par des maisons de négoce en gros et des banques, est nommée l'Ilyinka." Kitaï-Gorod était l'un des centres commerciaux de Moscou, comme en témoignent la construction de nombreuses banques et boutiques au 19ème siècle. Le monument au milieu de la Place Ilinka est un mémorial aux soldats russes tombés lors de la bataille de Plevna (1877), qui eut lieu durant la guerre russo-turque de 1877-1878. Conçu par l'architecte russe Vladimir Osipovich Shervoud (1833–97), le monument a été érigé en 1887.

Monument de Catherine II, Saint-Pétersbourg, Russie.

Cette épreuve photochrome du monument de Catherine II à Saint-Pétersbourg fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). L'Impératrice Catherine II, également connue sous le nom de la Grande Catherine, a régné sur la Russie de 1762 à 1796. Elle a été très admirée, en particulier par la noblesse russe, qui bénéficia des réformes qu'elle institua. Le monument, érigé en 1873, se trouve sur une place donnant sur l'artère principale de Saint-Pétersbourg, la perspective Nevski. Il a été conçu par Mikhaïl Ossipovitch Mikeshin (1835-1896) et Alexandre Mikhaïlovitch Opekushin (1838-1923). Comme décrit dans l'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur, et Pékin (1914), "une base de granit rougeâtre soutient un piédestal en forme de cloche portant une statue de l'Impératrice, haute de 4 mètres, vêtue d'un manteau d'hermine, tenant le sceptre impérial dans sa main droite et une couronne de laurier dans sa main gauche. Autour du piédestal se trouvent neuf personnages colossaux en bronze des contemporains célèbres de l'Impératrice. "Ces" contemporains célèbres "comprennent le général Alexandre Souvorov, le politicien le Prince Potiomkin, Ekaterina Dashkova, la première femme à présider l'Académie des Sciences de Russie, et le célèbre poète Gavrila Derjavine.

Peterhof depuis le Château, Saint-Pétersbourg, Russie

Cette épreuve photochrome du palais de Peterhof à Saint-Pétersbourg fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Basé sur les plans de l'architecte français Alexandre Jean-Baptiste Le Blond (1679-1719), Peterhof est considéré comme le Versailles russe. Il a été construit par Pierre le Grand (1672-1725) en tant que résidence d'été. Situé sur les rives de la baie Neva (ou golfe de Cronstadt), le palais offre une vue de Cronstadt, la ville et les fortifications fondées par Pierre le Grand en 1703. On voit ici la fontaine de Samson, une œuvre du sculpteur russe Mikhail Kozlovski (1753-1802). Comme décrit dans l'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur, et Pékin (1914), la caractéristique principale de la fontaine "se compose d'une figure en bronze doré de Samson. . . forçant l'ouverture de la mâchoire d'un lion, à partir de laquelle un jet d'eau gros comme le bras s'élève jusqu'à une hauteur de 20 mètres. La cascade est flanquée d'environ 45 statues dorées, de vases et autres. L'espace entre le palais et la plage, large de 300 mètres, est aménagé comme un parc. Les sentiers longeant le canal sont bordés par de hauts pins entrecoupés de 22 fontaines (11 de chaque côté)".

La cathédrale Saint-Isaac depuis les jardins d'Alexandre, Saint-Pétersbourg, Russie

Cette épreuve photochrome de la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Nommé d'après St. Isaac, le saint patron présumé de Pierre le grand (1672-1725), la cathédrale fut commandée par Alexandre Ier (1777–1825) et fut construite entre 1819 et 1858 sous la direction de l'architecte français Richard de Montferrand (1786–1858). Il s'agit de la plus grande cathédrale en Russie. Selon l'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur, et Pékin (1914) : "La cathédrale, construite en granit et marbre avec un extravagant mépris des coûts, a la forme d'une croix de 111 m de long et de 97 m de large. . . . On approche des portes par de larges marches de granit. Le dôme doré, "visible à une grande distance", a requis plus de 100 kg d'or pour l'achever.

Cathédrale N.D. de Kazan, Saint-Pétersbourg, Russie

Cette impression photochrome de la cathédrale de Kazan, également connue comme la cathédrale de Notre-Dame de Kazan, à Saint-Pétersbourg, fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). La cathédrale tient son nom de Notre-Dame de Kazan, l'icône la plus vénérée de l'Église orthodoxe russe, et a été conçue par l'architecte russe Andrey Voronikhin (1759-1814). Selon l'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur, et Pékin (1914), la cathédrale est "approchée par une colonnade semi-circulaire de 136 colonnes corinthiennes, calquées sur celles de Saint-Pierre de Rome. L'église, érigée en 1801-11.... pour un coût de 4 millions de roubles, prend la forme dune croix longue de 72 mètres et large de 55 mètres. Elle est surmontée d'un dôme métallique de 20 mètres de diamètre, dont le tambour est orné de 16 pilastres. La hauteur totale au sommet de la croix est de 80 mètres. . . . Les portes de bronze de l'entrée principale sont des copies des portes du baptistère de Florence. "

Place Pierre le Grand, Saint-Pétersbourg, Russie

Cette impression photochrome de la place Pierre le Grand Place de Saint-Pétersbourg fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). La statue, qui se trouve au bord de la Neva, juste avant la cathédrale Saint-Isaac (visible en arrière-plan), est connue comme le "Cavalier de bronze" du poème narratif d'Alexandre Pouchkine de 1833. La statue a été commandée par Catherine II (1762-1796) en l'honneur de Pierre Ier. Un modèle a été réalisé par le sculpteur français Étienne Maurice Falconet (1716-1791) en 1769. Le coulage de la statue débuta en 1775 et fut achevé en 1782. La statue repose sur un énorme bloc de granit de 14 mètres de long, six mètres de large et cinq mètres de haut. L'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur, et Pékin (1914) faisait remarquer : "À l'Ouest de l'Amirauté se trouve la place Pierre, avec des parterres de fleurs, et (à proximité de la Neva) la célèbre statue équestre de Pierre le Grand. Le Tsar, remontant une pente rocheuse, tourne le visage vers la Neva, et désigne de sa main droite la scène de ses travaux. "

Newsky, (c.-à-d., Nevski), Prospekt et l'Amirauté, Saint-Pétersbourg, Russie.

Cette impression photochrome de la perspective Nevski et de l'Amirauté à Saint-Pétersbourg fait partie des "Vues d'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de Detroit Publishing Company (1905). Dans son roman, la perspective Nevski, Gogol a écrit sur la rue, "Entrez-y, et vous entrez dans une foire ». Nommée d'après Alexandre Nevsky (1220–63), le héros du 13ème siècle, qui conduisit les armées russes à la victoire sur les envahisseurs allemands et suédois, la perspective Nevski fut planifiée par Pierre le grand (1672-1725) et conçue par l'architecte français Alexandre Jean Baptiste Le Blond (1679–1719). Elle s'étend de l'Amirauté (visible sur cette photographie) jusqu'à l'Alexander Nevsky Lavra (monastère). L'ouvrage de Baedeker La Russie avec Téhéran, Port Arthur, et Pékin (1914) décrit la rue comme "la plus longue voie de Saint-Pétersbourg, d'une largeur de 35 mètres et d'une longueur de 4,43 km. De l'Amirauté elle court en ligne droite jusqu'à la Place Znamenskaya, où elle s'oriente légèrement vers le Sud avant de traverser un quartier plus pauvre jusqu'au monastère Alexandre Nevski. En ce qui concerne la partie Ouest du pont Anitchkov, c'est la rue la plus fréquentée de Saint-Pétersbourg." L’Amirauté est une des premières structures qui furent construites à Saint-Pétersbourg. La construction commença en 1704, un an après la fondation de la ville elle-même, sur commande de Pierre le Grand, qui voulait créer une formidable marine russe. La structure contemporaine fut construite en 1806-1823 par l'architecte russe Adrian Zakharov (1761-1811). Elle fait plus de 400 mètres de large et plus de 160 mètres de haut, avec une flèche dorée majestueuse qui mesure plus de 70 mètres de haut.

La Place du palais d'hiver et la colonne Alexandre, Saint-Pétersbourg, Russie

Cette impression photochrome du palais d'hiver et de la Colonne d'Alexandre à Saint-Pétersbourg fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Le palais d'hiver a été construit entre 1754 et 1762 pour l'impératrice Élisabeth, la fille de Pierre le grand (1672-1725) et servit de résidence des tsars russes depuis les années 1760 jusqu'à la révolution de 1917. Le bâtiment de style baroque mesure plus de 17 000 mètres carrés et se distingue par sa teinte verte frappante, des colonnes corinthiennes, des emblèmes décoratifs et des statues liées au passé de la Russie. Le palais abrite aujourd'hui le célèbre musée de l'Ermitage. En face du Palais d'Hiver, au centre de la place du Palais, se trouve la Colonne Alexandre, qui honore le tsar Alexandre Ier (1777-1825). La colonne a été conçue par l'architecte français Auguste Richard de Montferrand (1786–1858), qui était aussi l'architecte de la cathédrale Saint-Isaac à Saint-Pétersbourg (la plus grande et la plus haute cathédrale russe orthodoxe de l'époque). La colonne de 550 tonnes est construite en granit rouge. Un article de 1886 du magazine Harper's l'a décrite comme "le plus grand monolithe des temps modernes. . . . Il s'agit d'un seul arbre de granit rouge, de 25 mètres de haut et de 4 mètres de diamètre, placé sur un piédestal cubique monolithique de 8 mètres de haut, et surmonté d'un chapiteau de bronze, au-dessus duquel s'élèvent un ange et une croix, lui conférant une hauteur totale de 47 mètres."

Cathédrale de SS, Pierre et Paul, Saint-Pétersbourg, Russie.

Cette impression photochrome de la cathédrale Pierre et Paul, les saints patrons de Saint-Pétersbourg, fait partie des "Vues de l'architecture et d'autres sites principalement en Pologne, Russie et Ukraine" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). La construction d'une église en bois sur le site de la cathédrale commença en 1703, un mois après que la ville de Saint-Pétersbourg ait été officiellement fondée. L'église fut consacrée le 1er avril 1704. La cathédrale de pierre a été construite entre 1712 et 1733, sous la direction de l'architecte italo-suisse Domenico Trezzini (1670-1734). La nouvelle cathédrale fut consacrée le 29 juin 1733. Le clocher brûla dans la nuit du 29 au 30 avril 1756, lors d'un incendie causé par la foudre. En 1766, la grande Catherine ordonna que le clocher soit reconstruit, et la nouvelle tour fut achevée en 1776. La cathédrale a servi de lieu de sépulture pour les empereurs russes et de leurs familles à l'époque de Pierre le Grand (1672-1725).

Champs-Élysées, une avenue, Paris, France

Cette impression photochrome des Champs-Elysées à Paris fait partie des "Vues de l'architecture, de monuments et d'autres sites en France" du catalogue de la Detroit Publishing Company (1905). Le quartier des Champs-Élysées comprenait à l'origine des champs et des jardins maraîchers. En 1616, Marie de Médicis (1575-1642), veuve de Henri IV, fit agrandir le jardin des Tuileries pour créer une promenade bordée d'arbres. La voie a été étendue à nouveau en 1667 par l'architecte paysagiste André Le Nôtre (1613-1700). L'avenue, maintenant longue de près de deux kilomètres, s'étend entre la place de la Concorde et l'Arc de Triomphe. Comme décrit dans l'édition 1900 de l'ouvrage de Baedeker Paris et ses environs, avec des itinéraires de Londres à Paris : Manuel du voyageur, "cette magnifique avenue, bordée de beaux bâtiments, est l'une des promenades les plus en vogue à Paris."