Histoire des Trois Royaumes dans l'édition de Yi Xiang

Cette San guo zhi (Histoire des trois royaumes) dans l'édition de Yi Tang xiang est imparfaite, ne contenant que 42 illustrations. L'inscription dans la première illustration se lit comme suit : "Gravé par Huang Chengzhi de Xin'an." La septième illustration porte la même inscription : "Gravé par Huang Chengzhi." L'inscription de la huitième illustration indique "gravé par Huang Shiheng." Le célèbre collectionneur de livres, Ma Lian (1893-1935), disposait également d'une copie fragmentée de cette œuvre dans l'édition Yi xiang Tang. Ma Lian et le critique littéraire Sun Kaidi (1898-1985) considéraient tous deux qu'il s'agissait d'une édition Qing, mais elle provient plus probablement de la dynastie Ming, car le graveur, Huang Chengzhi, a vécu à la fin de la dynastie Ming.

Cartes des temps antiques et présents

L'ouvrage en trois tomes composé de cartes avec des textes détaillés a été compilé par Wu Guofu de la dynastie Ming, basé sur un travail effectué par Shen Dingzhi. Les cartes sont exécutées en chromatographie en rouge et noir. Il y a deux préfaces : une de Wu Guofu, datée de 1638 et l'autre de Chen Zilong, datée de 1643.

Notes de la bibliothèque complète des quatre trésors, éditées avec des suppléments

Même si le titre indique que cet ouvrage est un supplément à Quan Shu bei kao (Notes de la bibliothèque complète des quatre trésors), l'existence d'une telle œuvre ne peut être confirmée. Cette édition contient des illustrations très finement exécutées, qui ont une importance sociologique et historique ainsi qu'artistique. Chaque volume comporte une inscription attestant que le volume a été produit par Zheng Shangxuan à l'imprimerie, Ren Tang Rui (Hall de l'humanité prometteuse). Le contenu de l'ouvrage a été principalement extrait de Bu qiu ren (ne pas demander l'aide d'autrui), une encyclopédie en 35 juans écrite par Yu Wentai en 1607. Cette édition compte 34 juans, avec quelques abréviations. La plupart des œuvres incluses dans Bu qiu ren proviennent de la fin de la dynastie Yuan et du début de la dynastie Ming ; des auteurs Ming ont ajouté des suppléments par la suite. Bu qiu ren peut être considéré comme une variation populaire de l'Encyclopédie Yongle (1403-1408).

Illustrations de montagnes célèbres

À l'origine sans titre, cette œuvre paysagère, un chef-d'œuvre de gravure sur bois, occupe une place importante dans la nomenclature des paysages chinois célèbres. Enregistrés dans les coins supérieurs gauche et droit se trouvent les noms des célèbres montagnes de Chine. Certaines des estampes incluent les noms des sommets les plus hauts, des cours d'eau, des sites célèbres et des jardins. D'autres estampes, provenant de différentes sources, ne comprennent pas ces noms. Par rapport à une œuvre similaire intitulée Hai wai qi guan (Merveilles à l'intérieur des quatre mers) de la 37ème année de la période Wanli (1609), compilée par Yang Erzeng et illustrée par Chen Yiguan, cette œuvre a été exécutée avec plus d'élégance. L'œuvre a été produite comme un supplément à Ming Sheng shan gai ji (Introduction aux montagnes célèbres) dans différentes éditions. L'exemplaire est imparfait.

Discussion illustrée sur les défenses côtières

Cet ouvrage est un recueil d'essais, écrits par Zhang Zhaoyuan alors qu'il occupait le poste de greffier préfectoral à Baodi (qui fait maintenant partie de Tianjin, dans le nord-est de la Chine). Dans l'un des essais, Zhang a écrit que Baodi était le point d'entrée vers Tianjin, il était par conséquent essentiel d'intensifier la construction de tours-balises, de murs et de fossés, ainsi que de former des soldats. Les mesures défensives réclamées par Zhang étaient dirigées contre les pirates japonais qui, pendant la période de Wanli (1573-1620), commencèrent à mener des raids sur les navires chinois et les communautés côtières. Les pirates ancraient leurs navires sur la côte au niveau de Baodi, représentant une menace directe pour Tianjin. Zhang fut récompensé de ses efforts pour défendre Tianjin et fut plus tard promu préfet du comté.

Album illustré de la préfecture de Yangzhou

L'album, par un artiste inconnu, contient douze illustrations représentant la préfecture de Yangzhou et les onze comtés de Jiangdu, Guazhou, Yizhen, Qinxing, Gaoyou, Xinghua, Baoying, Qinzhou, Rugao, Tongzhou et Haimen. Chaque illustration est suivie d'un essai sur l'histoire du comté représenté. Situé le long du Grand Canal et à proximité du fleuve Yangtze, Yangzhou avait été l'un des principaux centres économiques et culturels ainsi qu'un grand port de commerce depuis la dynastie Tang. Cette œuvre fournit un témoignage tant textuel que visuel de sa place dans l'histoire. Les informations contenues dans les histoires de comté jettent un éclairage sur des événements qui demeurent sinon inconnus des archives historiques existantes. L'un des essais relate l'incident impliquant des pirates japonais qui eut lieu lors de la 33ème année du règne Jiajing (1554). Sur la base de la date indiquée dans l'essai Tongzhou tu shuo (Histoire illustrée de Tongzhou), ainsi que le style calligraphique de l'écriture, l'album peut être daté de la période Wanli (1573-1620) de la dynastie Ming.

Hôtel Neron à Miami Beach, en Floride

Miami Beach a été la vitrine des styles architecturaux modernes depuis que la région a connu son premier boom de construction important au début des années 1920. Caractérisée par une approche moins décorative, plus industrielle du style Art déco qui avait dominé le design moderne depuis 1925, la deuxième phase de l'architecture Art déco aux États-Unis mettait en avant de nouvelles tendances esthétiques, notamment le style Paquebot (Streamline Moderne). Cette phase reflétait les changements dans la situation économique de la nation dans son ensemble, avec moins de fioritures ostentatoires et des ruptures plus distinctes avec les anciennes traditions. Le style influença fortement l'explosion de la construction commerciale et privée à Miami Beach entre 1929 et le début de la seconde guerre mondiale. L'hôtel Neron se trouvait sur Drexel Avenue dans le quartier Art Déco de Miami Beach, aujourd'hui reconnu par le Registre national des lieux historiques comme représentant la plus grande concentration de structures modernes d'Art déco / de style Paquebot aux États-Unis. L'Hôtel Neron était un bel exemple élégant construit par l'architecte Henry Hohauser en 1940. Hohauser, formé à l'Institut Pratt de Brooklyn, arriva en Floride en 1932, où il devint rapidement l'un des architectes les plus importants à Miami Beach. Sur cette photographie de 1978, le Neron est encore relativement intact extérieurement et présente de nombreuses caractéristiques du style Art déco, incluant la symétrie de base sur l'élévation avant, une ziggurat ou toiture en gradins, l'intégration de simples briques de verre, produites industriellement comme éléments décoratifs ; des bords arrondis ; des dispositifs sculptés en forme de sourcil ; et un éclairage au néon.

Un travailleur d'usine surveillant un chargement de phosphate en poudre fine

Les principaux gisements de phosphate furent d'abord découverts en Floride dans le comté d'Alachua au début des années 1880. Au tournant du siècle, l'exploitation du phosphate était un secteur important alors que des filons de phosphate étaient identifiés dans le centre et le sud-ouest de la Floride, et l'exploitation minière est devenue un moteur économique essentiel pour des villes comme Dunnellon, Newberry et Mulberry. De l'extraction à la main avec des brouettes et des pioches, à l'exploitation minière mécanisée à grande échelle utilisant des pompes hydrauliques et des pelles à benne traînante, le secteur a changé de façon spectaculaire au cours du 20ème siècle. Le phosphate doit être séparé de la boue et des autres matériaux inclus dans les dépôts de minerai, qui sont ensuite transportés par voie terrestre vers les usines de transformation au moyen de longs pipelines qui canalisent les boues liquides. Sur cette image de 1947, un travailleur charge le produit en poudre fine de la transformation du phosphate. Le phosphate a de nombreuses applications agricoles et industrielles, mais les mines et le traitement du phosphate ont causé d'importants dommages environnementaux, notamment la pollution des ressources du sol, de l'eau, l'épuisement de l'eau dans les aquifères et le siphonnage de l'eau de cours d'eau tels que le fleuve Peace.

Portrait du pêcheur d'éponge John M. Gonatos

Le commerce de l'éponge de Floride se développa dans la région de Tarpon Springs à partir de la fin du 19ème siècle. En 1891, l'entrepreneur John King Cheyney fonda l'Anclote and Rock Island Sponge Company. Cheyney récoltait initialement les éponges sur le fond du Golfe du Mexique en gaffant les éponges depuis des bateaux. En 1897, Cheyney employa un jeune acheteur d'éponge grec et expert technique, John Cocoris, qui expliqua comment des pêcheurs d'éponges en Grèce, en utilisant des combinaisons de plongée caoutchoutées, pouvaient récolter quatre fois plus d'éponges que les personnes travaillant à partir de bateaux. Cheyney plaça des annonces pour recruter des pêcheurs d'éponges dans plusieurs journaux de langue grecque. Quelque 500 hommes grecs répondirent à l'annonce et se rendirent à Tarpon Springs pour travailler dans ce secteur en développement. Cette photographie de 1946 montre le plongeur John Michael Gonatos prenant la pose dans sa combinaison de plongée en toile rafistolée. En 1939, Gonatos tourna un documentaire en 16 millimètres, L'histoire de l'éponge, dans lequel il filma sous l'eau des plongeurs sous-marins au travail dans des bancs d'éponge troubles. La pêche à l'éponge en Floride atteignit son apogée dans les années 1940 et 1950, le commerce des éponges étant alors un secteur important pour l'État. La surpêche et la maladie conduisirent à une longue éclipse du secteur, dont il se remet seulement maintenant lentement.

Homme afro-américain combattant un alligator à la ferme d'alligators de St. Augustine

L'un des symboles de l'État de Floride dans l'imaginaire populaire est l'alligator américain (Alligator mississippiensis). Depuis les premiers explorateurs européens jusqu'à nos jours, les visiteurs ont été fascinés par ce reptile d'eau douce à sang-froid. Avec un nom dérivé du mot espagnol lagarto (lézard), les alligators peuvent atteindre en moyenne de 4 à 4,6 mètres (13-15 pieds) et peser de 227 à 453 kg (500 à 1 000 livres). L'alligator était prisé pour sa chair et sa peau, il fut autrefois chassé et exploité jusqu'à sa quasi-extinction, et fut inscrit comme espèce en voie de disparition de 1967 à 1987. Toutefois, l'alligator a prospéré ces dernières années, au contraire de son habitat naturel. Les "Gators" font partie de la culture populaire de la Floride, depuis les attractions touristiques et les lutteurs d'alligator jusqu'aux cartes postales et aux mascottes d'équipe. La ferme à alligators de St. Augustine, une des premières attractions de tourisme à thème de Floride, ouvrit ses portes en 1893. À la ferme aux alligators de St. Augustine et dans d'autres autres attractions touristiques telles que Gatorland et le Silver Springs Nature Park (parc naturel des sources d'argent), "apprivoiser" ou hypnotiser des alligators était une attraction populaire, ainsi que d'autres spectacles tels que la lutte contre un alligator, comme le montre cette photo non datée.