10 février 2011

Homme pêchant à Blue Springs

Cette photographie non datée de Blue Springs dans le comté de Marion, en Floride, capture la tranquillité offerte par les sources de Floride avant que le développement rapide des centres urbains du centre de la Floride ne modifie le paysage. Le comté de Marion était le site d'une agence militaire du gouvernement américain créée en 1825 pour superviser les Séminoles déplacés. Les colons blancs commencèrent à s'installer dans la région du début au milieu du 19ème siècle pour profiter des terres agricoles abondantes, des nombreuses sources d'eau douce et rivières alimentées par les sources. Des comptoirs commerciaux et des agglomérations se formèrent autour des sources, notamment ce qui allait devenir des villes comme Belleview, Dunnellon, et finalement le siège du comté, Ocala, d'après le nom d'une colonie des Timucuans. Cette image d'un homme qui pêche à la canne près d'une cabane rustique capture une scène idyllique des débuts de la vie en Floride centrée sur ses sources.

Lucreaty Clark tressant un panier en chêne blanc

Lucreaty J. Clark est née en 1904 à Lamont, en Floride. Elle a poursuivi l'art de la vannerie de paniers en chêne blanc, auquel elle avait été initiée par son père et sa mère. Ses parents fabriquaient à l'origine ces paniers robustes pour une utilisation sur la plantation où ils ont vécu et travaillé dans le nord de la Floride, une région où les chênes blancs sont abondants. Les paniers servaient à contenir le coton et à transporter les légumes. Avant de fabriquer des paniers, Clark sélectionnait un arbre de taille adéquate et, une fois l’arbre abattu, divisait les rondins en fines lanières ou "montants." Le chêne blanc est naturellement pliable et ne nécessite pas de trempage pour l'adoucir, comme pour les autres bois. Clark tressait le panier de bas en haut sans plan formel ni mesures, en terminant par l'anse. Clark est décédée en 1986, mais la tradition familiale de vannerie de panier de chêne blanc a été poursuivie par son petit-fils, Alphonso Jennings. Cette image des Archives folkloriques de Floride enregistre cette forme unique d'art populaire du sud-est des États-Unis.

Élèves de l'école primaire de White Springs en train de danser

Cette photographie de danse d'enfants a été prise au Festival folklorique de Floride. Le premier festival a eu lieu en 1953, sur le terrain du Mémorial Stephen Foster le long des berges du fleuve Suwanee à White Springs. Le Suwannee formait la limite entre les Timucuans et le Apalachees, la région était également considérée comme particulière par les peuples Séminole et Miccosukee. Plusieurs peuples américains indigènes attribuaient aux sources des pouvoirs de guérison. Les colons qui commencèrent à arriver dans la région dans les années 1830 préconisèrent également de prendre les eaux, et développèrent le tourisme pour les voyageurs recherchant des remèdes à différentes maladies. La ville a également tiré sa richesse du coton et du bois. Le Festival folklorique de Floride est l'un des plus anciens et importants festivals de ce type aux États-Unis, et il célèbre les arts et l'artisanat de tous les Floridiens.

Un réfugié cubain fond en larmes à son arrivée à Key West, en Floride, en provenance de Mariel, à Cuba pendant l'exode de Mariel

L'exode de Mariel fut un départ en masse de Cubains du port de Mariel sur l'île de Cuba vers la Floride entre avril et novembre 1980. Les départs en bateau furent autorisés par le gouvernement de Castro après plusieurs années d'amélioration des relations entre Cuba et les États-Unis sous le président Jimmy Carter, une période qui coïncida avec une grave récession dans l'économie cubaine. On estime que jusqu’à 125 000 Cubains firent le voyage vers la Floride sur des bateaux surchargés de taille et de navigabilité variables. L'opinion politique aux États-Unis commença à se retourner contre Carter après que les médias révélèrent que des criminels récemment libérés et des malades mentaux figuraient parmi les demandeurs d'asile. Cette image, par le photographe et pompier Dale M. McDonald, montre l'émotion accablante d'un réfugié arrivant en sécurité à Key West en provenance de Cuba.

Golfeurs devant l'hôtel Biltmore de Miami

L'Hôtel Biltmore, construit en 1925, est une grande structure de style espagnol avec une tour inspirée de la Giralda de la cathédrale de Séville. Construit sur 8 hectares (19,8 acres), l'hôtel dispose d'intérieurs luxueux, d'un country club, de canaux enchevêtrés, de jardins classiques, et d'un terrain de golf. Créé par George Merrick, le promoteur immobilier de la partie Coral Gables de Miami, avec John McEntee Bowman, sur une conception de Leonard Schultze et de S. Fullerton Weaver, l'hôtel devint vite une station d'hiver à la mode. Entouré de son parcours de golf de classe mondiale et abritant la plus grande piscine au monde, le Biltmore était une attraction pour les célébrités, les dirigeants politiques et les touristes fortunés du monde entier. Le Duc et la Duchesse de Windsor, le président Franklin D. Roosevelt, Ginger Rogers, Judy Garland, Bing Crosby, Al Capone étaient des hôtes assidus. L'hôtel contribua largement à l'essor du tourisme dans le sud de la Floride durant les premières décennies du 20ème siècle. Cette image de 1927 montre des golfeurs sur le green à côté de l'hôtel massif.

Jack Tar : auquel sont ajoutés, The World's a Stage ; Astonishing Abraham Newland ; The Sailor's Return

Robert Burns (1759-96) est surtout connu pour ses poèmes et chansons qui illustrent le patrimoine culturel de l'Écosse. Né à Alloway, Ayrshire, en Écosse, il est l'aîné de sept enfants issus de William Burnes, métayer, et de sa femme Agnès Broun. Burns a reçu peu d'éducation formelle, mais a lu la littérature anglaise et a absorbé les contes et chansons folkloriques traditionnels de son environnement rural, en grande partie en langue orale écossaise. Il se mit à composer des chansons en 1774, et publia son premier recueil, Poèmes, principalement en dialecte écossais, en 1786. Cette œuvre fut un succès critique, et ses poèmes tant en écossais qu'en anglais, sur des sujets variés, valurent à Burns un large public. Tout en bâtissant sa réputation littéraire, Burns travaillait en tant que fermier, et en 1788 il fut nommé agent d'accise à Ellisland. Il passa les 12 dernières années de sa vie à collecter et à éditer des chansons folkloriques traditionnelles écossaises pour des collections notamment Le Musée musical écossais et Collection choisie de chansons folkloriques [sic] originales écossaises>. Burns contribua par des centaines de chansons écossaises à ces anthologies, parfois en composant pour celles-ci des musiques nouvelles ou en révisant les partitions existantes. Les œuvres de Burns ont été largement diffusées dans toute l'Écosse et au-delà dans des livres de colportage. Ces petits livrets peu coûteux de huit pages étaient souvent illustrés par des gravures sur bois et imprimés sur papier brut. Les livres de colportage (appelés garlands s'ils incluaient des chansons) étaient une forme de divertissement populaire au 18ème siècle et au début du 19e siècle et le principal moyen pour les gens ordinaires de découvrir chansons et poésies. Ils étaient distribués par des marchands ambulants qui vendaient les livres sur les marchés et au porte-à-porte dans les zones rurales. Les livres de colportage incluaient souvent les poèmes de plusieurs auteurs, et ces derniers n'étaient pas identifiés.