23 décembre 2011

Monastère Spasso-Sumorin, église de l'Ascension (entre 1796 et 1801, et 1825), façade est, à Totma (Russie)

Cette vue de l'est de l'église (sobor) de l'Ascension au monastère Spasso-Sumorin près de Totma (oblast de Vologda) fut prise en 1999 par le Dr William Brumfield, photographe américain et historien de l'architecture russe, dans le cadre du projet « Rencontre de frontières » de la Bibliothèque du Congrès. Située sur la Soukhona, Totma devint un important centre de raffinage du sel au milieu du XVIe siècle. Les monastères de l'oblast de Vologda bénéficiaient d'exemptions fiscales de Moscou pour la production de sel et le monastère Spasso-Priloutsky envoya l'un de ses moines, Feodosi Sumorin, superviser la production du sel à Totma. En 1554, Feodosi fonda un monastère à proximité, sur la rivière Pesya Denga. Le monastère Spasso-Sumorin devint rapidement l'une des principales institutions orthodoxes de la région. La plus grandiose des structures survivantes du monastère est l'église de l'Ascension, construite dans un style néoclassique sur une période de trois décennies, de 1796 à 1825. La structure principale en murs de briques recouverts de stuc est encadrée de portiques corinthiens. Elle est dominée par cinq coupoles autour d'un dôme central. L'abside (au centre) contient l'autel principal et reprend la forme de rotonde du dôme. Une imposante terrasse couverte en briques sert de piédestal à cette création majestueuse. Malgré les travaux de restauration, l'église est restée abandonnée.

Église de la Dormition (entre 1749 et 1755, et entre 1800 et 1808), avec son clocher (entre 1790 et 1808), vue du nord-est, à Totma (Russie)

Cette vue du nord-est de l'église de la Nativité du Christ à Totma (oblast de Vologda) fut prise en 1997 par le Dr William Brumfield, photographe américain et historien de l'architecture russe, dans le cadre du projet « Rencontre de frontières » de la Bibliothèque du Congrès. Située sur la Soukhona, Totma fit pendant des siècles partie d'un réseau commercial important reliant le cœur de la Russie au nord jusqu'à la mer Blanche. Sa prospérité se reflétait dans le nombre d'élégantes églises en briques construites au XVIIIe siècle. L'église de la Dormition, dominant la haute rive nord de la Soukhona, fut construite entre 1749 et 1755, juste après l'église de la Résurrection (visible au centre, sans coupoles). Une grande partie de l'église de la Dormition fut démantelée entre 1800 et 1808, pour reconstruire une modeste église à deux niveaux avec un toit en bois et un dôme peu élevé dans le style néoclassique. La partie principale de la structure accueille désormais une branche du musée de Totma consacré à l'art religieux. Le clocher, commencé dans les années 1790 et achevé en 1808, éclipse l'église elle-même. Lorsque le temps est dégagé, il est possible de monter au sommet du clocher pour avoir une vue panoramique sur Totma et la campagne environnante. La topographie irrégulière de Totma, avec des ravins menant à la Soukhona, renforce l'impact visuel de ses églises pittoresques.

Monastère Saint-Cyrille (Kirill)-Belozersk, panorama du sud-est avec le lac de Siversk, à Kirillov (Russie)

Cette vue du sud-est du lac de Siversk et du monastère Saint-Cyrille-Belozersk (oblast de Vologda) fut prise en 1999 par le Dr William Brumfield, photographe américain et historien de l'architecture russe, dans le cadre du projet « Rencontre de frontières » de la Bibliothèque du Congrès. Formellement dédié à la Dormition de la Vierge, le monastère fut fondé en 1397 par Kirill (1337-1427), moine de naissance noble qui avait servi au monastère Simonov de Moscou. L'importance du monastère en tant que centre religieux et forteresse sur le flanc nord de Moscovie fut reconnue par la canonisation de Cyrille en 1547 et le dévouement de l'ensemble monastique à son égard. L'ensemble se compose de deux monastères voisins : la Dormition et Jean-Baptiste. Pendant les XVe et XVIe siècles, le monastère fut régulièrement impliqué dans la politique moscovite. Ses murs massifs, mesurant environ deux kilomètres en longueur, furent érigés sur une période de 30 ans, de 1654 aux années 1680. Les monuments présentés ici sont (à gauche du centre) : le réfectoire de l'église de la Présentation, l'église de la Transfiguration au-delà de la Porte des Eaux, le clocher principal, l'église de l'archange Gabriel, la cathédrale de la Dormition (avec un dôme vert), et l'église Saint-Cyrille. De grandes tours défensives sur les murs nord et ouest apparaissent en arrière-plan.

Monastère Saint-Cyrille (Kirill)-Belozersk, mur ouest (entre 1654 et les années 1680), avec les tours Ferapontov (ou Moscou) et Kosaia (1662), à Kirillov (Russie)

Cette vue du mur ouest du monastère Saint-Cyrille-Belozersk (oblast de Vologda) fut prise en 1995 par le Dr William Brumfield, photographe américain et historien de l'architecture russe, dans le cadre du projet « Rencontre de frontières » de la Bibliothèque du Congrès. Formellement dédié à la Dormition de la Vierge, le monastère fut fondé en 1397 par Kirill (1337-1427), moine de naissance noble qui avait servi au monastère Simonov de Moscou. L'importance du monastère en tant que centre religieux et forteresse sur le flanc nord de Moscovie fut reconnue par la canonisation de Cyrille en 1547 et le dévouement de l'ensemble monastique à son égard. L'ensemble se compose de deux monastères voisins : la Dormition et Jean-Baptiste. Pendant les XVe et XVIe siècles, le monastère fut régulièrement impliqué dans la politique moscovite. Ses murs, mesurant environ deux kilomètres en longueur, furent érigés sur une période de 30 ans, de 1654 aux années 1680. Voyant le monastère comme un point stratégique dans la défense de la Russie au nord-ouest contre les Suédois, le tsar Alexeï Mikhaïlovitch s'impliqua largement dans cette énorme entreprise. L'angle nord-ouest du monastère-forteresse est ancré par la tour Ferapontov (ou Moscou) (à gauche), nommée d'après la route menant à ces lieux. Un angle au centre du mur est gardé par la tour Kosaia (1662).

Monastère Saint-Cyrille (Kirill)-Belozersk, panorama du sud-ouest, avec le lac Siverskoe, à Kirillov (Russie)

Cette vue du sud-ouest du monastère Saint-Cyrille (Kirill)-Belozersk (oblast de Vologda) de l'autre côté du lac Siverskoe fut prise en 1999 par le Dr William Brumfield, photographe et historien américain de l'architecture russe, dans le cadre du projet « Rencontre de frontières » de la Bibliothèque du Congrès. Formellement dédié à la Dormition de la Vierge, le monastère fut fondé en 1397 par Kirill (1337-1427), moine de naissance noble qui avait servi au monastère Simonov de Moscou. L'importance du monastère en tant que centre religieux et forteresse du flanc nord de Moscou fut reconnue par la canonisation de Kirill en 1547 et le fait que l'ensemble monastique lui fut entièrement dédié. Cet ensemble consiste en deux monastères adjacents : la Dormition et Jean-Baptiste. Pendant les XVe et XVIe siècles, le monastère fut régulièrement impliqué dans la politique moscovite. Ses murs, mesurant environ deux kilomètres en longueur, furent érigés sur une période de 30 ans, de 1654 aux années 1680. Les monuments présentés ici sont (à partir de la gauche) : la cathédrale de la Dormition (au dôme vert), l'église-réfectoire de la Présentation, le clocher principal et l'église de la Transfiguration sur la Porte des Eaux (à droite). À l'arrière-plan, on voit l'énorme tour Kuznechnaia, ou tour de la forge, qui soutient le mur est du monastère. Au premier plan se trouve le mur sud avec ses tours rectangulaires.

Monastère Saint-Cyrille (Kirill)-Belozersk, cathédrale de la Dormition (1497) avec l'église Saint-Cyrille (années 1780) (gauche), l'église Saint-Vladimir (1554) (à droite) et l'église Saint-Épiphane (1645), vue de l'est, à Kirillov (Russie )

Cette vue de l'est de la cathédrale (sobor) de la Dormition et de ses structures annexes du monastère Saint-Kirill-Berlozersky (oblast de Vologda) fut prise en 1999 par le Dr William Brumfield, photographe et historien américain de l'architecture russe, dans le cadre du projet « Rencontre de frontières « de la Bibliothèque du Congrès. Formellement dédié à la Dormition de la Vierge, le monastère fut fondé en 1397 par Kirill (1337-1427), moine de naissance noble originaire de Moscou. L'importance du monastère en tant que centre religieux et forteresse du flanc nord de Moscou fut reconnue par la canonisation de Kirill en 1547 et le fait que l'ensemble monastique lui fut dédié. Au cours du premier siècle de son existence, le monastère de la Dormition fut construit en rondins. Pendant l'été 1496, un maître d'œuvre de Rostov connu sous le nom de Prokhor reconstruisit la cathédrale de la Dormition en briques. L'église connut plusieurs modifications entre les XVIe et XVIIIe siècles, notamment la construction de trois églises annexes : au nord (à droite), la minuscule église Saint-Vladimir (1554), au nord de laquelle se trouve l'église Saint-Épiphane-de-Chypre, construite en 1645 comme chapelle funéraire de la famille princière Teliatevsky (au centre) et, dans l'angle sud-est (à gauche), une église dédiée à Saint-Kirill, construite en 1585 sur le lieu de son enterrement et reconstruite entre 1781 et 1784.