L'Afrique centrale : des vérités nues sur les peuples nus

Charles Chaillé-Long (1842-1917) était un américain de l'État du Maryland qui s'enrôla comme soldat dans l'armée de l'Union pendant la guerre civile, combattit lors de la bataille de Gettysburg et atteignit le grade de capitaine. En 1870, il fit partie de la cinquantaine d'anciens officiers de l'armée de l'Union et de l'armée des États confédérés recrutés pour aider le khédive d'Égypte à constituer une armée nationale. Il devint chef de cabinet du général Charles Gordon (dit « le chinois »), alors gouverneur de la province d'Équatoria au Soudan. À ce titre, en avril 1874, Chaillé-Long partit en mission diplomatique rencontrer Mutesa, roi de la tribu des Baganda, devenant ainsi le premier américain à visiter l'Ouganda. Il explora ensuite le lac Victoria et le Nil. Chaillé-Long retourna à Khartoum en octobre 1875. Il repartit en décembre pour mener une expédition au Makraka Niam-Niam (nom qu'il donnait au pays Azandé) et dans le bassin versant du Nil au Congo. L'Afrique centrale : des vérités nues sur les peuples nus est le récit des voyages de Chaillé-Long au Soudan et en Ouganda. Le livre est écrit dans une prose flamboyante et rempli de louanges pour les réalisations de l'auteur lui-même. Chaillé-Long revint plus tard aux États-Unis, fut diplômé de la Columbia Law School en 1880 et pratiqua le droit à Alexandrie, en Égypte, pendant deux ans. Entre 1887 et 1889, il fut consul général des États-Unis en Corée. Il écrivit de nombreux articles et livres de voyage en anglais et en français.

Cathédrale de la Nativité du Christ, à savoir la cathédrale de la Nativité de la Vierge. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Détail de la muraille ouest de la cathédrale de la Nativité du Christ, à savoir la cathédrale de la Nativité de la Vierge. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Muraille est du monastère Spaso-Evfimievski. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Monastère Spaso-Evfimievski. Deuxième porte dans la muraille. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Porte d'entrée du vénérable monastère Rizpolozhenski. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Église de la Trinité Vivifiante, dans le vénérable monastère. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Tuiles sur le mur extérieur de la cathédrale du vénérable monastère. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Porte d'entrée de l'église de la Trinité du vénérable monastère. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

Sépulcre de la sainte Evfrosiniia. Le vénérable monastère. Souzdal.

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.