23 novembre 2011

La fête des filles

L'art japonais de l’ukiyo-e (« Images du monde flottant [ou souffrant] ») est né dans la ville d'Edo (aujourd'hui Tokyo) durant l'époque de Tokugawa ou d'Edo (1600-1868), une époque relativement paisible durant laquelle les shoguns Tokugawa gouvernaient le Japon et ont fait d'Edo le siège du pouvoir. La tradition d'estampes et de peintures sur bois ukiyo-e s'est poursuivie jusqu'au XXe siècle. Cette estampe est l’une des feuilles d'un livre illustré datant d'entre 1716 et 1736. Elle montre trois femmes ou jeunes filles richement vêtues en train de manger et de boire, célébrant probablement Hina Matsuri (la fête des filles) tandis que des poupées de cérémonie sont assises à table à l’arrière-plan.

Thomas Jefferson, portrait en buste, profil droit

Thomas Jefferson fut le troisième président des États-Unis d'Amérique et l'un des pères fondateurs de la république. La nation cherchait encore à consolider son identité et les personnalités politiques devinrent un thème populaire pour les artistes contemporains, tout comme les rois, les aristocrates et les personnalités religieuses l'avaient été auparavant. Les portraitistes espéraient aussi gagner de l'argent en peignant des personnages politiques importants, en étant payés soit par le sujet lui-même, soit par des enthousiastes de son entourage. L'artiste français Charles Balthazar Julien Fevret de Saint-Mémin (1770-1852) fit deux gravures de Jefferson (bien que les recherches suggèrent qu'il retoucha l'ancien portrait pour la deuxième gravure). Pour représenter exactement les proportions du visage de ses modèles, Saint-Mémin se servait d’un « physionotrace », une invention qu'il avait apportée avec lui de sa France natale. Le physionotrace était un mécanisme conçu pour tracer le profil d'un sujet avec une grande exactitude. Cette méthode devint, pour un temps, très populaire parmi les graveurs américains, y compris les rivaux artistiques de Saint-Mémin, les Peale.

Capitole des États-Unis, Washington, D.C. : rendu de la façade est

La construction du Capitole, le bâtiment qui abrite le Congrès des États-Unis, commença en 1793 et fut largement achevée en 1865 quand le second dôme du Capitole fut terminé. Les principaux architectes furent William Thornton (1759-1828), B. Henry Latrobe (1764-1820), Charles Bulfinch (1763-1844) et Thomas Ustick Walter (1804-1887). Cette vue extérieure par Alexander Jackson Davis (1803-1892), rendue à l'encre, à l’aquarelle et au lavis, montre la façade est du Capitole telle qu'elle apparaissait en 1834. Après des études à l'American Academy of Fine Arts de New York, Davis débuta sa carrière comme dessinateur architectural. Ce rendu était destiné à une publication, qu'il n'acheva jamais, sur les bâtiments publics du pays. À la fin des années 1820, Davis devint architecte à part entière, en achevant son premier projet, pour une maison de style néogrec à New Haven, dans le Connecticut, en 1829-1831, et en fondant la société Town & Davis avec Ithiel Town (1784-1844). Davis conçut différents types de bâtiments, notamment le siège des assemblées législatives de la Caroline du Nord, l’Indiana, l’Illinois et l’Ohio, de grands bâtiments publics, ainsi que des maisons de campagne et des domaines. L'un des maîtres dessinateurs de son temps, il continua à produire de superbes illustrations tout au long de sa carrière, y compris pour des publications aussi influentes que Rural Residences (1838), Cottage Residences (1842) et The Architecture of Country Houses (1850).

L'île et la ville de la région métropolitaine de Goa en Inde

Jan Huyghen van Linschoten (1563-1611) était un voyageur et explorateur néerlandais qui passa six ans (1583-1589) à Goa, un important centre de commerce de la côte ouest de l'Inde que le Portugal annexa en 1510 et occupa pendant 450 ans. Linschoten était comptable auprès de l'archevêque local. Après son retour aux Pays-Bas, il écrivit deux livres contenant des informations précieuses sur la population et la géographie de l'Inde. Traduites en anglais et publiées à Londres en 1598, les œuvres de Linschoten contribuèrent à stimuler l'intérêt des Néerlandais et des Anglais pour le commerce avec l'Inde et les Indes orientales.

Province d'Abosko-B'erneborg

Cette carte fait partie d'une collection souvenir de 82 cartes illustrées - une pour chaque province de l'Empire russe tel qu'il existait en 1856. Chaque carte présente une vue d'ensemble de la culture, de l'histoire, de l'économie et de la géographie d’une province. Le recto de la carte présente des signes distinctifs tels que les rivières, les montagnes, les grandes villes et les principales industries. Le verso montre une carte de la province et son sceau, des informations sur la population et le costume local des habitants.

Province de l'Arkhangelsk

Cette carte fait partie d'une collection souvenir de 82 cartes illustrées - une pour chaque province de l'Empire russe tel qu'il existait en 1856. Chaque carte présente une vue d'ensemble de la culture, de l'histoire, de l'économie et de la géographie d’une province. Le recto de la carte présente des signes distinctifs tels que les rivières, les montagnes, les grandes villes et les principales industries. Le verso montre une carte de la province et son sceau, des informations sur la population et le costume local des habitants.