Province d'Augustus

Cette carte fait partie d'une collection souvenir de 82 cartes illustrées - une pour chaque province de l'Empire russe tel qu'il existait en 1856. Chaque carte présente une vue d'ensemble de la culture, de l'histoire, de l'économie et de la géographie d’une province. Le recto de la carte présente des signes distinctifs tels que les rivières, les montagnes, les grandes villes et les principales industries. Le verso montre une carte de la province et son sceau, des informations sur la population et le costume local des habitants.

Une batterie de 70 au Fort de Gragoatá

La collection Thereza Christina Maria est constituée de 21 742 photographies réunies par l'empereur Pedro II et qu'il légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. Cette collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle et comprend aussi de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. Cette photographie montre le Fort de Gragoatá, une forteresse construite en 1696 dans le cadre des ouvrages de défense de Rio de Janeiro.

Province de Bessarabie

Cette carte fait partie d'une collection souvenir de 82 cartes illustrées - une pour chaque province de l'Empire russe tel qu'il existait en 1856. Chaque carte présente une vue d'ensemble de la culture, de l'histoire, de l'économie et de la géographie d’une province. Le recto de la carte présente des signes distinctifs tels que les rivières, les montagnes, les grandes villes et les principales industries. Le verso montre une carte de la province et son sceau, des informations sur la population et le costume local des habitants. La province de Bessarabie représentée sur cette carte correspond à peu près au territoire de l'actuelle Moldavie.

Brésil

Cette carte du Brésil est une carte de Tallis, identifiable par les arabesques des bordures et les scènes délicatement dessinées inscrites sur la carte. John Tallis et Cie. était une entreprise de cartographie britannique entre environ 1835 et 1860. Cette carte fut dessinée et gravée par le cartographe John Rapkin. Les cartes de Tallis étaient réputées pour la précision de leurs dessins et les nombreux noms de lieux et détails géographiques, ainsi que pour l'usage de zones ombrées pour indiquer des caractéristiques topographiques. Le travail de grande qualité de la carte peut être observé dans les illustrations en couleur aux quatre coins représentant « Des bateaux sur le Rio Negro » (en haut à gauche), « Sainte Catherine » (en haut à droite), « Monte Video » et « Le cap Saint Antoine, Bahia » (en bas à gauche) et « Rio de Janeiro » (en bas à droite).

Cathédrale Saint-Séraphin (1907), vue sud-ouest, Viatka, Russie

Cette photographie de la cathédrale Saint-Séraphin de Sarov à Viatka fut prise en 1999 par William Brumfield, photographe et historien américain de l'architecture russe, dans le cadre du projet de la Bibliothèque du Congrès « Réunion des frontières ». La ville de Viatka, rebaptisée Kirov en 1934, est située sur la rivière Viatka, à 900 kilomètres à l'est de Moscou. Fondée en 1181 sous le nom de « Khlynov », Viatka fut intégrée dans le royaume moscovite au XVe siècle. La ville devint ensuite un centre commercial et administratif dans le nord-est de la Russie d’Europe. En 1897, sa population avait atteint 25 000 habitants. Située sur la ligne de chemin de fer entre Nijni-Novgorod et Perm, la ville connut une croissance rapide au cours de la période soviétique. Sa population est maintenant d'environ un demi-million d'habitants. Son monument architectural le plus pittoresque est la cathédrale Saint-Séraphin, achevée en 1907 selon un plan de l'architecte local Ivan Charushin. La structure a un clocher à l'ouest et des chapelles attachées aux façades nord et sud. Cet ensemble se compose d'un assemblage abondant de coupoles, de pignons décoratifs et d'arcs tracés en blanc sur les murs rouges pour imiter l'architecture moscovite du XVIIe siècle. Elle est dédiée à Saint Séraphin de Sarov (1754-1833), éminent moine russe canonisé en 1903 avec le soutien de Nicolas II.

Appartements de l'évêque Joseph Zolotoy (1764-1769), façade est (Vologda, en Russie)

Cette photographie des appartements de l'évêque de Vologda Joseph Zolotoy fut prise en 1995 par William Brumfield, photographe et historien américain de l'architecture russe, dans le cadre du projet de la Bibliothèque du Congrès « Réunion des frontières ». Avant la fondation de Saint-Pétersbourg en 1703, la Russie dépendait d'une route nord par la mer Blanche pour son commerce avec l'Europe de l'Ouest. L'un des principaux centres sur cette route était Vologda, dont l'importance se reflète dans les monuments d'architecture tels que cet édifice. Située dans la Cour de l'archevêque, à côté de la cathédrale Sainte-Sophie, cette résidence fut construite pour l'archevêque Joseph en 1764-1769 (architecte inconnu) et démontre l'influence de l'architecture des palais séculiers sur les institutions religieuses au XVIIIe siècle. La décoration colorée de la résidence - le recours à des bossages peints en trompe-l'oeil et à d'autres éléments décoratifs sur la façade principale en briques, elle-même peinte en rouge - représente une adaptation provinciale d'une approche ornementale de l'architecture, fréquente en Moscovie à la fin du XVIIe siècle. Le bâtiment a récemment été rénové avec soin, mais il reste peu de l'intérieur original, à l'exception de quelques magnifiques poêles carrelés caractéristiques des intérieurs des palais russes du XVIIIe siècle.

Carte de la Russie d'Asie

Weimar était la capitale culturelle et intellectuelle de l'Allemagne à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, la patrie des poètes Johann Wolfgang von Goethe et Friedrich Schiller. Cette carte gravée en 1822 par l'Institut géographique de Weimar montre les limites provinciales, les centres de peuplement et les différentes nationalités de la Sibérie. Les populations d'origine allemande de la région de la Baltique au service du gouvernement tsariste jouèrent un rôle important dans l'exploration de la Sibérie au XVIIIe siècle et cette région fascinait toujours de nombreux Allemands.

Province de Tchernigov

Cette carte fait partie d'une collection souvenir de 82 cartes illustrées - une pour chaque province de l'Empire russe tel qu'il existait en 1856. Chaque carte présente une vue d'ensemble de la culture, de l'histoire, de l'économie et de la géographie d'une province. Le recto de la carte présente des signes distinctifs tels que les rivières, les montagnes, les grandes villes et les principales industries. Le verso montre une carte de la province et son sceau, des informations sur la population et le costume local des habitants.

Territoire de la région de Tchoukotka et du Kamtchatka

Cette carte fait partie d'une collection souvenir de 82 cartes illustrées - une pour chaque province de l'Empire russe tel qu'il existait en 1856. Chaque carte présente une vue d'ensemble de la culture, de l'histoire, de l'économie et de la géographie d'une province. Le recto de la carte présente des signes distinctifs tels que les rivières, les montagnes, les grandes villes et les principales industries. Le verso montre une carte de la province et son sceau, des informations sur la population et le costume local des habitants.

Colonie d'immigrants européens

La collection Christina Maria Thereza est constituée de 21 742 photographies réunies par l'empereur Pedro II et qu'il légua à la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection couvre une vaste gamme de sujets. Elle documente les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au 19ème siècle, et comprend aussi de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord. Cette photographie d'Albert Richard Dietze fait partie d'une série de 53 photographies numérotées, signées et datées, prises entre 1869 et 1878, de l'album Vues de l'intérieur de la province d’Espirito Santo qui fut exposée à l'Exposition Universelle de Paris en 1889. Dietze, un Allemand qui avait émigré au Brésil, consigna l'histoire du début de la colonisation de l'État d'Espirito Santo. Il demanda à l'impératrice une aide financière pour publier l'ouvrage en Europe, où il donnerait une impression favorable du Brésil et encouragerait l'immigration.