Annuaire du tribunal du château d'Ukmergė pour l'année 1595 ainsi que certaines archives de 1686 à 1688

À l'apogée de son pouvoir au cours du XVe siècle, le grand-duché de Lituanie régnait sur le territoire actuel de la Biélorussie, de la Lettonie, de la Lituanie, de l'Ukraine ainsi que de certaines parties de l'Estonie, de la Moldavie, de la Pologne et de la Russie. Lors de l'Union de Lublin en 1569, le grand-duché et le royaume de Pologne fusionnèrent pour former la communauté polono-lituanienne. La communauté bénéficiait d'un système juridique et administratif hautement développé, basé sur les tribunaux de terrain locaux afin de juger les cas civils impliquant la bourgeoisie, et des tribunaux de château traitant d'autres sujets locaux comme les affaires criminelles. Les tribunaux se devaient de conserver des archives détaillées de leurs procédures, elles étaient écrites en biélorusse et en polonais. Au XIXe siècle, les archives de tribunaux du grand-duché furent centralisées à Vilnius et intégrèrent plus tard les collections manuscrites de la Bibliothèque de l'Université de Vilnius. La bibliothèque contient aujourd'hui 543 ouvrages d'actes juridiques du grand-duché de Lituanie datant de 1540 à 1845. Ces ouvrages représentent une source unique en ce qui concerne l'histoire de la Lituanie, de la Pologne et de la Biélorussie. Sont représentés dans ce volume l'annuaire du tribunal du château d'Ukmergė pour l'année 1595 ainsi que certaines archives des années 1686-1688. Ukmergė se situe à 78 kilomètres de Vilnius, dans la partie est du centre de la Lituanie. En 1655, au cours de la Première guerre du Nord de 1655-1660, les armées suédoises et russes pillèrent la cité.

Annuaire du tribunal du château de Trakai pour l'année 1677-1678

À l'apogée de son pouvoir au cours du XVe siècle, le grand-duché de Lituanie régnait sur le territoire actuel de la Biélorussie, de la Lettonie, de la Lituanie, de l'Ukraine ainsi que de certaines parties de l'Estonie, de la Moldavie, de la Pologne et de la Russie. Lors de l'Union de Lublin en 1569, le grand-duché et le royaume de Pologne fusionnèrent pour former la communauté polono-lituanienne. La communauté bénéficiait d'un système juridique et administratif hautement développé, basé sur les tribunaux de terrain locaux afin de juger les cas civils impliquant la bourgeoisie, et des tribunaux de château traitant d'autres sujets locaux comme les affaires criminelles. Les tribunaux se devaient de conserver des archives détaillées de leurs procédures, elles étaient écrites en biélorusse et en polonais. Au XIXe siècle, les archives de tribunaux du grand-duché furent centralisées à Vilnius et intégrèrent plus tard les collections manuscrites de la Bibliothèque de l'Université de Vilnius. La bibliothèque contient aujourd'hui 543 ouvrages d'actes juridiques du grand-duché de Lituanie datant de 1540 à 1845. Ces ouvrages représentent une source unique en ce qui concerne l'histoire de la Lituanie, de la Pologne et de la Biélorussie. Ci-représenté l'annuaire du tribunal du château de Trakai pour l'année 1677-1678. Trakai est l'emplacement d'un château important qui fut le siège d'une importante principauté comprenant la majeure partie de la Lituanie occidentale et centrale.

Annuaires des arrêtés municipaux de Kaunas pour les années 1555 à 1564

À l'apogée de son pouvoir au cours du XVe siècle, le grand-duché de Lituanie régnait sur le territoire actuel de la Biélorussie, de la Lettonie, de la Lituanie, de l'Ukraine ainsi que de certaines parties de l'Estonie, de la Moldavie, de la Pologne et de la Russie. Lors de l'Union de Lublin en 1569, le grand-duché et le royaume de Pologne fusionnèrent pour former la communauté polono-lituanienne. La communauté bénéficiait d'un système juridique et administratif hautement développé, basé sur les tribunaux de terrain locaux afin de juger les cas civils impliquant la bourgeoisie, et des tribunaux de château traitant d'autres sujets locaux comme les affaires criminelles. Les tribunaux se devaient de conserver des archives détaillées de leurs procédures, elles étaient écrites en biélorusse et en polonais. Au XIXe siècle, les archives de tribunaux du grand-duché furent centralisées à Vilnius et intégrèrent plus tard les collections manuscrites de la Bibliothèque de l'Université de Vilnius. La bibliothèque contient aujourd'hui 543 ouvrages d'actes juridiques du grand-duché de Lituanie datant de 1540 à 1845. Ces ouvrages représentent une source unique en ce qui concerne l'histoire de la Lituanie, de la Pologne et de la Biélorussie. Sont représentés dans ce volume les annuaires des actes municipaux de Kaunas des années 1555 à 1564. Kaunas se situe dans la partie sud du centre de la Lituanie et fut l'une des plus importantes villes du grand-duché au cours du XVIe siècle.

Bienvenue à Rainbow Springs

« Bienvenue à Rainbow Springs » est un exemple de représentation réalisée par les guides touristiques traditionnels aux sources naturelles de Floride, qui furent les premières attractions à être largement mises en avant par l'État, lui-même une destination touristique depuis longtemps. Le discours est à la fois un message de bienvenue, une chanson folklorique et une histoire à dormir debout qui montre à quel point les Afro-américains étaient partie intégrante du tourisme des premières heures en Floride. Le style d'interprétation rappelle les chansons et numéros d'acteurs blancs déguisés en Noirs des années précédentes. Skipper Lockett, le capitaine du bateau de Rainbow Springs, récite sa scène tout en guidant le tour en bateau à vision sous-marine. Ce morceau fut enregistré le 4 mai 1956 par Foster Barnes du Stephen Foster Center au Festival folklorique de Floride de 1956 à White Springs.

Soins et repas d'une sirène

Ce film présente une jeune femme s'entraînant à se produire en tant que sirène à Weeki Wachee, un parc aquatique de Floride fondé par Newton Perry (1908–1987) après la Seconde Guerre Mondiale. Après avoir servi dans l'armée américaine durant la guerre, où il s'occupait notamment d'entraîner des plongeurs militaires, Perry, champion de natation, se mit à la recherche d'un endroit pour ouvrir un parc aquatique. Il trouva une importante source dans une zone en grande partie inhabitée, à 160 kilomètres au nord de Tampa, avec une eau particulièrement claire qui coulait jusqu'au golfe du Mexique, à 26 kilomètres de là. Pour faire venir les touristes vers son attraction, Perry fit construire en 1947 un théâtre sous l'eau où les gens pouvaient voir la faune et la flore des sources. Pour distinguer encore plus Weeki Wachee des autres attractions de bord de route, Perry entraîna de jeunes femmes à rester sous l'eau durant de longs moments en utilisant un système novateur de tuyaux qui leur permettaient de respirer. Les nageuses réalisaient des mouvements et des ballets sous l'eau. Perry fit la publicité des sirènes de Weeki Wachee et celles-ci devinrent l'une des attractions les plus populaires des États-Unis avant les années 1950. En 1959, l'American Broadcast Company acheta le parc, fit construire un théâtre plus grand, offrant 500 places, encastré sous le sol sur le côté de la source, et commença à promouvoir la source à travers le pays. Dans ce film de 1961, des caméras submergées permettent aux spectateurs de voir les leçons de maîtrise du souffle, de mouvements gracieux, de natation synchronisée et de bienséance lors de repas sous l'eau.

Florida Moonport USA

Ce film en noir et blanc du début des années 1960 fut réalisé comme un hommage au programme spatial américain en Floride. Il commence par montrer une séquence de lancement du projet Mercury, le premier programme américain à envoyer un homme dans l'espace. On peut aussi y voir des exemples de technologie de l'époque, comme des transistors de poche et des ordinateurs énormes. Quarante-cinq litres (douze gallons) d'essence coûtaient 3,60 $. On peut aussi y voir l'échec d'un lancement de fusée. Le film met l'accent sur les répercussions économiques et sociales plus larges du programme spatial en Floride, notamment le grand nombre d'employés hautement qualifiés qui ont déménagé dans les environs du cap Canaveral, la grande augmentation d'équipements de loisirs, d'établissements culturels et scolaires, le développement d'une industrie légère et une économie à croissance rapide, de Pensacola à Miami. Le film montre aussi des lancements de missiles tactiques menés par l'armée, des procédés et matériels d'examen diagnostic des astronautes, un des premiers modèles sortant du hall d'assemblage de lanceur au cap Canaveral, un singe astronaute connu sous le nom de Miss Baker, la faculté de médecine aéronavale de Pensacola et la base Eglin Air Force à Fort Walton Beach.

Wakulla Springs et manœuvres de troupes durant la Seconde Guerre mondiale

Dans ce film des années 1940, tourné dans le nord-ouest de la Floride en couleurs mais sans son, les troupes américaines s'entraînent à se frayer un chemin à travers les marais de cyprès, font une chaîne humaine qui traverse la rivière, rampent sur le ventre et utilisent des herbes et des tillandsias pour se camoufler. Les troupes font feu avec des mitrailleuses, tirent du haut des arbres et lancent un assaut en traversant une rivière. À mesure que les troupes atteignent le rivage, l'on peut voir des écrans de fumée et des explosions dans l'eau. D'autres plans montrent un bataillon de mitrailleuses sur le rivage, suivis de scènes où les troupes nagent en se servant de cannes de bambou comme flotteurs. Des troupes armées et casquées s'entraînent à esquiver les coups sous l'eau pendant qu'elles nagent dans la rivière, et font flotter le matériel dans des radeaux faits de toile de tente et de cannes. Un véhicule amphibie accompagne les troupes dans l'eau. Des soldats sautent d'une tour, nagent à travers des flammes à la surface de l'eau, lâchent des bombes fumigènes et continuent à nager à travers les flammes. Ils s'entraînent aussi à sauter du pont d'une épave rouillée (probablement à Carrabelle). L'action du film retourne ensuite à Wakulla où des soldats posent en uniformes de camouflage et poursuivent leur traversée à gué de la rivière.

Une histoire de l'Université du Penjab

L'Université du Penjab fut officiellement fondée à Lahore, aujourd'hui au Pakistan, en 1882. Elle fut la quatrième université fondée par les autorités coloniales britanniques au sein du sous-continent indien, les trois premières se trouvant dans les premiers bastions britanniques, à savoir Bombay, Madras et Calcutta. L'Université du Penjab fut dès le départ un organisme d'enseignement et de recherche, et fut la première institution d'enseignement supérieur dans l'Inde majoritairement musulmane. J.F. Bruce (1867-1933), qui publia ce travail en 1933, fut le premier professeur d'histoire de l'université. Il y décrit les débuts de l'université, les dons reçus de la part des princes régnants et des particuliers, ainsi que les chiffres clés de son développement académique. Les plus éminents furent G.W. Leitner, un Anglais d'origine hongroise qui fut le premier secrétaire et le professeur A.C. Woolner, vice-chancelier de 1928 à 1936. Bruce retrace le développement des fondements constitutionnels de l'université, ses départements d'enseignement et de service, ainsi que les activités extrascolaires. L'ouvrage comprend des photographies de la faculté et de l'équipe administrative et énumère les chanceliers, les doyens, les congressistes et autres personnes associées à l'histoire de l'université.

L'art suprême du traitement des yeux

Ce manuscrit de plus de 350 feuillets date du XIXe siècle, voire même du début du XXe siècle. La majeure partie de l'ouvrage traite d'une variété de traitements thérapeutiques, en particulier et plus largement les traitements et les interventions ophtalmologiques. Diverses notes sont présentes sur certains feuillets. Une page, par exemple, énumère les jours de mauvais augure. Sont également incluses plusieurs pages d'informations concernant les épices et les explications des abréviations et des unités de mesure. On y trouve aussi des informations supplémentaires propres aux laxatifs et aux infusions ainsi qu'aux traitements des maladies des pieds, de la peau et de l'épilepsie. L'ouvrage fait référence à des hôpitaux situés en Autriche, en Italie et en Espagne, le rendant important pour l'étude de l'introduction de la médecine moderne en Égypte. Une table des matières détaillée occupe plus de 30 pages situées après le texte principal, suivie d'un ensemble de recettes (des ordonnances).

L'ouvrage exquis sur l'efficacité des épices

Ce manuscrit du XVIIe siècle écrit par Zawraq al-Maghribī est un traité lié aux utilisations des herbes et des parties du corps d'animaux. Selon l'enseignement reçu de son père, Ḥafṣ Īsā ibn Husayn, l'auteur déclare qu'il a personnellement essayé toutes les informations contenues dans l'ouvrage. Ce dernier est divisé en 12 sections, organisées de façon méthodique en fonction du corps humain, littéralement de la tête aux orteils. Le chapitre 1 concerne les maux de tête ; le chapitre 2, l'appareil digestif et la poitrine ; le chapitre 3, l'estomac, le foie, le pancréas, les reins et la vessie ; le chapitre 4, l'estomac et les intestins, y compris l'utilisation des laxatifs ; le chapitre 5, les organes reproducteurs ; le chapitre 6, les articulations ; le chapitre 7, les blessures et les infections ; le chapitre 8, les maladies chroniques ; le chapitre 9, les diverses fièvres ; le chapitre 10, l'empoisonnement ; le chapitre 11, les talismans ; et le chapitre 12, d'autres sujets variés. L'auteur indique qu'il préfère l'usage de la science et de l'expérimentation à celui des sorts, non pas que la croyance en ces derniers soit sans fondement, mais en raison des erreurs qui peuvent être faites dans le calcul des périodes propices et des autres problèmes liés à leur usage. Il combine donc l'analyse des talismans magiques, des incantations et ce genre de choses à son analyse des observations empiriques, un aspect du texte rendant l'ouvrage très intéressant aux yeux des historiens de la science. Achevé le lundi 20 Muharram, en l'an 1073 après l'Hégire (4 septembre 1662), le manuscrit est dédié à Dawūd ibn Malik Mansūr, un dirigeant local. Le manuscrit est composé de deux pièces. La première s'arrête au feuillet 58 ; la seconde commence au feuillet 59 et continue jusqu'au feuillet 63 ; la première partie continue depuis le feuillet 64 jusqu'au 82 ; la deuxième partie continue à partir du feuillet 83 et continue jusqu'à la fin de l'ouvrage.