6 octobre 2010

À propos de l'explication du Livre Wiqaya

Cet ouvrage de Ubaydullah ibni Masood Taj ush-Shari’a (également connu sous le nom Taj ush-Shari’a le jeune, mort en 1346 [747 AH]) a été écrit pour expliquer une œuvre antérieure du grand-père et mentor de l'auteur, Mahmoud ibni Sadr ash-Shari’a (l'ancien), le monumental  Wiqayat ar-Riwaya min Masa’il al-Hidaya (Le récit fiable sur des questions d'orientation), qui est souvent raccourci en al-Wiqaya (Livre). Les deux ouvrages sont consacrés au fiqh islamique (jurisprudence)dans l'école de pensée hanafi. L'ouvrage a été transcrit par Hassan B. Mahmood en 1588 (996 AH). Le manuscrit provient de la Collection Bašagić de manuscrits islamiques de la Bibliothèque universitaire de Bratislava, Slovaquie,  inscrite au registre de la Mémoire du Monde de l'UNESCO en 1997. Érudit, poète, journaliste et directeur du musée, Safvet beg Bašagić (1870-1934) a rassemblé une collection de 284 volumes manuscrits et de 365 volumes imprimés qui reflètent le développement de la civilisation islamique depuis ses origines jusqu'à l'orée du 20ème siècle. Ce manuscrit est l'élément 59 du Arabské, turecké a perzské rukopisy Univerzitnej knižnice v Bratislave (Manuscrits arabes, turcs et persans de la bibliothèque de l'Université de Bratislava) de Jozef Blaškovič.

Un bref essai sur le Quadrant Connu sous le nom de Muqantarat

Ce manuscrit sur l'astronomie et l'arpentage décrit le quadrant du sinus et les cercles parallèles. Son auteur est inconnu. Le travail explique comment mesurer des hauteurs topographiques, connaître les heures de prière, et déterminer la direction de la Kaaba à La Mecque, vers laquelle les musulmans prient. La date de la transcription est inconnue, mais il s'agit peut-être du 18ème siècle. Le manuscrit provient de la Collection Bašagić des manuscrits islamiques de la Bibliothèque universitaire de Bratislava, en Slovaquie, qui a été inscrite au registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 1997. Érudit, poète, journaliste et directeur du musée, Safvet beg Bašagić (1870-1934) a rassemblé une collection de 284 volumes manuscrits et de 365 volumes imprimés qui reflètent le développement de la civilisation islamique depuis ses origines jusqu'à l'orée du 20ème siècle. Ce manuscrit est l'élément 303 des Arabské, turecké a perzské rukopisy Univerzitnej knižnice v Bratislave (Manuscrits arabes, turcs et persans de la bibliothèque de l'Université de Bratislava) de Jozef Blaškovič.

L'essai « Fatḥīyah » sur l'utilisation du quadrant Mughayyab

Ce traité de Badr al-Din al-Maridini (né en 1423), mieux connu comme Sibt al-Maridini, comprend une introduction, 20 sections, et une conclusion. Le traité aborde une série de questions relatives à l'astronomie, à l'arpentage et aux mathématiques. Il décrit le quadrant des sinus et les cercles parallèles, et explique comment mesurer la largeur d'une rivière, l'angle d'une étoile, la profondeur d'un puits ou la hauteur d'une montagne. Al-Maridini, dont les parents étaient de Damas, est né, a grandi et suivi son éducation au Caire à la fin de la dynastie mamelouke (1250–1517). Le manuscrit provient de la Collection Bašagić des manuscrits islamiques de la Bibliothèque universitaire de Bratislava, en Slovaquie, qui a été inscrite au registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 1997. Érudit, poète, journaliste et directeur du musée, Safvet beg Bašagić (1870–1934) a rassemblé une collection de 284 volumes manuscrits et de 365 volumes imprimés qui reflètent le développement de la civilisation islamique depuis ses origines jusqu'à l'orée du XXe siècle. Le manuscrit est l'élément 295 des Arabské, turecké a perzské rukopisy Univerzitnej knižnice v Bratislave (Manuscrits arabes, turcs et persans de la bibliothèque de l'Université de Bratislava) de Jozef Blaškovič.

Un Essai sur l'inclinaison du Quadrant Mujayyab

Ce manuscrit de deux pages d'Ibrahim ibn Mustafa al-Halabi (mort en 1776) est relatif au quadrant des sinus et aux cercles parallèles du quadrant. Le manuscrit provient de la Collection Bašagić des manuscrits islamiques de la Bibliothèque universitaire de Bratislava, en Slovaquie, qui a été inscrite au registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 1997. Érudit, poète, journaliste et directeur du musée, Safvet beg Bašagić (1870–1934) a rassemblé une collection de 284 volumes manuscrits et de 365 volumes imprimés qui reflètent le développement de la civilisation islamique depuis ses origines jusqu'à l'orée du XXe siècle. Ce manuscrit est l'élément 298 des Arabské, turecké a perzské rukopisy Univerzitnej knižnice v Bratislave (Manuscrits arabes, turcs et persans de la bibliothèque de l'Université de Bratislava) de Jozef Blaškovič.

Livre d'évangile de la cathédrale de Bamberg (Évangile de Reichenau)

L'évangile de la cathédrale de Bamberg est l'un des chefs-d'œuvre les plus importants de la peinture sur livre de l'abbaye bénédictine sur l'île de Reichenau du lac de Constance dans le sud de l'Allemagne. Au 10ène et 11ème siècles, cette abbaye a été le site de ce qui était probablement la plus importante et la plus influente école d'enluminure d'Europe. La production de livres a atteint son apogée artistique entre environ 970 et 1010-1020, une période connue sous le nom de la Renaissance ottonienne (d'après Otton Ier, Otton II et Otton III, rois allemands et empereurs du Saint Empire romain de la dynastie saxonne qui a régné pendant cette période). Ces manuscrits richement illustrés ont été dans la plupart des cas commandés par des personnes de haut rang. Ce manuscrit a été composé pour l'Empereur Henri II (règne entre 1002 et 1024), le successeur d'Otton III, qui le présenta à la cathédrale de Bamberg. La couverture dorée est l'un des plus beaux exemples de reliure de livre ottonienne. Le thème principal des reliures médiévales - la glorification du Christ - est représenté par un ouvrage d'or d'un talent artistique extraordinaire. La croix de triomphe, avec une grosse agate ovale en son centre, domine la composition. L'image d'introduction représente le Christ, en tant que vainqueur et source de vie, dans l'arbre de vie, entouré des symboles des évangélistes. Dans les lunettes des évangélistes, le symbole de chaque évangéliste est lié à l'un des événements majeurs du salut. L'iconographie du manuscrit, avec ses riches et inhabituelles tables de référence, est unique dans l'enluminure de Reichenau. Les manuscrits enluminés de la période ottonienne ont été inscrits au registre Mémoire du Monde de l'UNESCO en 2003.

Publication des offices

Le Notitia dignitatum est un document officiel décrivant la quasi-totalité de l'organisation civile et militaire de l'Empire romain telle qu'elle existait après les réformes de l'empereur Dioclétien (qui régna de 284 à 305). Le manuscrit contient des chapitres sur les offices de la haute administration, et chaque chapitre est précédé par des pages d'illustrations dépeignant les insignes des fonctionnaires de ces offices ainsi que les attributs caractéristiques de leurs fonctions. L'original du document, probablement écrit vers 425 à Rome, est perdu, tout comme une copie de l'époque carolingienne. Les Carolingiens, qui ont gouverné l'essentiel de l'actuelle Europe occidentale au cours des 7ème et 8ème siècles, avaient une conscience aiguë d'être les successeurs des dirigeants de l'Empire romain d'Occident, ce qui explique probablement leur intérêt pour ce document. On sait que la copie carolingienne perdue se trouvait dans la bibliothèque de la cathédrale de Spire jusqu'au 17ème siècle. Nombre de copies de ce document, toutes réalisées au cours des 15ème et 16ème siècles, ont survécu. Parmi les meilleures se trouve cette copie, qui a été achevée en 1542 pour le Comte palatin Ottheinrich de Neubourg. Le comte n'aimait pas les imitations de style Renaissance des plaques d'insigne qu'il trouvât dans sa copie et fit ajouter une série d'illustrations plus fidèles à l'original à une date ultérieure.