Le petit canon

Description

Ce livre contient le texte en arabe de l'ouvrage médical Qānūncha, ou Qānūnja, de Mahmud ibn Muhammad al-Jaghmini. Le titre fait référence à l'ouvrage précurseur d'Avicenne sur la médecine, al-Qānūn (Canon). Le suffixe « cha » est un diminutif en persan, par conséquent le titre de l'ouvrage d'al-Jaghmini peut être traduit par Petit canon ou Minicanon. Le nom al-Jaghmini désigne le lieu d'origine de l'auteur, aujourd'hui en Ouzbékistan (appelé Khwarezm à l'époque d'al-Jaghmini). L'auteur du Qānūncha fut parfois identifié comme l'astronome du XIIIe siècle Mahmud ibn Muhammad ibn 'Umar al-Jighmini (mort en 1221 env.), qui écrivit l'ouvrage très célèbre Mulakhkhaṣ fi al-hay'a (Épitomé d'astronomie), mais cette attribution est discutable. Ouvrage médical populaire, le Qānūncha de Mahmud al-Jaghmini inspira la composition d'un grand nombre de commentaires. Une note marginale dans un de ces commentaires, composé par Muhammad ibn Muhammad ibn al-Tabib al-Misri (Gotha 1930), indique qu'al-Jaghmini mourut en l'an 745 après l'Hégire (1344−1345). Si cette date est correcte, elle exclut la possibilité d'une même identité pour les deux auteurs en question. Le Qānūncha est composé de dix chapitres : 1. Sur la philosophie naturelle ; 2. Sur l'anatomie ; 3. Sur l'explication des états du corps ; 4. Sur le pouls ; 5. Sur la santé et la maladie ; 6. Sur les maladies de l'esprit ; 7. Sur les maladies des organes situés entre la poitrine et le nombril ; 8. Sur les maladies des autres organes ; 9. Sur les affections visibles du corps et la protection contre celles-ci ; et 10. Sur les propriétés des aliments et des boissons. Chacun de ces chapitres est ensuite divisé en sections. Par exemple, le chapitre 5, Sur la santé et la maladie, contient dix sections : 1. Gestion des aliments et des boissons ; 2. Sur l'exercice et le massage ; 3. Sur la baignade ; 4. Gestion du sommeil et de l'éveil ; 5. Sur les articulations ; 6. Gestion de la grossesse et de l'allaitement ; 7. Gestion de l'enfance, de la jeunesse et de la vieillesse ; 8. Sur le traitement des maladies articulaires ; 9. Sur la saignée et la pose de ventouses ; et 10. Sur le vomissement, la diarrhée et les lavements. Le chapitre 6, Sur les maladies de l'esprit, contient 13 sections : 1. Maux de tête ; 2. Vertige ; 3. Mélancolie ; 4. Convulsions ; 5. Attaque ; 6. Paralysie ; 7. Sécrétions ; 8. Ophtalmie ; 9. Sur les faiblesses des yeux et les larmes ; 10. Sur les maux d'oreilles ; 11. Sur les maladies du nez ; 12. Sur les maux de dents ; et 13. Sur les amygdalites. Le manuscrit comporte de nombreuses notes de marge en turc et en persan. Les pages précédant le texte principal incluent un poème et la table des matières du Qānūncha, tous deux en persan. Le colophon commence par ces mots en arabe : « Cette copie de cet ouvrage médical intitulé Qānūncha, une des compositions de Maḥmūd b. Muḥammad al-Chaghmīnī, fut terminée le quatrième jour du mois de Ramadan en l'an 1275. » Puis, une inscription en persan indique : « Elle fut réalisée par Mullā Muḥammad Sāliḥ ibn Mullā Muḥammad Naẓar, copiste turkmène de Labāb, dans les dépendances de Kermine. » Kermine fait référence à la ville actuelle de Navoiy, en Ouzbékistan, qui était à l'époque sous le contrôle de l'émirat de Boukhara.

Dernière mise à jour : 6 juillet 2015