Haute-Silésie

Description

En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Haute-Silésie est le numéro 40 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. La Haute-Silésie, également appelée Opole, était l'un des trois districts administratifs de la province prussienne de Silésie, les deux autres étant Breslau et Legnica. Selon le recensement de 1910, la population totale de la Haute-Silésie s'élevait à près de 2 207 000 habitants, dont environ 1 250 000 Polonais ethniques. À l'époque, il n'existait pas de Pologne indépendante, et l'étude présentée ici cite un passage des mémoires de l'ancien chancelier Otto von Bismarck expliquant que l'inquiétude quant à la minorité polonaise en Silésie fut l'une des raisons qui « nous força à éviter le plus longtemps possible de soulever la question polonaise ». La partie sur les conditions économiques souligne l'importance de la Haute-Silésie pour l'industrie allemande, qui reposait essentiellement sur la production de charbon du vaste bassin houiller s'étendant au-delà des frontières, jusque dans les régions appelées à cette période Silésie autrichienne et Pologne russe. Après la Première Guerre mondiale, la Haute-Silésie fut rattachée à l'État polonais reconstitué.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Bureau des publications officielles de Sa Majesté, Londres

Langue

Titre dans la langue d'origine

Upper Silesia

Type d'élément

Description matérielle

43 pages ; 22 centimètres

Notes

  • De la série : Guides de paix

Collection

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 14 novembre 2017