Armoiries anglaises

Description

Au milieu du XVIe siècle, les négociants envoyés par Johann Jakob Fugger, patricien d'Augsbourg passionné de livres et à la tête d'un empire banquier et mercantile, s'affairaient à acquérir de nouveaux trésors d'ici ou d'ailleurs pour son immense collection de livres. Pour agrandir sa collection de blasons et d'histoire dynastique européenne, intérêts particuliers de Fugger entre 1545–1550, ce dernier se fit procurer cet ouvrage, dernière version de l'armorial de la noblesse anglaise. La collection débute par des armoiries magnifiques du roi Henri VIII (règne : 1509–1547), réalisées avec des couleurs éclatantes, dorées et argentées. Parmi ces armoiries figurent également des insignes héraldiques du roi (emblèmes personnels), notamment la rose Tudor et l'écharpe bleue de l'ordre de la Jarretière aux bordures et à la devise brodée dorées : Honi soit qvi mal y pense (Honni soit qui mal y pense). Cette devise est suivie des armoiries des familles des six épouses d'Henri, des 12 pairs les plus importants d'Angleterre et d'Irlande, et des membres de l'ordre de la Jarretière. Puis, les armoiries de la famille royale d'Angleterre, de la noblesse anglaise, des évêques anglais et d'autres familles anglaises sont représentées. En 1571, Johann Jakob fut forcé de vendre sa collection de livres à Albert V de Bavière en raison de difficultés économiques. L'armorial et l'intégralité de la bibliothèque de Fugger rejoignirent la bibliothèque de la cour de Munich, la Bibliothèque d'État de Bavière actuelle.

Titre dans la langue d'origine

Insignia Anglica

Type d'élément

Description matérielle

63 feuilles, papier : illustrations ; 39,5 × 28,5 centimètres

Notes

  • Cote de la Bibliothèque d’État de Bavière : Cod.icon. 291

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 18 octobre 2012