Évangéliaire de Frisingue

Description

Cet évangéliaire carolingien illustre la position de la Bavière comme carrefour des différentes traditions artistiques. Le texte et le choix des prologues correspondent à ceux des anciens manuscrits de Salzbourg et dont l’origine peut être liée à un prototype italien. Les marges des feuilles de ce superbe manuscrit, écrit pendant l’épiscopat d’Anno de Frisingue (854-875), contiennent de nombreuses notes critiques sur le texte, y compris une série de variantes grecques. D’autres influences peuvent être observées dans la décoration, qui se compose d’initiales entrelacées, d’une séquence canonique de 18 pages et de quatre illustrations des évangélistes. L’influence de l’école carolingienne de Reims est directement perceptible dans le style de peinture agitée des portraits des évangélistes. De même, la décoration ornementale du manuscrit est caractérisée par une imprégnation de diverses traditions artistiques. Comparé à un groupe de manuscrits d’évangéliaire de Frisingue connexes, ce codex est le plus ancien et le mieux préservé. Le terme « carolingien » fait référence à la période pendant laquelle une grande partie de l’Europe occidentale fut gouvernée par la dynastie établie par Pépin le Bref en 751, dont le fils, Charlemagne, fut couronné empereur du Saint Empire romain en 800 et régit l’empire jusqu’à sa mort en 814. Entre 775 et 900 environ, la renaissance carolingienne fut marquée par des réalisations dans les domaines de l’art, de l’architecture, de la littérature, de la religion et du droit.

Date de création

Date du sujet

Langue

Titre dans la langue d'origine

Evangeliarium

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

203 feuilles, parchemin : illustrations ; 28 × 23 centimètres

Notes

  • Cote de la Bibliothèque d’État de Bavière : BSB Clm 17011

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 9 juin 2017