Contemplation vers le sud du fleuve par Li Jing, duc de Wei

Description

Li Wei Gong wang jiang nan (Contemplation vers le sud du fleuve par Li Jing, duc de Wei) fut attribué à Li Jing (571−649), de son prénom social Yaoshi, qui était originaire de Sanyuan, à Yongzhou (aujourd'hui dans la province du Shaanxi). Célèbre général et stratège militaire à la fin des Sui (581−618) et au début des Tang (618−907), il possédait également un grand talent littéraire. Il reçut à titre posthume le titre de duc de Wei et fut historiquement connu comme le duc Li de Wei. Li produisit de nombreux traités militaires, dont plusieurs ont désormais disparu. Ce texte fut écrit en vers ci et Wang jiang nan (Contemplation vers le sud du fleuve) dans le titre fait référence à l'une des mélodies utilisées dans les poèmes ci. Cet exemplaire est une édition fac–similé en deux juan et en deux volumes. Il ne comporte pas de pagination. Au début de l'ouvrage figure la préface d'origine de Li Jing, écrite le jour précédant le milieu de l'automne, la 7e année (633) du règne de Zhenguan des Tang, dans laquelle l'auteur souligne que, depuis les temps anciens, les chefs militaires s'appuient en premier lieu sur la stratégie, puis sur l'adaptation aux circonstances changeantes. Li rassembla les stratégies militaires importantes et complexes, ainsi que les pratiques de divination de différentes écoles du savoir militaire, de l'Empereur Jaune, dont le nom de famille était Gongsun, aux histoires Han et Jin. En étudiant ses ouvrages, les élèves apprirent à pratiquer et à réciter, à établir des pronostics, à faire face aux ennemis et à utiliser la force militaire de façon appropriée. La postface fut écrite par Liu Xun (861−925) la 3e année (917) du règne de Zhenming de la fin de la dynastie Liang (907−923). Selon une note en caractères plus petits, il composa la postface après avoir lu Bai yuan qi shu (Le livre étrange du gibbon blanc), livre de divination militaire en vers ci. Une inscription à la fin de la postface note que Liu Xun fut un célèbre général à la fin de la dynastie Liang et qu'un vieux paysan lui offrit cet ouvrage au cours de la guerre contre l'État des Jin, une des Cinq Dynasties (907−960). Liu Xun loue Li Wei Gong wang jiang nan, déclarant qu'il s'agit de « l'ouvrage le plus remarquable » qu'il ait lu. Le premier juan comporte 14 petits chapitres qui abordent les nominations militaires, les divinations par le vent et la prédiction à l'aide des nuages, des vapeurs, du brouillard, des nuages rosés, des arcs–en–ciel, de la pluie, des tonnerres, du ciel, du Soleil, de la Lune, des étoiles et de la Grande Ourse. Les divinations par le vent étaient de la plus haute importance. Le second juan compte 16 chapitres sur les divinations à l'aide de la terre, des arbres, des abeilles, des rats, des serpents, des bêtes, des animaux marins, des oiseaux, des phénomènes étranges, des offrandes sacrificielles pour conjurer les mauvais esprits, des rêves, du Zhou yi (recueil de commentaires et de textes de divination), du taiyi (concept de la cosmologie chinoise), du da liu ren (l'art des six eaux yang), des formules médicales et des formules médicales pour les chevaux. Sous l'en–tête du juan 2, une note indique : « Édité par Ha Feng'a, commandant militaire régional mandchou de Liangzhou, dans la province du Gansu ». L'ouvrage contient des impressions de sceaux, notamment « Nuo lü zhi yin » (Sceau de Nuolü), de forme carrée et avec des caractères blancs, « Min zhai zhen wan » (Le trésor de Minzhai), de forme carrée et avec des caractères rouges, « Xing yun liu shui » (Nuages flottant et eau vive), de forme rectangulaire avec des caractères rouges et « Yang tian da xiao » (Renverser ma tête pour rire aux éclats), de forme carrée et avec des caractères blancs. Le texte complet de cette édition est présenté ici.

Dernière mise à jour : 29 octobre 2015