Kanjinchō, l’une des 18 grandes pièces du Kabuki

Description

Toyohara Kunichika (1835–1900) est considéré comme le dernier grand maître de l’ukiyo-e. Ses remarquables ensembles de trois pages d’estampes théâtrales de Kabuki sont très admirées pour leur utilisation experte des couleurs. Il représente ici Kanjinchō, une pièce de Kabuki écrite plus tôt au cours du XIXe siècle. Cette nishiki-e (estampe japonaise multicolore au bloc de bois) est basée sur une représentation de la pièce donnée en mai 1890 et fut publiée cette année-là. L’histoire se déroule à la fin du XIIe siècle et l’on aperçoit à gauche Minamoto no Yoshitsune, interprété par Onoe Kikugorō V (1844–1903). Yoshitsune est un des fils de Minamoto no Yoshitomo, ancien chef du clan Minamoto (aussi appelé clan de Genji). Lui et ses partisans sont pris en chasse par son frère, le shogun Minamoto no Yoritomo, chef actuel du clan. Alors qu’ils s’enfuient déguisés en yamabushi (moines bouddhistes des montagnes), ils arrivent à un poste de contrôle à Ataka, dans la province de Kaga. Là, ils sont interrogés sans ménage par Togashi Saemon no jō, qu’on aperçoit à droite interprété par Ichikawa Sadanji Ier (1842–1904), qui a reçu l’ordre de Yoritomo de les arrêter. L’un des partisans de Yoshitsune, l’astucieux Benkei, que l’on aperçoit au centre interprété par Ichikawa Danjuro IX (1838–1903), affirme qu’ils ne sont pas le groupe de Yoshitsune mais bien des yamabushi voyageant à travers les provinces et recueillant des donations pour reconstruire le temple Tōdaiji à Nara, brûlé lors d’une bataille. Sommé de prouver son identité, Benkei sort un rouleau de parchemin vierge et déclare qu’il s’agit d’un kanjinchō (une liste d’inscription exposant de manière formelle les avantages liés aux donations pour reconstruire les temples), puis fait semblant de le lire. Les hommes se jettent alors des regards chargés d’étincelles. Benkei, s’attendant à ce que sa ruse soit découverte, fixe avec sévérité son adversaire. Togashi, reniflant la supercherie de Benkei, dégaine son sabre. Yoshitsune, déguisé en porteur mais se comportant comme si le subterfuge avait été décelé, se prépare au combat. Le triptyque représente toute la scène, montrant les sentiments complexes de chaque homme à travers les expressions et les gestes des acteurs. Le vieux pin et le jeune bambou peints derrière les acteurs s’inspirent de la toile de fond des pièces de Nô qui précéda le Kabuki.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Fukuda Kumajiro, Tokyo

Langue

Titre dans la langue d'origine

歌舞伎十八番之内勧進帳(錦絵帖 2帖)

Type d'élément

Description matérielle

Ensemble de trois : impressions au bloc de bois, couleur ; 35,7 × 25,5 centimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 20 septembre 2013