Vue détaillée du canal de Jiangsu à Pékin

Description

Jiangsu zhi Beijing yun he quan tu (Vue détaillée du canal de Jiangsu à Pékin) est constituée d'une longue feuille de papier continue pliée en accordéon. Elle comporte 21 plis, chacun mesurant 24,1 centimètres de haut et 13 centimètres de large. Le titre au début est écrit à la main, à l'encre, et la calligraphie utilise le style de caractères officiel. L'ouvrage fut imprimé au cours de la dynastie Qing (1644–1911), mais l'auteur et la date de publication sont inconnus. L'inscription sur trois lignes à gauche indique que l'ouvrage fut acheté au cours du huitième mois de l'année de Gengxu (un système de numérotation continue du calendrier chinois suivant un cycle de 60 ans) et réparé dans un magasin près de la porte de la ville. On trouve également plusieurs sceaux imprimés, dont un sceau carré blanc où figure le nom de famille Du, un sceau carré rouge avec le nom Fu'an et autre sceau blanc avec le nom Yang Jianxin. Ces sceaux font certainement référence aux propriétaires antérieurs de l'ouvrage. Le sujet de cette peinture est le grand canal de Pékin à Hangzhou, connu sous le nom de Grand canal, qui constitue le plus long canal (ou rivière artificielle) au monde. Le canal favorisa le développement du marché économique des centres urbains chinois dès la période Sui (581–618). De la dynastie Tang jusqu'à la dynastie Qing, le Grand canal servait d'artère principale entre la Chine septentrionale et la Chine méridionale. Il était essentiel au transport de céréales et d'autres marchandises vers Pékin. Ce transport pratique permettait aussi aux empereurs de mener des tournées d'inspections en Chine méridionale. Au cours de la dynastie Qing, les empereurs Kangxi et Qianlong effectuèrent 12 voyages vers le sud, pour toutes sortes d'occasions, mais un seul jusqu'à Hangzhou. Cette peinture est abîmée à la fois devant et derrière, et il manque la section sud du cours inférieur du fleuve Yangtsé. On peut voir le début du canal à Lingkou Zhen, près de Wujin Xian, dans la province du Jiangsu. Il serpente ensuite vers le nord jusqu'à ce qu'il atteigne les frontières de Linqing Zhou, dans la province du Shandong. La carte montre l'endroit où le canal traverse le fleuve Jaune, mais pas son arrivée à Pékin. La peinture est réalisée de manière extrêmement détaillée et comporte des indications claires sur les affluents, les lacs, les montagnes, les forêts, les villes, les ponts, les monastères, les pagodes, les temples, les écluses, les quais, les bancs de sable, les vannes, ainsi que sur les distances entre les points. Certains des affluents sont représentés avec tant de précision qu'ils ressemblent à des toiles d'araignées. Ce type de carte imprimée est très rare.

Dernière mise à jour : 12 février 2016