Atlas complet et illustré des comtés sous la juridiction du gouvernement administratif de Jiangning

Description

Jiangning devint une province au cours de la 25e année de règne de Qianlong de la dynastie Qing (1760). Le gouvernement provincial administratif fut établi sous la supervision du gouverneur-général de deux provinces du Yangtsé, l'un des huit gouvernorats généraux mis en place durant la dynastie Qing. La province enjambait le fleuve Yangtsé et était proche de la mer, bordant l'Anhui et le Sichuan au sud, et le Henan au nord. Quatre préfectures, deux divisions sous contrôle direct, une sous-préfecture et 33 divisions et comtés se trouvaient sous sa juridiction. Le territoire s'étendait sur plus de 750 lis (le li est une unité dont la valeur a varié au fil du temps ; 1 li équivalait alors à 0,8 kilomètre environ) d'est en ouest et sur 1200 lis du nord au sud. Jiangning bu zheng si shu fu ting zhou xian yu di quan tu (Atlas complet et illustré des comtés sous la juridiction du gouvernement administratif de Jiangning) est une représentation détaillée de la province. Les illustrations montrant chaque localité varient en hauteur (75 à 143,5 centimètres) et en largeur (37,2 à 139,8 centimètres). La latitude, la longitude et l'orientation sont données, mais on ne trouve aucune indication de degrés ou d'échelle. L'échelle et les distances ne peuvent donc pas être déduites de la taille des illustrations. La gravure est très soignée, avec des caractères grands et petits clairement marqués, écrits en excellente calligraphie. L'atlas contient 43 cartes au total, dont une carte générale de la province de Jiangning ; des cartes de préfectures comme Huai’an, Yangzhou et Xuzhou ; des cartes générales de deux divisions sous contrôle direct, Haizhou et Tongzhou, d'une sous-préfecture, Haimen ; et des cartes de comtés, dont Jurong, Lishui et Jiangpu. Le titre de chaque carte est écrit à la main en rouge. L'atlas contient aussi un guide illustré avec un cadre de soie rouge. La carte de Jiangning occupe une feuille entière ; les autres localités occupent seulement une demi-page. Les explications sont précises et concises, et le texte est écrit dans un style destiné à être lu à haute voix, vraisemblablement par des experts. Le retraçage des provinces, des préfectures et des comtés servait divers objectifs politiques et administratifs en Chine. Cet ouvrage contient de précieuses informations pour la recherche historique.

Dernière mise à jour : 9 novembre 2011