Atlas terrestre agrandi

Description

Guang yu tu (Atlas terrestre agrandi) est le plus ancien atlas de Chine complet encore existant. Il fut dessiné par le célèbre cartographe Ming Luo Hongxian (1504–1564). Il se base sur l'ouvrage de la dynastie Yuan Yu di tu (Carte terrestre) de Zhu Siben (1273–1333). Luo Hongxian, né à Jishui, dans la province de Jiangxi, reçut son diplôme shi jin en 1529, lors de la huitième année de règne de Jiajing, et obtint le titre officiel de compilateur principal. Écarté de la cour par d'autres fonctionnaires, il commencera à suivre les enseignements de Wang Yangming (1472-1529), le philosophe néo-confucianiste. Il étudiera également l'astronomie, la géographie, l'irrigation, les affaires militaires et les mathématiques. Il aurait acquis un exemplaire de la carte de Zhu Siben, aujourd'hui disparue, mesurant environ 7 x 7 chi (1 chi = 0,3 mètre environ). Utilisant ces travaux antérieurs comme plan de départ, il appliqua les méthodes de mesure chinoises traditionnelles pour dresser ses cartes sur un quadrillage, qui furent ensuite reliées sous forme de livre. L'atlas, contenant des cartes de l'ensemble du pays au milieu de l'ère Ming, fut gravé maintes fois. La première édition fut publiée en 1561 par Hu Song, gouverneur de la province du Zhejiang, et comportait deux cartes supplémentaires des îles Ryūkyū et du Japon. Une autre édition fut publiée en 1566 par Han Jun'en, un inspecteur de circuit impérial de la province du Shandong. Cet exemplaire est daté de 1579, la septième année de règne de Wanli, et fut publié en deux juan par Qian Dai (1541–1622), inspecteur impérial du Shandong. Le premier juan est un atlas de Chine complet comprenant 16 cartes des provinces méridionales et septentrionales, 2 provinces sous contrôle direct et 13 gouvernements administratifs provinciaux. Il comporte 93 feuilles, reliées en trois volumes. Le deuxième juan comporte 27 cartes au total, sur 106 feuilles, également reliées en 3 volumes, avec dix cartes des Neuf frontières s'étendant du Liaodong au Gansu. Les autres cartes couvrent le Tao He, le Songpan, le Jianchang, le Mayang, le Qianzhen, le fleuve Jaune, le transport maritime, le transport des céréales par voie d'eau, la Corée, les îles étrangères au sud-est et sud-ouest, l'Annam, la région occidentale, les déserts du nord, les îles Ryūkyū et le Japon. L'atlas débute par sept préfaces. De brèves notes et des figures explicatives apparaissent après chaque carte. Les parties de texte comportent des informations portant sur l'évolution des systèmes organisationnels, les zones affiliées, les résidences, les impôts fonciers, les garnisons, les soldats, les routes et d'autres sujets. L'atlas montre une image imposante de la Chine du milieu de la dynastie Ming qui eut une influence considérable aussi bien en Chine qu'à l'étranger. Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, les cartes de Chine publiées en Europe furent toutes, sans exception, dessinées à partir de cet ouvrage.

Dernière mise à jour : 24 mai 2017