Chapitres coraniques 1 et 114

Description

Réalisé dans une fine écriture shikasta (littéralement « brisée »), ce fragment de calligraphie contient un bismillah (au nom de Dieu) initial et les première et cent-quatorzième sourates (chapitres) du Coran. Dans la partie supérieure, figure le premier chapitre du Coran, intitulé al-Fatiha (le prologue). Il indique : « Au nom de Dieu, le Très Clément, le Très Miséricordieux. / Louange à Dieu, Seigneur de l'univers ; / Le Très Clément, le Très Miséricordieux ; / Maître du Jour du jugement. / C'est Toi que nous adorons, et c'est Toi dont nous implorons le secours. / Guide-nous dans le droit chemin, / Le chemin de ceux auxquels Tu as accordé Ta grâce, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés ». Au-dessous la Fatiha, apparaît l'un des chapitres les plus courts du Coran, la sourate al-Nas (les hommes). Ce chapitre contient une louange de Dieu, appelé Malak al-Nas (Souverain des hommes) et al-waswas (protecteur contre Satan), littéralement le « chuchoteur » : « Dis, je cherche protection auprès du Seigneur des hommes, / Le Souverain des hommes, le Dieu des hommes, / Contre le mal du mauvais conseiller, furtif, / Qui souffle le mal dans la poitrine des hommes, qu'il soit un esprit ou un être humain ». Ces deux sourates du Coran apparaissent ici probablement du fait qu'elles sont succinctes et qu'elles peuvent être facilement mémorisées et récitées à haute voix. Il est cependant assez inhabituel de trouver des versets du Coran écrits en shikasta, écriture très fluide inventée en Perse (Iran) par Darvish ʻAbd al-Majid al-Taliqani, calligraphe du XVIIIe siècle. Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, le Coran fut généralement transcrit en écriture naskhi ou nastaliq, plus lisibles que l'écriture shikasta. Ce fragment particulier se distingue donc comme une rare preuve de la transcription de certains versets coraniques en écriture shikasta, en Iran, au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016