Prières pour le Norouz (Nouvel An)

Description

Ce panneau de calligraphie est exécuté à l'encre noire en caractères naskhi (indiens) sur du papier rose décoré de motifs de nuages dorés et collé sur un fond bleu clair. Daté de 1211 après l'Hégire (1796−1797) dans l'angle inférieur gauche, il porte la signature de Muhammad Bakhsh. Dans l'angle supérieur droit, une invocation à Ali, Ya ʻAli al-aʻala (Ô Ali, le plus grand), révèle que l'ouvrage fut créé dans un milieu chiite. Le rubaʻi (quatrain en pentamètre iambique) suivant indique : « Ô Étoile de la Constellation de la Destinée (dotée) de chance / Lève-toi et sois joyeuse, car le Nouvel An est arrivé. / Chaque promesse que la Chance t'a faite / Est maintenant proche, si elle fut jamais lointaine ». Ce poème souhaite à un souverain (surnommé « Étoile de la Constellation de la Destinée ») bonne fortune éternelle et l'accomplissement des promesses à l'occasion du Norouz (Nouvel An). Ce Norouz correspond très probablement à l'équinoxe de printemps (21 mars), marquant le début du calendrier solaire comme il est célébré en Iran et dans certaines parties de l'Inde. Il semble que ce panneau de calligraphie ait été réalisé à l'occasion d'une fête du Nouvel An pour souhaiter à un mécène la prospérité au cours de l'année à venir.

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016