Deux vers sur le chagrin d'amour

Description

Ce fragment de calligraphie comporte deux bayts (vers) relatifs aux affres du chagrin d'amour. Il commence par des louanges adressées à Dieu, « al-ʻaziz » (le Glorifié) et « al-rashid » (le Bien-Guidé), puis se poursuit avec les versets : « Dans ce haut lieu où les habitants des cieux / Souhaitent être les gardiens de Votre demeure / Quel est le sens de Vous exposer ma situation / Puisque Vous connaissez Vous-même l'état de (mon) cœur en peine ». Autour de ces vers poétiques, un calligraphe a ajouté une inscription dédicatoire. Il indique que la khatt (calligraphie) est bi nadir (incomparable) aux autres formes d'art et il la dédie à Mir Safdar ʻAli. Si les diminutifs du calligraphe — al-ʻabd (le serviteur) et al-mudhnib (l'humble) — et sa demande de miséricorde de Dieu pour ses péchés sont conservés, son nom a été effacé. D'autres parties du fragment ont été endommagées, puis réparées, laissant penser que le nom du calligraphe pourrait avoir été perdu de ce fait. Mir Safdar ʻAli Khan (mort en 1930) fut, de 1886 à 1892, souverain de l'État princier de Hunza, aujourd'hui dans le nord-est du Pakistan. Lors de l'invasion des forces britanniques en décembre 1891, Mir Safdar ʻAli s'enfuit à Kachgar en Chine. Hunza devint le poste frontière le plus septentrional de la présence britannique en Inde. Il semble donc que cette calligraphie ait été réalisée pour Mir Safdar ʻAli au moment de son règne, en 1890 environ. Si cette datation est acceptée, cette pièce témoigne de l'existence et de la pratique continues de l'écriture nastaliq dans cette partie de l'Inde à la veille de la colonisation britannique.

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016