Versets coraniques

Description

Ce fragment de calligraphie inclut les versets 62 à 64 du 24e chapitre du Coran, intitulé al-Nur (La lumière). Le texte de cette sourate se termine au verso de ce fragment, qui contient également l'en-tête enluminé et les trois premiers versets du chapitre suivant (le 25e) du Coran, intitulé al-Furqan (Le discernement). La sourate al-Nur traite de thèmes privés et publics, et elle aborde comment la vie communautaire contribue aux vertus de l'homme et à son voyage spirituel vers Dieu, comme l'on peut le lire dans le verset 24:62 : « Les vrais croyants sont ceux qui croient en Allah et en Son messager. / Et qui, lorsqu'ils sont en sa compagnie pour une affaire d'intérêt général, / Ne s'en vont pas avant de lui avoir demandé la permission ». La sourate al-Furqan, qui date du début de la période de la Mecque, contient 77 versets. Elle utilise le contraste entre la lumière et l'obscurité comme métaphore du savoir et de l'ignorance, et de la vertu et du péché. Dieu a envoyé dans Sa révélation certains principes permettant à l'homme de distinguer le bien du mal, comme ici dans le verset 25:1 : « Que l'on exalte la bénédiction de Celui qui a fait descendre le Livre de discernement sur Son serviteur, / Afin qu'il soit un avertisseur à l'univers ». La vocalisation du texte, rédigé en écriture coufique (Nouveau style I), est indiquée par des points rouges. Seules quelques marques orthoépiques (de prononciation) à l'encre noire, telles que la tashdid (doublement de consonne) et le tanwin (nunnation, ou prononciation de la lettre « N »), semblent avoir été ajoutées ultérieurement. L'écriture, le manque de signes diacritiques et le format vertical sont caractéristiques des corans produits au Xe siècle. Les marqueurs de verset sont constitués de fleurs décorées d'un centre doré. Malheureusement, une petite partie du texte fut perdue en raison d'un trou dans le parchemin, visible au centre à droite.

Dernière mise à jour : 6 avril 2015