Vers sur la permanence des bonnes actions

Description

Ce fragment de calligraphie inclut des vers composés par l'éminent poète persan Ḥāfiẓ (mort en 1388−1389, 791 après l'Hégire), sur la futilité des biens matériels. Commençant par une louange de Dieu, huwa al-fard (l'unique), dans l'angle supérieur gauche, les vers indiquent : « Oh toi, le fortuné, apaise le cœur des indigents / Car les trésors faits d'or, d'objets précieux et de pièces de monnaie ne resteront pas / Sur ce toit bleu topaze (le ciel), ils ont inscrit en or / Que rien ne restera, si ce n'est que les bonnes actions des âmes généreuses ». Les vers, écrits en caractères nasta'liq à l'encre noire sur un papier bleu, sont mis en évidence dans des rubans de nuage sur un fond richement enluminé. Séparant les deux bayts (vers) de poésie, des triangles enluminés (ou onglets) occupent l'espace formé entre les lignes obliques du texte et le cadre rectangulaire. Le nom du calligraphe, Muhammad Husayn al-Kashmiri, est visible dans l'angle inférieur droit. Originaire du Cachemire, il fut l'élève de Mir 'Ali Heravi, puis il rejoignit l'atelier de livre impérial de l'empereur moghol Akbar (règne : 1556−1605), à Agra. Durant cette période, Muhammad Husayn al-Kashmiri fut responsable, de 1595 à 1598, de la transcription d'un exemplaire royal de Khamseh (Quintet) d'Amir Khusraw Dihlavī (aujourd'hui conservé au Walters Art Museum de Baltimore). D'autres ouvrages de calligraphie, dont un datant de 1580 conservé dans le sanctuaire de l'imam Reza à Mashhad, en Iran, suggèrent que ce fragment, appartenant aux collections de la Bibliothèque du Congrès, fut réalisé en Inde entre 1575 et 1600 environ.

Dernière mise à jour : 31 juillet 2014