Quatrain sur l'Aïd (jour de fête)

Description

Ce fragment de calligraphie comporte un ruba'i (quatrain en pentamètre iambique) en caractères nasta'liq, composé par le calligraphe Muhammad Qamar al-Din. Ce dernier l'a signé dans l'angle inférieur gauche avec l'expression « katabahu [écrit par] Muhammad Qamar al-Din ». Bien que l'on ne sache rien sur ce calligraphe, l'écriture nasta'liq régulière suggère que l'ouvrage fut réalisé en Perse (Iran) au XVIe ou au XVIIe siècle. Le texte, qui apparaît dans des rubans de nuage aux contours mis en évidence à l'encre noire et peints d'or, est encadré d'une bordure bleue décorée de motifs de vignes entrelacées dorées, collée avec peu de soin. Le poème indique : « Pour autant que l'Aïd soit le mois des bénédictions / Et (du voyage) des pèlerins à 'Arafat / Comme le mouton sacrificiel, / Que tous tes ennemis soient dans la " direction des pèlerins " ». Il utilise une imagerie qui repose sur les activités liées aux célébrations de l'Aïd al-Adha (ou Aïd el-Kebir, signifiant fête du sacrifice), qui marque la fin des rites du pèlerinage le onzième jour du mois islamique de dhou al hijja. En s'inspirant du symbolisme de la qibla (direction de la prière), le poète décrit son souverain comme la « direction des pèlerins », et lui souhaite de vaincre ses ennemis. Ces vers furent probablement écrits à l'occasion de l'Aïd al-Adha pour faire l'éloge d'un mécène, car ils utilisent le potentiel métaphorique des activités religieuses se déroulant pendant cette fête. D'autres poèmes composés pour des régents lors des célébrations du pèlerinage ou pour marquer le Nouvel An sont conservés dans les collections de la Bibliothèque du Congrès.

Dernière mise à jour : 31 juillet 2014