Poème sur le Norouz (Nouvel An)

Description

Ce panneau de calligraphie comporte un ruba'i (quatrain en pentamètre iambique), que le calligraphe Agha'i a signé avec l'inscription « écrit par le pauvre Agha'i ». Malheureusement, l'on ne sait rien sur ce calligraphe, et la date approximative de cet ouvrage (XVIIe−XVIIIe siècle) reste du domaine de la conjecture. Le quatrain est écrit en caractères nasta'liq noirs sur une feuille de papier encadrée de bordures bleues, collée sur un papier brun renforcé par du carton. Les vers du poème, « Pour toi, fierté du gouvernement et de la religion / Que le bonheur t'aide et que la fortune demeure à tes côtés. / Félicitations pour la fête du Nouvel An / Que tu sois toujours assis [entre le bonheur et la fortune] », souhaitent à un souverain bonne fortune et bonheur éternels à l'occasion du Nouvel An. Ce Norouz (Nouvel An) correspond vraisemblablement à l'équinoxe de printemps (le 21 mars), marquant le début du calendrier solaire tel que célébré en Iran et dans certaines régions de l'Inde. Il semble que ce panneau de calligraphie ait été réalisé à l'occasion d'une fête du Nouvel An pour souhaiter à un mécène la prospérité au cours des années à venir. Cette pratique consistant à offrir ses meilleurs vœux par écrit pendant les célébrations du Nouvel An est attestée dans plusieurs autres ouvrages de calligraphie conservés à la Bibliothèque du Congrès.

Dernière mise à jour : 31 juillet 2014