Quatrain sur la séparation

Description

Ce fragment de calligraphie comprend un rubaï (quatrain en pentamètre iambique) utilisant des expressions hyperboliques pour décrire l'affection dévorante et la douleur de la séparation d'un être cher. Il indique : « Si je devais écrire une explication de (mes) souhaits / Un feu brûlerait le roseau de (ma) plume, / Et si je devais reparler du fardeau de la séparation / La forme (verticale) des neuf cieux se voûterait. » Les versets sont exécutés en écriture nastaliq à l'encre noire sur une feuille de papier beige. Le panneau de texte est encadré de trois bordures ornées d'une variété de motifs de décoration dorés. Il est collé sur du papier marron clair renforcé par du carton au dos. Dans le coin inférieur gauche, le texte est signé par Abdallah al-faqir (le pauvre) qui demande le pardon à Dieu. Bien que le calligraphe ne soit pas davantage identifié ici, une note ultérieure en anglais au verso du fragment attribue le document à un certain Abdallah Isfahani Mishkin Qalam. Le calligraphe n'est pas bien connu, mais son nisbah (nom de lieu) Isfahini indique qu'il était originaire de la cité d'Ispahan en Iran. Son surnom Mishkin Qalam (plume noir musqué) est typique d'un certain nombre de calligraphes. Abdallah Isfahani semble avoir appartenu à l'école de calligraphes du style nastaliq dans l'Ispahan du XVIe siècle, capitale de la Perse séfévide. Le plus important d'entre eux semble être Mir Imad, peut être un contemporain d'Abdallah.

Dernière mise à jour : 27 avril 2016